Ah ça on nous rebat les oreilles avec Hitler, Staline, Pol Pot, et ça commence bien à suffire. On pourrait pas un peu creuser, et se faire chier à aller chercher dans l'oublié, dans le sous-fifre, dans l'outsider. On vous parle de tortionnaires de seconde zone, de médecin taré japonais, de tyran médiéval, du lourd, du sale, bonne lecture les petits.

  1. Léopold II de Belgique : le bourreau du Congo
    Léopold II de Belgique est moins connu qu'Hitler et Staline mais il a sa place au rang des crapules meurtrières les plus sales de l'Histoire. Ce souverain décida à partir de 1855 de faire du Congo une extension du plat pays en y installant des comptoirs et en pillant ses richesses. Viols, meurtres, enlèvement, régime de terreur, les exactions sont impunies et le peuple congolais douille salement. On estime aujourd'hui à 10 millions le nombre de victimes de Léopold et de ses sbires.

    1
    Source photo (creative commons) : Wikipédia
  2. Phalaris d'Agrigente : le taureau d'airain
    Agrigente est une ville qui doit énormément à ses tyrans et notamment à Phalaris, qui, chargé de construire un temple pour Zeus dans ce coin de Sicile décidé d'en devenir le chef, tout simplement. S'il a amené richesse et prospérité à la région, il le fit au prix de nombreuses cruautés dont le cannibalisme et la torture. La plus connue étant celle où il enfermait la victime dans une statue creuse de taureau en airain puis les faisait lentement cuir au dessus d'un feu. Les hurlements des suppliciés lui rappelait le cri du taureau et il aimait bien ça, Phalaris.

    2
    Crédits photo (creative commons) : Pierre Woeiriot
  3. Ryoichi Naito : docteur maboule
    Naito était un lieutenant colonel au sein de la fameuse unité japonaise Unit 731 qui pendant 10 ans, de 1935 à 1945, s'amusa à faire pas mal de petites expériences médicales très sympas sur ses prisonniers chinois. Au menu : test de grenades, de lances-flammes et de bombes diverses, ablation d'organes, infections intentionnelles, amputations, on.se.régale. Mais allons plus loin, Naito expérimente aussi sur la résistance au froid, à la faim, à la soif, à la pression (on enferme des prisonniers dans des caissons hyperbares et augmente la pression jusqu'à ce qu'ils meurent), au feu, aux radiations etc. Et s'il vous en faut plus, les victimes se sont aussi vues injecter du sang animal et même des bulles d'air dans les veines pour générer des crises cardiaques. Tout ça grâce aux bonnes idées de Naito et ses potes.

    3
    Source photo (creative commons) : Wikipédia
  4. Rafael Trujillo : général Alcazar
    Pas facile de sortir du lot des dictateurs sanglants d'Amérique Latine et Trujillo est trop souvent oublié. Pourtant, ce tyran de République Dominicaine soutenu par la CIA est responsable de plus de 50 000 morts. Arrivé aux affaires en 1930, il tînt le pays d'une main de fer en éliminant toute opposition. Lors d'une crise diplomatique avec Haïti, il ordonna l'exécution de milliers d'Haïtiens vivant en République Dominicaine. Parce qu'on ne rigole pas avec Rafael. Digne d'un Alcazar de Tintin, il rebaptisa la capitale Ciudad Trujillo et la plus haute montagne Pico Trujillo. Parce qu'il le pouvait.

    4
    Source photo (creative commons) : Wikipédia
  5. Thomas Thistlewood : 12 years a slaver
    Thomas Thislewood était un esclavagiste britannique basé en Jamaïque. Bon, l'esclavage était une horreur et a priori Thislewood n'était pas pire que les autres. A l'exception qu'en Jamaïque, les blancs étaient en infériorité numérique à 1 contre 16 et que pour pas se faire défoncer il fallait faire régner la terreur dans les rangs. Dans son journal intime de 14 000 pages, il raconte dans le détail les violences et tortures diverses qu'il faisait subir à ses esclaves, semblant même y trouver du plaisir. Son fait d'arme, l'invention de la "Derby's Dose", un supplice lors duquel un esclave se faisait déféquer dans la bouche puis bâillonner pendant de longues heures.

    5
    Source photo : beinecke.library.yale.edu
  6. Qin Shi Huang : Zinzin 1er
    Qin Shi Huang, empereur chinois parano, complètement violent, cruel et, finalement, pas très fréquentable. De 221 à 210 avant JC, il déplaça des milliers de familles, fit brûler la plupart des écrits et livres de l'époque en zigouillant au passage la moitié des intellectuels de la région. C'est sûr que niveau infrastructures ça a vite avancé vu qu'il forçait ses sujets à construire des routes jusqu'à l'épuisement. Quand les scientifiques de sa cour ne parvinrent pas à trouver une potion d'immortalité, il les enterra vivants. (Ils étaient 480.)

    6
    Source photo (creative commons) : i-china
  7. L'impératrice Wu : Zinzinette
    L'impératrice Wu est arrivée au pouvoir en octobre 690 jusqu'en février 705 et elle peut se targuer d'avoir été la seule femme à tenir la baraque chinoise. Le problème c'est que son bilan est un peu mitigé : cruelle et sadique, elle ne supportait pas vraiment qu'on la contredise et zigouillait à tour de bras. Tout le monde y passe, sa nièce, ses neveux, sa fille de quelques jours à peine, poussant aussi l'un de ses fils au suicide. Quant à son peuple, elle lui a fait subir toutes sortes de tortures, ébouillantant même quelques clodos. Une crème.

    7
    Source photo : gbtimes
  8. Talaat Pacha : le vilain vizir
    Le nom de Talaat Pacha n'est pas très connu du grand public pourtant ce vilain moustachu ministre de l'intérieur ottoman est un des principaux responsables du génocide arménien à partir de 1915. Fouet, torture, vols, viols, meurtres, l'impunité était totale pour les troupes ottomanes qui déporta en masse les populations arméniennes. On estime qu'entre 1 et 1,5 millions d'Arméniens furent tués sous ses ordres, sur une population totale de 2 millions de personnes. Talaat fut abattu par un commando d'assassins arméniens en 1921, d'aucuns diront qu'il ne l'avait pas volé.

    8
    Crédits photo (creative commons) : Wikipédia
  9. Tomas de Torquemada : No one expects the Spanish Inquisition
    Les amateurs de stoner-doom ou d'histoires un peu glauques connaissent sûrement le nom de Torquemada mais ce salaud hors-norme mérite clairement une reconnaissance internationale. Grand Inquisiteur d'Espagne de 1483 à 1498, il a passé sa vie à pourchasser l'hérétique et le juif, encourageant l'espionnage, la dénonciation et bien évidemment : LA. TORTURE. La liste est longue, vu qu'il a fait subir à peu près tout aux suppliciés, mais notez tout de même qu'il aimait cramer la plante des pieds et suffoquer ses victimes, arracher leurs membres, les forcer à boire plein d'eau, les écraser avec des gros cailloux, bref, vous avez saisi.

    9
    Crédits photo (creative commons) : resources
  10. Basile II : le tueur de Bulgares
    Basile II dit le Bulgaroctone fut l'empereur byzantin de 976 à 1025. Contrairement à l'impératrice Wu en Chine, Basile a fait du bon boulot pour son pays, le problème étant qu'en plus d'être efficace, il était cruel et sans pitié. Après la victorieuse bataille de Kleidon contre les Bulgares, il en tua 15 000 et fit autant de prisonniers, qu'il laissa partir non sans leur avoir à tous crevé ou brûlé les yeux. Un homme sur cent était épargné (on leur laissait un oeil valide) pour pouvoir ramener les soldats chez eux. Une technique très chouette qu'il utilisa à plusieurs reprises en n'épargnant ni les femmes ni les enfants. Sacré bout-en-train ce Basile.

    10
    Source photo (creative commons) : Wikipédia

Vous en connaissez d'autres des tortionnaires inconnus ?

Source : http://listverse.com/2012/05/30/top-10-evil-people-from-ancient-times/