On en entend parler de plus en plus sans savoir vraiment de quoi il en retourne. Choc toxique ? Rien à voir avec le fait d’être coincé dans un ascenseur avec quelqu’un qui vient de péter. Voilà, il fallait déjà écarter cette option pour éviter tout malentendu. Le choc toxique, très majoritairement lié aux périodes de menstruations méritait un petit éclairage.

1. C'est une infection qui se développe chez les personnes porteuses du staphylocoque doré

Cette bactérie n’est pas dangereuse en soi mais c’est au contact du sang bloqué dans le vagin par le tampon qu’elle peut développer des toxines.

2. En moyenne 1 femme sur 200 peut développer un choc toxique

Et seul 1 % encourt un risque mortel. Alors effectivement ça reste une maladie très rare, ce qui explique aussi pourquoi le corps médical est si peu renseigné dessus. Ce qui est plus inquiétant en revanche, c’est que le nombre de cas augmente depuis une vingtaine d’années. On en comptait 5 en 2004 et 22 en 2014 ce qui n’est pas franchement rassurant. Cela peut s’expliquer pour plusieurs raisons, la composition assez obscure des tampons, leur utilisation accrue ou encore éventuellement l’évolution de la flore vaginale des femmes (parce que celle des hommes apparemment n’a pas du tout évolué ASKIP).

3. Ses symptômes sont proches de la gastro-entétite

Fièvres, vomissements, une bonne grosse diarrhées, des étourdissements et un mal de crâne de l’enfer… A ceci peut s’ajouter des éruptions cutanées rouges. Bref si tu as un doute le mieux c’est encore de te ruer chez ton médecin ou aux urgences si tu as même une perte de conscience.

4. Il peut se soigner par antibiotiques

Le choc toxique n’est pas nécessairement mortel, pris à temps il est possible de le soigner même si les séquelles peuvent être très graves (amputations notamment). Le problème réside toujours dans le fait que les cas sont rares et qu’on n’interprète pas forcément avec justesse les symptômes, c’est pour ça qu’il faut être à l’écoute des premiers signes, sans s’affoler pour autant dès que tu fais caca mou.

5. Par sécurité, il faut changer au moins toutes les 4 heures ton tampon ou ta coupe menstruelle

Et éviter à tout prix les super absorbants parce qu’on a justement tendance à les garder plus longtemps que les tampons normaux. Or, c’est là que le danger survient, malheureuses âmes perdues.

6. Même s'il concerne davantage les femmes, les hommes peuvent aussi subir un choc toxique

En fait, le syndrome peut avant tout frapper toute personne porteuse du Staphylocoque.

7. Ce n'est pas le tampon qui est responsable du choc toxique

On peut accuser le tampon de beaucoup de choses, mais ce n’est pas lui qui est techniquement responsable du choc toxique. Etant donné que c’est le contact du sang bloqué dans le vagin avec la bactérie qui en est responsable, la coupe menstruelle peut alors exposer aux mêmes risques que le tampon. Bon, on ne tarira pas non plus d’éloges sur cette coupe qui par ailleurs présente de nombreux avantages financiers, écologiques et qui contient quoiqu’on en dise moins de produit chimique que les tampons.

8. Les tampons bio ou les coupes menstruelles ne nous mettent pas à l'abri du danger

Bah non du coup puisque le concept même de laisser stagner le sang fout tout en l’air ma pauvre Lucette.

9. Le staphylocoque doré est présent chez environ 35 % de personnes

Ce sont les individus qui n’ont pas développé d’anticorps pour détruire cette bactérie. Mais ce n’est pas grave en soi, encore une fois, la bactérie seule ne représente pas de danger, en revanche elle représente un risque décuplé pour les femmes utilisatrices de tampons.

10. Ça n'a rien à voir avec le visionnage du dernier film avec Christian Clavier

Même si en terme de choc toxique on s’expose alors à un risque maximal.

Souffrance & malheur au pays des règles.

Sources :

Le Monde

L’Indépendant

LCI