On entend souvent parler de schizophrénie. Dans les films, séries, bouquins, les schizophrènes sont souvent réduits à l’image de personnages un peu zinzins et dangereux qui se parlent à eux-mêmes. Mais la réalité est quand même bien différente. Très différente, même. Du coup on ne va pas attendre plus longtemps et on va se lancer dans les réponses aux questions que tout le monde se pose sur la schizophrénie.

1. Bon, c'est quoi en fait ?

La schizophrénie est un trouble mental sévère qui touche environ 1% de la population en France. Mais ce trouble peut prendre pas mal de formes différentes, donc on peut parler de schizophrénies au pluriel. On en compte 5 à 7 différentes selon les écoles de pensée. Pour ce qui est des symptômes, il y en a beaucoup de possibles : troubles de l’attention, de la pensée, de la mémoire, irritabilité, troubles de la perception du monde, délire paranoïde, hallucinations, apathie, etc. Tous ne sont pas forcément présents à la fois, mais, en gros, la schizophrénie implique des troubles de la pensée qui la rendent illogique.

2. Est-ce qu'ils entendent des voix ?

Oui, c’est possible, mais pas automatique. Il peut y avoir tout un tas d’hallucinations différentes, mais dans le cas des voix, on parle d’hallucinations acoustico-verbales. Le schizophrène qui en souffre peut avoir l’impression que la ou les voix qu’il entend connaissent ses pensées ou lui dictent ses actes. Certains le vivent plutôt bien, et pour d’autres c’est une horreur.

3. Est-ce que les schizophrènes ont plusieurs personnalités ?

Non, les multiples personnalités, comme chez Gollum (Le Seigneur des Anneaux) ou Kevin Wendell Crumb (Split), pour citer les plus célèbres, c’est une autre maladie. C’est le trouble dissociatif de l’identité, ou trouble de la personnalité multiple ; le patient a au moins deux personnalités distinctes qui peuvent prendre, tour à tour, le « contrôle » de son comportement.

4. Pourquoi les médecins veulent-ils changer le nom de la schizophrénie ?

C’est justement, entre autres, à cause de la confusion dont on parlait juste au-dessus. Mais pas que. C’est aussi parce que le mot « schizophrène » est associé à l’image du patient dingo et meurtrier, du dangereux psychopathe, alors que la très grande majorité des patients schizophrènes n’ont rien à voir avec ça. Changer de nom, ça pourrait éviter d’ostraciser les personnes atteintes de cette maladie. Ça pourrait aussi permettre aux patients de mieux accepter leur maladie et mieux suivre leurs soins. Plutôt une bonne chose, donc.

5. Est-ce qu'ils sont dangereux ?

Le schizophrène, en tant que personne, n’est pas dangereux. Mais les troubles de la pensée, les délires paranoïdes et hallucinations peuvent mener à de la violence. La violence contre les autres est quand même assez rare. Par contre, elle se retourne souvent contre eux-mêmes : environ 10% des schizophrènes se suicident. Ils sont bien plus dangereux pour eux que pour leur entourage, et lorsque le traitement est bien suivi, la plupart des patients peuvent vivre leur vie normalement.

6. Est-ce que ça se soigne ?

Oui, justement. En guérir totalement, c’est-à-dire ne plus jamais avoir de symptômes pour le reste de sa vie, sans prendre de médicaments, c’est plus rare. Mais se soigner et vivre une vie totalement normale, c’est possible. Ça passe par des traitements et de la psychothérapie, le plus difficile étant souvent de faire accepter au malade sa maladie.

7. C'est dû à quoi ?

On n’en est pas certain, mais on pense fortement que le trouble est organique (il y aurait un dérèglement chimique dans le cerveau), et pas purement psychologique. Pour le dire autrement : il y a vraiment un truc qui cloche au niveau du corps humain, et qui n’est pas que « dans la tête ». On pense que c’est génétique, parce qu’on a plus de risques d’être schizophrène lorsqu’un membre de la famille l’est. La maladie est aussi déclenchée par des facteurs extérieurs (par exemple, un choc émotionnel, de la drogue, etc.) On peut avoir des prédispositions génétiques à la schizophrénie mais ne jamais déclencher la maladie.

8. Est-ce que moi je peux devenir schizophrène ?

Comme on vient de le dire, on peut avoir des prédispositions génétiques à la schizophrénie mais ne jamais en être atteint. La maladie peut en revanche se déclencher suite à une prise de drogue, un choc émotionnel, etc. Le plus souvent, elle se déclare entre 15 et 30 ans. Si vous avez 15 ans et que pour le moment tout va bien, c’est pas la peine de flipper non plus hein. Mais c’est pas la peine non plus de tenter le diable en testant toutes les drogues hallucinogènes de la planète.

9. La consommation de drogues (même douces) peut aggraver la maladie ?

Elles peuvent la déclencher ou provoquer des rechutes chez un patient qui allait mieux. C’est surtout le côté hallucinogène de certaines drogues (dont le cannabis) qui est en cause. Il accélère et amplifie l’arrivée des symptômes. Les drogues sont donc fortement déconseillées pour les schizophrènes, mais aussi pour les jeunes dont le cerveau est encore en train de se former. Et puis c’est déconseillé pour l’ensemble de l’humanité, bien sûr.

10. C'est quoi la différence avec quelqu'un de bipolaire ?

Les bipolaires, ou maniaco-dépressifs, sont des personnes qui souffrent de dépression. Mais cette dépression se manifeste sous deux formes qui alternent. Il y a des phases maniaques, durant lesquelles le patient sera plein d’énergie, joyeux, avenant, hyperactif, et des phases dépressives pendant lesquelles la personne est triste et n’a plus goût à rien. C’est une maladie bien différente de la schizophrénie, mais elle souffre aussi beaucoup d’une mauvaise image.

11. Quand un schizophrène fait une crise, il en a conscience ?

Lorsqu’un schizophrène délire, c’est justement très compliqué de lui en faire prendre conscience. Il se construit une nouvelle réalité (dans laquelle il se considère souvent persécuté, c’est le côté paranoïde du délire), et comme sa pensée et ses sensations sont altérées, il n’a pas conscience de son état. Les délires sont donc très durs à gérer pour l’entourage, mais heureusement, avec le bon traitement, il disparaissent.