Marcelo_Bielsa_2009-03-03
Crédits photo (creative commons) : Alejandro Vásquez Núñez

"Coup de Tonnerre" lit-on un peu partout depuis le soir de cette journée de reprise de la Ligue 1. On pensait que le surnom de Marcelo Bielsa, "El Loco", "le fou", était du folklore, le coach de l'OM a montré de quoi il était capable : commenter devant la presse sa défaite face à Caen, tranquillement, et conclure son intervention en disant, que, ah, au fait, rien à voir, mais je me casse, tchao les nazes. Toute l'assemblée se retrouve le cul par terre et le club ne peut pas plus être dans la merde. Mais bon, les bonnes raisons ne manquaient pas :

  1. Il s'est rendu compte que les gens qui le prenaient comme modèle gagnaient des trucs
    Quand Guardiola ou Gallardo, récent vainqueur de la Libertadores, vous citent comme référence et que vous vous faites taper, comme tous les ans, par Caen, il est temps de se poser des questions.
  2. Le SCO d'Angers est en tête de la Ligue 1
    Si on vous demande "qu'est-ce que vous faites dans la vie?", vous vous voyez répondre "je participe à une compétition dominée par le SCO d'Angers" ? Non, personne ne souhaite ça.
  3. Y'a encore des travaux dans le Centre Bourse
    Marcelo a mis 3/4 d'heure à se garer. C'est plus possible. Il jette l'éponge.
  4. Il est depuis le début missionné par Jean-Michel Aulas pour torpiller le club
    On aurait dû se douter de quelque chose : recruter le mec qui peut potentiellement générer le plus de feuilles de soin en Europe, laisser partir tous les mecs qui ont à peu près réussi leur saison et croire dur comme fer en Thauvin ou Mendy, c'est carrément suspect comme comportement.
  5. Il en avait marre qu'on parle de Manaudou
    Que le sport numéro un à Marseille soit la natation, jamais! Et si Bielsa doit se sacrifier pour qu'on reparle de foot, qu'il en soit ainsi.
  6. Il a pris un cours de français, pour voir
    Et il s'est rendu compte que c'était bien trop compliqué. Non, autant laisser tomber, il trouvera bien du boulot en Amérique du Sud, sans avoir à payer un bon à rien de traducteur.
  7. Dès la première conférence de presse, il y a un journaliste qui l'a appelé "Marchelo"
    A l'italienne. C'est MarCelo" bordel! Il n'avait rien dit la première saison, mais là, ce n'est plus possible.
  8. Un problème de glacière
    Frédéric Thiriez aurait fait voter l'obligation pour les clubs professionnels de faire s'asseoir les coachs sur un banc homologué et pas sur une glacière potentiellement sponsorisée.
  9. Un gros malentendu
    Pour changer son image, Bielsa a voulu faire de l'humour : "Non, mais je déconnais pour Diarra et Diaby... J'espère que vous ne les avez pas vraiment contacté... Si?" L'humour, c'est un métier.
  10. Le championnat est déjà joué, l'OM fera, au mieux, 2ème
    Bielsa n'est pas homme à lutter pour les places d'honneur. Après une seule journée, il l'a bien compris, on connait déjà le champion de France, ce sera la Stade Malherbes de Caen.

D'autres pistes ?