Les poupées ne sont pas que de vulgaires morceaux de plastique dont on coupe la tête une fois qu’on n’a plus envie de jouer avec. Non ! Ce sont aussi des morceaux de plastique qui véhiculent tout plein de préjugés bien moisis sur les filles parfaites aux jambes anormalement longues et lisses, au physique caucasien, dotées d’une crinière qui ferait pâlir la première jument venue. C’est pour ça que c’est pas si mal de voir des poupées qui ont d’autres tronches un peu.

1. La poupée transgenre

Conçue par l’entreprise Tonner Doll, spécialisée dans les poupées de luxe, cette nouvelle poupée n’est pas revendiquée comme une poupée transgenre en tant que tel, c’est avant tout une poupée à l’image de Jazz Jennings, star transgenre de Youtube. C’est vrai que sur le plan anatomique, on peut pas dire que les parties génitales des poupées n’aient jamais été vraiment réalistes.

2. La poupée sans maquillage

Une entreprise s’est ainsi amusée à proposer une collection de poupées sans maquillage pour montrer aux mioches pré-pubères que la vie ne se résume pas à une couche de mascara, du rouge à lèvres de pouf et du countouring sur la gueule. Même si la poupée de gauche est nettement plus distinGAY.

3. La poupée aux proportions réalistes

La marque Lammily, c’est un peu l’anti-Barbie (et aussi anti-Klaus Barbie), avec des poupées basées sur des formes correspondant à un poids humainement acceptable. On n’est pas non plus sur de la grosse vache, mais on quitte au moins la maigreur extrême. Et ceci pour les garçons comme pour les filles. Hourra.

4. La poupée handicapée

Oui bon, il fallait pas grand chose non plus hein, juste une chaise roulante en plus et le tour est joué, c’est pas à se taper sur le cul mais il fallait y penser.

5. La poupée qui a ses règles

Encore un coup de Lammily qui s’éloigne toujours un peu plus des clichés en proposant une nouvelle poupée disposant de serviettes hygiéniques. Mais pas que, le packaging propose également des stickers reproduisant des boutons ou des vergetures. Bref, la vie, la vraie. En revanche, la poupée ne saigne pas vraiment du sang rouge parce qu’il faut pas déconner non plus. Toutefois, on peut féliciter l’initiative qui incitera plus facilement à causer tampon avec les darons.

6. Les poupées qui ne sont tout simplement pas des poupées Barbie

Si Barbie propose aussi des modèles de poupées noires ou asiatiques on peut pas dire que ça soit la folie en matière de diversité des couleurs de peau. Alors avoir des poupées aux physiques différents, même en dehors de la couleur, juste des physiques qui s’éloignent du combo de la mort blonde + maigre + vêtements rose, ça rafraîchit un peu.

7. La poupée Emma Watson qui lutte contre le préjugé visant à croire que Emma Watson serait Emma Watson en proposant une poupée Emma Watson qui n'est pas Emma Watson

Ou alors, si ?

8. La poupée sans cheveux

Elle s’appelle Ella, elle est leucémique et dispose de plein de perruques. Cette poupée a été conçue dans l’objectif de soutenir les enfants atteints du cancer sous chimiothérapie. Trop stylay. Difficile de leur jeter la pierre. Mais un peu glauque. Peut-être un jour on aura les poupées « victimes de la guerre », ce sera trop choupi tout mignon. A vous de juger.

9. La poupée femme à barbe

Il s’agit plus précisément d’un modèle inspiré de Conchita Wurst, icone du travestissement et donc d’une certaine forme de transgenre (même si le chanteur ne se reconnait pas comme tel).

10. [BONUS COUP DE COEUR] La poupée qu'on peut allaiter

C’est pas génial ça ? Une super poupée avec une brassière dotée d’une poche pour faire comme si on avait vraiment du lait dans les nibards dès l’âge de 3 ans. De toute évidence, le bon goût est présent.

Allez, à plus poupée mdr.

Source :

Konbini

Le Figaro

Slate