500jours
Crédits photo : glamour

Certaines personnes sont plus intelligentes, d’autres plus drôles, d’autres encore plus belles, et puis il y a ceux dont le petit plus c’est de se peler le cul à longueur de journée, d’avoir froid 365 jours par an et de claquer toutes leurs économies en couvertures chauffantes. Ça s’appelle être frileux et ce n’est pas drôle tous les jours.

1. L'engueulade de couple parce qu'il/elle en a marre d'avoir tes pieds gelés dans le dos

Globalement, du mois de septembre au mois de mai, tu te les pèles gravement et tes petits pieds (tout comme tes petites mains et ton petit nez) sont gelés. C’est relou pour toi oui, mais c’est aussi assez éprouvant pour la personne avec qui tu partages ton lit et contre laquelle tu te colles allègrement comme si c’était ton chauffage personnel.

2. Le temps de déshabillage

Quand on est frileux(se) et qu’on est à l’article de la mort tellement il fait -60°C et c’est l’horreur, on n’a pas d’autre solution que de superposer les couches de fringues. Alors oui, on a moins froid c’est sûr, mais faut quand même reconnaître que du coup on met vraiment très très longtemps à se désaper ce qui, ne nous mentons pas, peut parfois un peu casser le délire quand on est dans le feu de l’action.

3. Le nez rouge (toute l'année)

Nous ne sommes pas exactement les meilleurs scientifiques, mais il semblerait que le fait que tu sois frileux soit dû au fait que ton corps est entièrement gelé de l’intérieur. Le résultat, c’est que tu as l’impression que tes extrémités sont toujours sur le point de tomber, à commencer par ton nez qui arbore une jolie teinte rougeaude toute l’année.

4. Les conditions de travail loin d'être évidentes

D’abord parce que tu fais chier tout le bureau pour avoir le droit de foutre le chauffage, droit qu’on te refuse sous prétexte que « 28°C n’est pas une température viable pour bosser ». Ensuite parce que c’est quand même drôlement galère de taper à l’ordi avec des gants.

5. La période d'hibernation

Étant particulièrement sensible au froid, tu as un peu moins tendance à sortir de chez toi dès que les températures baissent. Et par un peu moins, on veut dire que tu te fous sous ta couette avec ton ordi, et que tu n’en bouges qu’en cas d’extrême urgence du type exams/convocation au tribunal/attaque zombie. Du coup, neuf mois par an, tu t’enfermes chez toi et tu bases tous tes potes de peur de devoir affronter ton pire ennemi : le froid.

6. Les factures d'électricité qui font mal, très mal

Dès que tu ressens une sensation de froid, tu mets le chauffage, c’est généralement aux alentours du 15 août. Ajoutons à cela que tu prends une douche le matin pour te laver et une douche le soir pour te réchauffer parce que « bon quand même il fait frisquet », et forcément ça ne rend pas service à tes factures d’électricité.

7. Le regard des autres

Parce que oui madame monsieur, on se sent jugé quand on se balade en gros pull par 40°C et avec notre doudoune dès le mois de septembre. Et si vous croyez que c’est facile, eh bah pas du tout et ni votre petit regard moqueur, ni votre sourire en coin n’aident à rendre notre quotidien plus facile.

8. Le look de merde (et je pèse mes mots)

Le frileux préférera toujours le chaud au beau. Par conséquent, quand vient l’hiver, il n’hésite pas à porter ce vieux pull de Noël acheté en 1992, à superposer les couches de collant (oui, c’est à vous qu’on parle mesdames) et à foutre des mitaines parce qu’il va pas non plus arrêter de cloper. Le petit souci c’est que tout ça est fort laid.

9. Les valises beaucoup trop remplies

Forcément quand on embarque 12 pulls en laine pour une semaine de vacances en Corse, ça devient un peu compliqué de tout faire rentrer dans un bagage à main. « Bonjour madame, vous avez 7 kilos d’excédent de bagages à payer. Nous prenons la carte bleue, merci. »

10. Les mains littéralement congelées

Vous ne connaissez pas ça vous autres non frileux, mais nous quand il fait froid et qu’on a le malheur de sortir notre patoune de la poche de notre manteau, eh bien elle se fige tout bonnement. On a alors la main toute raide et paralysée et on n’arrive plus à plier nos pauvres petits doigts. On vous laisse nous imaginer en train d’essayer d’ouvrir la porte de chez nous ou de répondre à un texto.

Et si vraiment ça ne va pas, une bouillotte c’est bien aussi.


Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :