Généralement, quand on visite un pays, on se dit qu’il est essentiel de faire le plein de culture en enchaînant les musées, temples ou églises pour en avoir plein la vue. Mais saviez-vous que, aussi drôle soit-il, pénis rime avec érudi ? Si non, il va falloir parfois pousser le compteur kilométrique pour pouvoir accéder à certains de ces lieux insolites touchés par la grâce, mais croyez-moi, ça en vaut la peine(is).

1. La fête du pénis de fer au Japon

Au Japon, on appelle cette fête le « Kanamara Matsuri », et elle se tient chaque année à Kawasaki, au sud de Tokyo. Chaque printemps, on fête la fertilité et tout ce que ça implique; zizis, vagins, spermatozoïdes et fluides corporels par milliers. La parade fait défiler des diverses barques mettant l’accent sur trois pénis conservés dans le temple : le pénis de bois (le plus ancien), le pénis de fer noir et le pénis géant rose.

2. Le Musée National des Phallus en Islande

Si vous faites un tour du côté de la capitale, à Reykjavik, ne manquez surtout pas ce musée biologique (et non érotique) où pullulent mille et une verges de mille et une tailles et mille et un animaux différents. Je préfère simplement vous prévenir, la taille des engins peut faire peur.

3. Le Parc de Haesindang en Corée du Sud

Situé sur la côte est de la Corée du Sud, à Sinnam, ce square met à l’honneur la joie, la spiritualité et le sexe dans toute sa splendeur. Mais l’origine de cette pratique est moins rigolote : peu de temps avant leur mariage, un jeune couple très amoureux a été soudainement séparé par la marée haute qui emporta la femme sous les yeux de son fiancé. Après quoi, impossible de pêcher des poissons jusqu’à ce qu’un pêcheur fasse sa petite affaire dans l’eau. Depuis, on dit que les statues aideraient à apaiser l’âme de la jeune femme et par la même occasion, aider les poissons à refaire surface.

4. Les fresques murales phalliques au Bhoutan

Difficile d’imaginer qu’entre deux temples bouddhistes et au beau milieu de cette belle et paisible nature surgit de nulle part des peintures rendant hommage à la beauté du sexe masculin. Et pourtant, pas loin des sommets de l’Himalaya, on vénère ces petits engins puisqu’ils protégeraient le village du mauvais oeil.

5. Les festival phallique de Bourani en Grèce

Comme si ce n’était pas déjà évident qu’en Grèce, on adore le coït (et le représenter sur différentes cartes de jeu ou porte clés) et par adorer j’entends festoyer. A Thyrvanos, on met à l’honneur ce rituel païen rendant hommage à Dionysos, et ça se manifeste par une bonne beuverie, des chansons paillardes et beaucoup de taquineries de type « youps je t’ai touché le gland ».

6. Les temples de Khajuraho en Inde du Nord

Les collections de statues qui peuplent Madhya Pradesh ont été construites entre 950 et 1050 et rendent hommage à l’hindouisme sous toutes ses formes. À l’époque de la dynastie des Chandella, la religion hindoue portait ses enseignements autour du Dharma (notre place dans la société), Artha (la recherche des biens matériels), Moksha (la libération du cycle des réincarnations), et K?ma, vous l’aurez deviné comme dans « kama sutra » pour signifier le désir et l’érotisme.

8. Cimetière de Khalid Nabi en Iran

Aussi appelé « vallée des sexes », cet étrange cimetière comptait à l’origine près de 600 sculptures érigées pendant le Moyen-Âge. Selon des archéologues iraniens, elles marquent respectivement les lieux, où ont été enterrés des femmes, des hommes et des personnages importants des tribus iraniennes.

Crédits photo (creative commons) : Alireza Javaheri

9. Jeju Loveland en Corée du Sud

Ce parc de sculptures olé-olé a été crée en 2004 par un groupe de diplômés d’écoles d’art coréen sur l’île sud-coréenne de Jeju. Aucune origine historique ou religieuse ici, simplement le plaisir de partager un petit moment cocasse qu’on soit touriste ou local, au milieu des 140 sculptures glorifiant le sexe et tout ce qu’il implique.

DSC_4611

10. Le musée du sexe à New York

Ce musée a été inauguré en 2002 dans le but de retracer l’histoire et l’évolution du sexe dans notre culture. Vous pourrez tomber sur une salle tapissée de seins gonflables, grimper sur un vélo-zizi qui fait des vas-et-viens à me sure qu’on pédale, ou encore des gigantesques statues de cerf qui se la donnent allègrement. Parce que bon, le MoMA ça va bien deux minutes entre nous.

Un top signé Francky Vincent.