Quand on est ado, on n’a pas une thune. Et avec le peu de thune que l’on a, on ne trouve rien de mieux à faire que d’acheter des trucs totalement inutiles et complètement nuls dont on n’aurait eu aucun usage à tout autre âge de la vie. L’adolescence est définitivement un moment bizarre de la vie, et on ne parle pas QUE du fait que notre visage se transforme en paysage de montagne.

1. Les paninis à côté du lycée

Comment pouvais-tu claquer autant de thunes TOUS LES MIDIS dans un truc aussi dégueulasse ? Du pain congelé pas cuit, du fromage de mauvaise qualité, des tomates élevées à l’engrais. Et toi, t’étais content. 4 euros 50, t’étais content. Tous les midis. Tous les putains de midis. Ca m’étonnerait pas que tu en paies le prix plus tard avec un cancer colorectal mon petit père.

2. Les distributeurs de boissons/bouffe au gymnase

Ou comment accompagner les bouleversements de ton corps en prenant 50 kilos à grands coups de Kinder Bueno et de canettes de coca. 2 euros par 2 euros, c’est allé chiffrer dans les 1000 euros sur 5 ans tout ce que tu as filé à ce putain de distributeur tout naze.

3. La Manzana

Parce que tu ramenais ça aux rares soirées en pensant que ça faisait bien parce qu’au moins, c’était plus cher que de la bière. Tu la payais en centimes à l’épicier, ta Manzana, et c’était Byzance, et c’était la fête, et parfois tu prenais plutôt du Soho ou du Melocoton, mais dans tous les cas tu prenais un truc absolument dégueulasse dont la seule évocation ici me donne envie de gerber.

Source photo : Giphy

4. Ton forfait de téléphone

Parce que tes parents ne voulaient pas te le payer et que c’était comme ça qu’on devenait autonome nianianianiania. Du coup, tu avais un forfait tout pourri avec des SMS limités à une époque où le SMS illimité était déjà bien répandu et tu payais pas ça très cher, mais vu que tu devais acheter des recharges régulièrement, ça n’en finissait pas de te coûter bonbon. Un jour tout a changé parce que tu étais adulte.

5. Des trucs nuls chez Pylones et la Chaise longue

Ou l’Univers de Léo. Des tirelires moches, des boîtes en-veux-tu-en-voilà, des cabas avec des trucs sympatoches dessus et humoristiques surtout, des médailles de la plus grosse bite, toute une salve de choses qui ne servaient à rien, ne coûtaient pas si pas cher et étaient fabriquées en Chine par des petits enfants. BRAVO.

6. La papèterie

Stylos parfumés orange ou menthe. Ou stylos dorés. Ou stylos argentés. Et des cahiers fantaisie. Et des carnets tout nul pour faire semblant que t’avais des choses à dire dans ton journal intime. Et des papiers en-tête nazes et fantaisie. Plaisir et bonheur.

7. Au McDo

Parce que plus personne n’était là pour t’interdire d’aller au McDo tous les jours donc tu te disais que c’était ça, le bonheur, pouvoir aller au McDo tous les jours sans les parents pour t’ennuyer alors que tu y avais bien le droit, parce que ça faisait plaisir, et prendre 100 kilos parce qu’une fois de temps en temps c’est sympa mais tous les jours c’est triste, et s’en dégoûter pour les siècles des siècles.

8. Les cartes Pokemon ou Magic

Ou les Warhammer. Bref toute forme de choses dont l’achat compulsif t’éloignait définitivement de toute activité sexuelle. Dont acte.

Source photo : Giphy

9. Les magazines pour ados

Enfin soi-disant pour adultes, mais en fait pour ados parce que seuls les ados les lisent : 20 ans contre Men’s Health. Tu voulais être une vraie personne, sans te rendre compte que les vraies personnes ont des épaules plus larges et une voix normale, et surtout qu’ils n’ont pas une tête d’enclume.

10. Les jeux vidéo

Parce que les jeux vidéo c’était trop bien et qu’on avait le droit d’y jouer si on avait bien fait ses devoirs alors on en achetait d’occas parce que c’était trop bien et qu’on avait le droit d’y jouer si on avait bien fait ses devoirs, alors on en achetait d’occas parce que c’était trop bien et qu’on avait le droit d’y jouer si on avait bien fait ses devoirs, alors on…

11. (Bonus) Des CD 2 titres

Et ouais, on devient vieux.

Tu t’es mis ta banque à dos.