Les drones, c’est un peu l’accessoire le plus blackmirroresque avec lequel on cohabite de nos jours. On en voit un peu partout sans comprendre vraiment comment ça marche cette merde sans aile avec des hélices d’hélico mais une taille de guêpe. Alors même si l’usage de drones est encadré par la loi, on n’en trouve pas moins des délits, voire des crimes commis par l’intermédiaire de son utilisation.

1. Surveiller un distributeur de banque

C’est ce qui s’est passé en Irlande du nord, en août 2016. Un drone a été repéré en train de mater pépouze les gens rentrer leurs codes de carte bleue au distributeur. Le truc marrant c’est que quand la sécurité l’a repéré, le drone a filé puis pris de panique s’est écrasé sur un taxi. Pas de blessé dans l’absolu mais surtout une grosse galère au niveau des assurances pour trouver le responsable d’un tel acte.

2. Une livraison de drogue en prison

Dans une maison correctionnelle en Ohio, des prisonniers ont trouvé un moyen assez original pour faire parvenir de la drogue à l’intérieur des barreaux : le drone. C’est comme ça qu’on a mis la main sur 7 grammes de héroïne, 57 grammes de marijuana, et de 142 grammes de tabac. Bonne pioche.

Source photo : Giphy

3. Ou carrément se faire livrer un kit d'évasion de prison

Bah ouais les gars quitte à se faire livrer un truc en prison par drone autant opter carrément pour l’attirail nécessaire afin d’organiser ton évasion. C’est ce que des prisonniers ont fait en Ohio se faisant livrer un téléphone portable, une scie, et de la glue. Bon après, je sais pas comment les mecs comptaient s’évader avec ça (il manque clairement un cure dent et un chewing gum à cette liste de course)…

4. Du piratage organisé

Des hackers par drones, ça existe. Ça existe même beaucoup. Tellement qu’un service de sécurité a développé un programme de hacking de drone permettant ainsi de hacker les drones hackeurs et de faire ainsi honneur à l’adage de l’arroseur arrosé. Judicieux.

5. Les drones de combats servent tout simplement à tuer des gens

Bah oui c’est déjà suffisant, à partir du moment où ces trucs servent à faire la guerre on aurait du se douter que leur existence signait le début de la fin de l’humanité.

6. Un cambriolage

Une méthode de plus en plus courante chez nos amis les cambrioleurs consiste à envoyer leur drone faire du repérage déjà pour savoir si les gens sont chez eux, et puis pur repérer les portes d’entrées, les cachette et mettre au point un cambriolage de qualité supérieure.

Source photo : Giphy

7. Voler dans une zone interdite de type aéroport

Quand tu possèdes un drone de loisir tu peux faire un peu ce que tu veux mais tu dois juste suivre certaines règles, ne pas voler au dessus de gens, ne pas aller à plus de 150 mètres de hauteur, et bien sûr ne surtout pas traîner dans une zone aéroportuaire. Pour une simple raison ça peut créer des accidents mortels d’avion surtout si une de ces petites merdes percutent le réacteur d’un avion. Et pourtant malgré ça, aux Etats-Unis depuis le début de l’année 2018, on a intercepté pas moins de 250 drones volant illégalement dans les aéroports.

8. Une astuce bien vicieuse pour faire obstacle à raid visant à secourir des otages

Ça s’est passé en 2017. Alors que les agents du FBI menaient un raid dans une ville américaine et campaient au préalable dans poste d’observation, les vilains imposteurs animés de mauvaises intentions leur on balancé un « essaim » de drones empêchant tout visibilité de la zone de danger.

9. Faire diversion quand on fait de la contrebande

En fait, pour faire un bon usage de ton drone il suffit d’avoir un peu d’imagination. Ainsi plusieurs contrebandiers faisant voyager des produits illicites par container ont pu prévenir des interventions de la douane avec un drone avisé qui fera alors diversion en créant une fausse alarme pour empêcher la douane de mettre la main sur les produits illégaux.

10. S'offrir une petit cession voyeuriste

De nombreuses plaintes ont été déposées un peu partout dans le monde. Des particuliers sont ainsi occasionnellement témoins de drones qui traînent aux fenêtres des appartements d’un même immeuble, ou dans un quartier et qui donc potentiellement se rincent l’œil tranquillou sans que leur propriétaire ne puisse se faire gauler. Malin.

Source photo : Giphy