Je tape ce top. Quelqu’un va le lire. Et il va décider de devenir nazi. Et ce sera ma faute.

Vous voyez cette chaîne de corrélations pas très logique ? Et bah dans l’Histoire, c’est pareil. Il n’est pas impossible que des choses pas prévues résultent d’actions qui disaient qu’elles voyaient pas le rapport.

1. La prohibition a donné naissance au trafic de drogue moderne

De 1920 à 1933, il était formellement prohibé de boire de l’alcool aux Etats-Unis. Cette période de prohibition n’a évidemment pas fait cesser la consommation d’alcool : celle-ci était devenue clandestine et l’alcool était fabriqué en lousdé puis distribué par des réseaux mafieux qui, auparavant, s’occupaient plus volontiers de jeu et de « protection ». Âge d’or, pour Al Capone et tout le toutim.

En 1933, on décide que c’était une belle connerie, tout ça, et on légalise à nouveau l’alcool. Et qu’est-ce qu’il se passe ? Les mafieux ont un manque à gagner terrible. Ils se tournent donc naturellement vers de nouvelles sources de revenus à même de compenser leur perte et c’est comme ça que le trafic mondialisé de la drogue a vu le jour.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. La peste noire a participé à l'amélioration des conditions de vie des travailleurs

Au milieu du XIV° siècle, la peste noire a décimé environ 25 millions de personnes en Europe, soit plus d’un tiers de la population du continent. En conséquence de quoi il manquait un certain nombre de personnes pour faire vivre les champs et tourner les toutes premières manufactures. Pour attirer le chaland, les propriétaires terriens et les pré-industriels n’ont eu d’autre choix que de leur proposer de meilleures conditions de travail et de rétribution : c’est ainsi que le servage a disparu.

3. L'étuption du Krakatoa a changé les paysages dans l'art du début du XX° siècle

Ce volcan du Pacifique est entré méchamment en éruption en 1883, provoquant morts, tsunamis et plein de bordel. Mais les particules lancées dans l’atmosphère ont durablement modifié la densité et la couleur du ciel, notamment au couchant, et ce jusqu’en Europe. Du coup, entre la fin du XIX° et le début du XX° siècle, la peinture a gravé des paysages irréels, comme dans Le cri de Munch, où le choix des couleurs du ciel est probablement imputable à l’éruption survenue 10 ans avant la finalisation de la première version de l’oeuvre.

4. La catastrophe de Fukushima a aidé à la protection des thons

Les isotopes radioactifs libérés dans la mer ont touché les thons qui ont développé un niveau de radioactivité jusqu’à 10 fois supérieur à la moyenne. Dès lors, leurs bancs étaient plus faciles à tracer et leur protection plus facile à assurer. Sans compter que le risque pour le consommateur a entraîné une baisse de la pêche et ainsi permis le repeuplement d’espèces endémiques.

5. Le réchauffement climatique a ouvert des routes maritimes dont l'utilisation réduit l'émission de pollution

La fonte des glaces permet en effet de relier l’Asie et l’Europe en passant par le pôle Nord : un trajet beaucoup plus court que la route utilisée jusqu’alors et donc moins polluant. Comme quoi, une fois qu’on aura bien tout détruit, on pourra tranquillement arrêter de polluer.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

6. L'invention des gaz chimiques est à l'origine du look militaire

La Première guerre mondiale a été le premier conflit dans lequel des armes chimiques (notamment le gaz moutarde) ont été utilisées. Pour se protéger des attaques ennemies, les militaires devaient dès lors se munir de masques à gaz dont le look en forme de mouche fait encore peur aujourd’hui. Et pour garantir l’herméticité desdits masques, les soldats devaient se couper les cheveux à ras… Aujourd’hui, les équipements ont changé, mais il est toujours obligatoire pour les militaires de se raser les cheveux.

7. La Première guerre mondiale a donné naissance à la serviette hygiénique

Pendant la Première guerre mondiale, les hôpitaux ne désemplissaient pas. Et pour soigner les blessés, il y avait besoin de bandages, de beaucoup beaucoup de bandages. Sauf que les principaux producteurs de coton dans le monde, au premier rang desquels les Etats-Unis, ne pouvaient pas satisfaire à la demande galopante. Là, Kimberly-Clark invente un procédé de ouf consistant à récupérer les chutes de bois utilisé pour fabriquer du papier afin de les transformer en matière très très absorbante. La boîte commence à en fabriquer des pelletées pour approvisionner les hôpitaux et dispensaires. Et là… La guerre se termine. Que faire avec tout le surplus de production ? Un petit malin se rend compte qu’il n’y a pas qu’à la guerre qu’on voit du sang. Et les serviettes et tampons hygiéniques sont nés.

8. L'ouragan Katrina a amélioré la santé des habitants de Louisiane

En déchaînant la mer sur les sols de l’Etat, l’ouragan a drainé une bonne partie des sédiments de plomb qu’ils contenaient. Or, les taux de plomb dans les sols de Louisiane étaient alarmants d’un point de vue sanitaire. Dès lors, l’espérance de vie en bonne santé a augmenté ; plus encore, le taux de mortalité infantile a drastiquement baissé dans tout l’Etat.

9. La chute de Constantinople en 1453 n'est pas étrangère à l'avènement de la Renaissance

Quand la maison brûle, il faut se tirer fissa. C’est ce qu’on fait tous les savants, historiens, artistes byzantins à la chute de leur Empire. La zizanie les a menés jusqu’en Europe, et notamment en Italie, où ils ont apporté leurs ouvrages et connaissances. Le début d’une grande ère d’échanges culturels, commerciaux et de meilleure connaissance du monde et de ses civilisations.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

10. Sans le nazisme, on n'aurait pas marché sur la Lune

Wernher von Braun était un nazi bon teint et un scientifique émérite que les velléités belligérantes du troisième Reich ne choquaient pas, bien au contraire : c’est à lui que l’on doit la création des missiles V2. Toujours est-il que, comme plein d’autres scientifiques et espions nazis, von Braun a été gentiment exfiltré à la fin de la guerre par nos amis américains qui ont su exploiter son savoir-faire. C’est à von Braun que l’on doit le développement du lanceur Saturn, lequel donnera naissance aux lancements Apollo et donc au premier pas sur la Lune.

Le battement d’ailes d’un papillon, tout ça tout ça.

Via : Cracked