kkk
Crédits photo (creative commons) : Paul Walsh

Internet a permis plein de bonnes choses depuis sa création, personne ne nous contredira. Comme réserver ses billets de train, commander des pizzas sans parler à personne ou revoir "l'amour est dans le pré" en replay. Mais aussi et surtout, Internet a aidé à la libération, du moins à amplifier, une certaine parole, anonyme, agressive et sentant bon le "c'était mieux avant". Et là on dit attention: balancer un Tweet bien raciste ou un commentaire "tous pourri" ne se fait pas n'importe comment. 20 règles pour être un bon troll.

  1. Ne souriez pas sur votre avatar
    Restez crédible d'entrée de jeu. Choisissez plutôt un avatar avec une photo qui pose le message tout de suite, comme "force et robustesse" ou une croix de guerre quelconque. Les gens comprendront que vous n'êtes pas là pour déconner et qu'il ne faut pas vous la faire à l'envers.
  2. Choisissez sciemment un identifiant qui en impose
    David_44 par exemple ça ne marche pas. Vous ne faites plus de cibie depuis 15 ans et personne n'est intéressé par le fait que vous habitez la Loire-Atlantique. Non, "francais_d'abord", c'est mieux. Pas de panique, tout le monde se fout que vous ayez oublié le "ç" à français.
  3. N'utilisez pas d'émoticon dans un commentaire raciste
    Ca ajoute un côté "mignon-LOL" qui va à l'encontre de votre démarche violente. "Chambre à gaz" et un smiley n'ont rien à faire dans la même phrase.
  4. N'oubliez pas d'inclure tous les stéréotypes dans vos commentaires
    Parlez du Maghreb sans parler de "mobylette", de "voleur" ou "d'Assedic" pourra être considéré comme une faute grave dans le code du bon raciste. "Une banane pour Taubira", c'est parfait.
  5. Utilisez des hashtag fédérateurs pour vos tweets
    Ajoutez juste des #France #blanche, ça aide à choper plein de RT's.
  6. Ne citez jamais un pays ou une nationalité directement mais plutôt un synonyme plus populaire
    On dit donc évidemment pas "Algérien", mais bien "bougnoul". C'est plus marquant et ça peut faire rire vos amis trolleurs.
  7. Faites référence à l'Histoire avec un grand H
    On ne sait pas toujours de quelle Histoire on parle mais ce n'est pas le plus important. Donnez une date précise ou citez un évènement faisant écho au fait divers en question. Ca fait de vous un référent que l'on n'osera pas contredire. Exemple #732 #CharlesMartel
  8. N'oubliez pas de préciser que le fait divers dont vous parlez arrive "trop souvent"
    Précisez du même coup que "ce sont toujours les mêmes" qui sont impliqués. Ajoutez "comme de par hasard...". N'oubliez pas les points de suspension.
  9. Hurlez que "ce sont toujours les mêmes les victimes"
    Groupe de victimes dont vous ne faites pas encore parti, mais à ce rythme, bientôt. Si vous connaissez la soeur d'une beau-frère à qui c'est arrivé, précisez-le, vous serez encore plus crédible et votre exemple pourra être repris.
  10. ECRIVEZ EN MAJUSCULE
    Pour bien montrer que vous êtes énervé et prêt à prendre les armes, on ne susurre pas.
  11. Blâmez l'état et "ces Messieurs les politiques"
    Si ces saloperies arrivent, c'est que l'Etat, souvent français, a failli à protéger ses concitoyens. Toujours en favorisant les parasites en plus.
  12. Faites référence à des pays qui ont des solutions
    Peu importe si elles marchent d'ailleurs. "Acheter des armes pour se défendre" et "avoir la peine de mort" comme aux USA par exemple. Ca montre à quel point vous êtes ouverts sur le monde.
  13. Faites des raccourcis qui vous arrangent pour renforcer votre discours
    S'il est utile dans votre argumentaire qu'un musulman soit "un terroriste", ne réfléchissez pas et ne vous gênez pas. D'autant que c'est souvent vrai hein. Il est donc logique dans cette démarche rhétorique que le ROM fabrique des paniers. Logique.
  14. Partez du principe que c'est la couleur de peau qui détermine la nationalité
    "Etre noir et français, ben voyons."
  15. Chiffrez votre démonstration, mais restez vague
    Exemple "il y a en trop". C'est court, ciselé et suffisamment vague pour ne pas vous lancer dans une bataille de chiffres avec vos adversaires.
  16. Si quelqu'un vous prend à parti avec démonstration implacable, ne vous excusez jamais.
    JAMAIS. C'est pour les faibles. Et ceux qui veulent votre peau n'attendent que ça.
  17. Utilisez aussi Instagram à bon escient
    Les réseaux sociaux peuvent aussi aider à faire connaître votre collection de couteaux et fusils de chasse. Là au moins on ne risque pas de se faire rabattre la boite à fromage par un militant du front de gauche. Et sinon, plaidez la légitime défense.
  18. Prévoyez l'avenir dans vos propos
    Parce que votre côté visionnaire vous permet d'anticiper les problèmes, c'est même une évidence pour vous. Un "hé ben allons-y quoi, on voile nos enfants et on les envoie se faire sauter dans le métro ?" sera bien senti.
  19. Renvoyez tout le monde chez soi en fin de commentaire (et les vaches seront bien gardées)
    Si vous n'êtes pas fort en géo, restez vague. Un "qu'ils rentrent chez eux" ira très bien. Tout le monde aura compris qu'on parle de "là-bas", enfin de "lamaghrébie".
  20. Jouez sur le coté fraternel, après tout vous n'êtes pas seul
    Citez vos copains dans les commentaires, vous n'oublierez pas non plus de faire un #FF à Nadine Morano et Christine Boutin "#onlacherien".
  21. Evitez les références aux nazis
    Les gens détestent les racistes qui ont réussis. Oui on sait, ça démange mais c'est mieux. Et puis les non racistes le feront à votre place rapidement avec un joli point Godwin.

A vos com' les troll

Inspiré par Clutchmagonline.com