Confinement oblige, l’école c’est vous désormais. Une mission que vous n’envisagiez absolument pas tant votre propre scolarité a été un naufrage complet. On prend son courage à deux mains afin de ne pas laisser votre enfant, esseulé, aux portes du savoir.

1. Prenez quelques instants pour vous

Inspirez. Expirez. Avant de vous jeter dans la gueule du loup, faites quelques pas (en extérieur si vous en avez la possibilité, dans un rayon d’un kilomètre). Prenez une large bouffée d’oxygène à la fenêtre. Vous êtes zen ? Allez, c’est parti.

(Cinq minutes plus tard) Faites quelques pas, inspirez profondément…

2. Relativisez

Au même âge que votre enfant, vous étiez aussi nul. Soutenez-nous, droit dans les yeux, que vous connaissiez à seulement 8 ans la composition chimique de l’atmosphère de la planète Venus. Que la concordance des temps était une sinécure (c’est pas faux). Et que le carré de la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés. De l’hypoquoi ?

3. Prenez les choses du bon côté

Avouez-le : avant de mettre les mains dans le cambouis, vous ne saviez plus poser une division – le saviez-vous d’ailleurs originellement ? Le passé simple n’était qu’un lointain souvenir douloureux. Non, la ville de Rennes ne se trouve pas à cet endroit. Chouette, vous allez apprendre des choses. Merci maîtresse !

4. Étalez

Si l’apprentissage est trop laborieux et que vous êtes au chômage technique, diluez au fil de la journée la masse de travail. 10 minutes pour ce problème de mathématiques par ci. 30 minutes pour cette fiche de lecture par là. Emaillez la journée de mini-récréations et autres pauses cigarette (pour vous, pas pour l’enfant). Cela fera du bien à tout le monde.

5. Hurlez dans un coussin

La texture ouaté et le confort alvéolé d’un coussin absorbent à la perfection les hurlements primitifs. Surtout lorsque l’enfant vient de vous demander pour la neuvième fois consécutive l’orthographe du mot « dimanche ».

6. Laissez tomber

Ne trouve-t-on pas dans la Bible cette phrase supposément dite par Jésus-Christ « heureux les simples d’esprit, car le royaume des cieux est à eux » ? Ok coule alor sa veu dir kon peu aitre 1 peu stupid lol.

7. Sombrez dans l’alcool ou la drogue

Ce n’est pas la meilleure des solutions. Mais cela reste une solution. Au moins, le temps passera plus vite. Attention, l’abus d’alcool et la prise d’opiacés sont dangereuses pour la santé et n’allez surtout pas encombrer les hôpitaux par les temps qui courent pour un vulgaire coma éthylique. Soyez sérieux. Vous êtes des parents responsables bon sang de bois.

8. Organisez une vision-conférence avec quelques uns de ses camarades

Pas idiot de recréer l’ambiance d’une salle de classe. Cependant, l’enfant risque d’être happé par l’écran tel un mouche par le miel. Donnez un cadre à la discussion. Par exemple : debriefing de ce que la maîtresse a donné comme devoirs, différents scénarios d’évasion, la nullité des parents etc…

9. Appelez SOS Parentalité

Si vous frôlez le burn-out complet, cette hot-line est faite pour vous. L’appel est gratuit et anonyme, du lundi au samedi de 14 à 17 heures. À l’autre bout du fil, un professionnel de l’enfance, de l’éducation ou de la psychologie vous aidera à trouver une solution diamétralement opposée à la vôtre (en l’occurence l’infanticide). 0 974 763 963

10. Pensez aux maîtres et maîtresses

Pensez à leur patience, abnégation, méthodologie. Tout ce que vous n’avez plus dès ce 96e jour de confinement total. Quoi ? Comment ? C’est seulement le 8e !? Seigneur Dieu…

Parents, soyez courageux. De cette épreuve, toute la famille en sortira grandie. Et si vous voulez qu’on vous aide à faire passer des examens de fin d’étude à votre enfant, il vous suffit de lui faire passer les tests suivants : Es-tu une bête en géographie ?, Connais-tu bien les capitales européennes ?, Es-tu une bille en orthographe ? As-tu le niveau d’un élève de CM2 ? (très pratique, surtout si l’enfant en question est en CM2) ou pour être directement fixé : Quel est ton niveau de QI ? Comme ça au moins si ton enfant a zéro, tu sais qu’il ne servira à rien de lui enseigner les bases. Quant aux maths, tu pourras le faire réviser à l’aide de ces devinettes mathématiques.