Crédits photo (creative commons) : JamesCalder

C'est sûr que c'est plus confortable d'affronter la Suède avec l'obligation de ne pas prendre une volée que de jouer le Danemark avec l'obligation de gagner avec un écart d'au moins deux buts comme ça nous est arrivé trop souvent. Mais comme on n'a rien compris aux calculs d'apothicaires des possibilités d'élimination, on ne fait pas trop les malins au coup d'envoi de ce match en se demandant trop ouvertement si on préfère jouer l'Espagne ou l'Italie. Finalement, autant prendre ce match pour ce qu'il est : une opposition contre une équipe proche de la France qui peut être découragée comme vexée. Donc sérieux, rigueur et on reste bien en place.

  1. Plutôt que faire jouer les coiffeurs, Laurent Blanc a préféré faire jouer les coiffés
    Menez, auteur d'une saison décevante au niveau capillaire, reste donc sur le banc.
  2. On se rappellera d'un hommage à Thierry Roland à Kiev, en Ukraine
    Une nation qu'il aura qualifiée de "pays à la con" dans l'un de ses derniers souffles. Quand on a vu ça, on peut mourir tranquille... Enfin, le plus tard possible. Il avait dû sentir que le vent tournait.
  3. Un début de match marqué par plusieurs tentatives de la tête des Suédois
    Apparemment, les conseils d'Ibra à ses coéquipiers, c'était : "je connais bien Mexès, et je vous confirme qu'il a pris du poids"
  4. Tiens, il a joué Ben Arfa ?
    Pendant 10 minutes, on y a cru. Et puis on s'est rappelé que Ben Arfa, c'était d'abord le joker idéal.
  5. Debuchy s'installe
    Malgré une légère alerte à l'infirmerie, Blanc lui a laissé le choix de disputer la rencontre ou non contre Réveillère. Ça fait bizarre de se dire aujourd'hui qu'il est là pour remplacer Sagna. Surtout qu'il sait centrer.
  6. Nasri considère qu'il a dit tout ce qu'il avait à dire au premier match
    Du coup, plus besoin de marquer des buts, ni même de toucher le ballon dans des zones décisives.
  7. Jean-Michel Larqué était en colère contre la nonchalance des Bleus
    Les cirscontances sont délicates pour lui mais on ne serait pas surpris de le voir écrire "Apprenez les Lois du Jeu,Apprenez les Lois du Jeu" (oui il double tout le jean mimi) ou "Toi aussi Ferme ta gueule", éd. Calmann-Lévy, 19 euros prix conseillé.
  8. Devoir sa qualification aux anglais, ça fait un peu mal au derche
    Oui les mêmes qui ne mettaient pas un pied devant l'autre au premier match. Et qui font qu'on se tapera l'Espagne en quart. Olé.
  9. But de Zlatan "à la Zlatan". Sur les matchs en bois, c'est le meilleur.
    Une volée à l'entrée de la surface qui demande autant d'arrogance que de talent. Si on nous disait qu'il arrivait au PSG, on aurait une bonne raison de se consoler.
  10. Le débat sur Mexès est (enfin) terminé, il est suspendu au prochain match
    Il y aura donc un Polonais en quart de l'Euro avec Koscielny. En tout cas, un mec aussi polonais que Obraniak ou Perquis.
  11. Une défaite historique au meilleur moment
    42 ans que la Suède n'avait pas battu la France, 23 matchs sans défaite pour les Bleus, et la France n'avait pas perdu contre autant d'anciens joueurs de Ligue 1 depuis France-Sénégal en 2002. S'il y avait un match à perdre, c'était celui là. C'est fait.

Et vous, vous y croyez toujours?

Footeu-se dans l'âme ? On a déniché les gadgets les plus cool :