Comme disait notre douce Juliette Gréco nationale « La musique c’est d’abord le texte et d’abord la mélodie ». Par ce judicieux trait d’esprit, la muse de Saint-Germain-des-Près montrait d’ores et déjà que la mélodie était l’égal du texte et inversement. Pourtant si la mélodie nous entourloupe souvent, le texte se joue aussi parfois de nous. Il faut bien le dire, beaucoup de chansons nous font croire des trucs ou nous plongent dans des sentiments qui sont pourtant totalement contraires au réel contenu.

1. "Lemon tree" de Fools Garden

Ouuuuh qu’elle est mignonne et joyeuse cette chanson à la mélodie douce et enjouée ! Oui sauf qu’en fait non. Elle causerait en réalité ni plus ni moins de l’histoire du chanteur de sa fiancée morte dans un accident de voiture qui s’est plantée dans un arbre (un citronier ! d’où le « lemon tree » ça par exemple).

2. "Je suis venu te dire que je m'en vais" de Serge Gainsbourg

On a une fâcheuse tendance à croire que cette chanson parle d’une rupture. On vous en veut pas, nous aussi on a cru. En fait, quand Gainsbourg écrit cette chanson nous sommes en 1973 et il vient de frôler la mort après un premier infarctus. Du coup, il pète pas la forme et s’inspire du poème de Paul Verlaine « Chanson d’Automne » et enregistre les pleurs de Jane Birkin. Il ne la quitte pas, il lui annonce surtout qu’il va clamser.

3. "Ne me quitte pas" de Jacques Brel

Si cette chanson a fait le succès de notre bon Brel pas du tout national notamment pour son interprétation de hyper incarnée, en réalité le chanteur s’est défendu d’avoir produit une chanson d’amour. Pour lui, il s’agit plus d’une chanson qui se fout de la gueule des canards, ces hommes lâches qu’il qualifiera même de « cons » et de « ratés ». Dur.

4. "Heroes" de David Bowie

Des héros ? Non en fait je ne crois pas. Si l’on se penche un peu sur les paroles (ce qu’on a moins l’habitude de faire avec les texte anglophones il faut bien l’avouer), cette chanson parle avant tout d’un homme qui trompe sa femme « just for one day ». Le titre est purement ironique. C’est peut-être pour cette raison que la chanson est classée 46ème sur le classement établi par le magazine Rolling Stone des 500 meilleures chansons au monde.

5. "L'aigle noir" de Barbara

C’est une des plus belles chansons de Barbara, celle qui est d’ailleurs la plus souvent reprise, on la fredonne non sans une pointe d’émotion, se disant que c’est beau putain cette histoire d’aigle. En fait, c’est ce qu’on appelle une… MÉTAPHORE. A travers cette chanson elle parle surtout du viol de son père. Rien à voir avec un traité d’ornithologie.

6. "Rock The Casbah" de The Clash

Si le tube du groupe punk anglais a été malencontreusement considéré comme cri de haine contre les Arabes, il n’en est rien. A la base, la chanson s’inspire de l’interdiction de la musique rock en Iran sous l’Ayatollah Khomeini mais elle ne mentionne pas directement le pays (ni aucun pays islamique). Or, les conservateurs républicains américains ont utilisé cette chanson pour justifier la guerre du Golfe (donc en Irak) alors que les Clash faisaient juste une critique du régime iraniens qui bannissait la musique occidentale.

7. "Summer Nights" de Olivia Newton John & John Travolta

On savait déjà que Grease n’était pas un film à la morale très réjouissante. L’histoire d’une meuf qui se transforme en ultra-pouf pour séduire le premier demeuré venu, hello sadness my old friend… Toujours est-il que le tube du film qu’on aime danser joyeusement en chantant en chœur parle ni plus ni moins d’un viol. Ah si je vous assure. Voyez plutôt : (Chœur des filles) Tell me more, tell me more, was it love at first sight ? (Chœur des garçons) Tell me more, tell me more, did she put up a fight ?.

8. "Ma plus belle histoire d'amour" Barbara

Gros prank de Barbara (rappelez-vous déjà sur le point concernant sa chanson L’Aigle noir qui montrait que c’était une sacrée joueuse) qui nous fait croire qu’elle parle d’une histoire d’amour avec une personne de type masculin alors qu’en fait elle parle du public car c’est lui sa plus belle histoire d’amour. Trop chou

9. "Yaka dansé" de Raft

Derrière ce bon p’tit reggae des familles qui date de 1987 sent bon le soleil et la détente caliente. Mais c’est en fait une véritable prise de position politique contre les événements de Nouvelle-Calédonie, puis plus globalement de colonisation. Bref ça sent pas la joie, mais pour le savoir il faut tendre l’oreille.

10. "On va la pécho" de Cyril Hanouna

Ce chef d’oeuvre musical qui met à mal les diktats de la bienséance tout en chatouillant le fanon de la bien-pensance nous plonge dans un trouble rarement égalé. En effet, si les paroles semblent sous entendre qu’on parle d’une femme qu’on va « pécho » il s’agit tout simplement de la coupe du monde ! N’hésitez pas à lire ce commentaire composé de mon collègue et avant tout ami Thomas Gayet ici-même.

LA MUSIQUE NOUS MENT !

Source : Cracked, Le Figaro