Rachida Dati reste un mystère absolu pour moi. C'est un peu comme ces grognasses qui refoutent leurs pantalons d'avant grossesse 2 jours après la naissance : on en connait toutes, et on les a toutes moultement détestées pour ça. Je te propose donc de voir la vie du bon côté et te laisse découvrir 10 (bonnes? ou mauvaises) raisons d'être finalement contente (ou pas trop désespérée) de ta césarienne.

  1. Ton nain, il est tout beau tout nickel même pas abîmé à la sortie : forcément, vu le trou béant que le chirurgien a pris soin de te faire dans le bide, il sort pénard sans avoir à se plier les os du crâne et s'écraser le nez contre ton vagin. En un mot, il n'est pas frippé, c'est le plus beau de toute la maternité. Bon, comme tu peux pas te lever de ton pieu, tu risques pas de te pavaner dans les couloirs et te moquer des autres bébés tout tordus et asymétriques, mais quand même. Ca fait du bien de le savoir.
  2. T'as une bonne raison pour ne rien faire pendant au moins 2 mois : entre nous, t'avais pas vraiment besoin d'une énième raison pour ça, suffisait de continuer sur ta lancée pré-boucherie, à pas pouvoir te baisser, t'assoir ou te coucher sans un ingénieux système de poulies et de grues. Mais là en plus, tu peux jouer la carte de la douleur.
  3. Le joli sourire de 12 cm, là, il relativise vachement les 3-4 vergetures que t'as sur le ventre : jusqu'à la veille de l'accouchement, tu te morfondais devant la glace en voyant ces quelques stries disgracieuses. Et bien maintenant, limite tu ne les vois plus. Le mot important étant « limite ». Parce que tu les vois quand même encore un peu. T'as accouché, hein, t'es pas devenue aveugle non plus.
  4. T'as pu vérifier par toi-même que Grey's anatomy et Urgences, c'est vraiment n'imp, et tu fantasmes du coup beaucoup moins sur Karev ou Sheperd : le bel infirmier, t'y as pas eu droit (enfin peut-être que si, mais la morphine n'aide pas à avoir les idées claires), et le dialogue surréaliste pendant qu'on te recoud, t'y a pas eu droit non plus. Rien à voir avec les séries, sauf quand le gars crie « incision », mais là, ça tient plus du cauchemar.
  5. Tu ne te seras jamais fait dessus en public : eh ouais, encore un secret bien gardé par la brigade des nurses. La nature est souvent bien faite, et parfois un peu moins. Le bébé, là, sa grosse tête, bah quand elle descend, elle joue un peu le rôle du rouleau compresseur sur tout ce qui l'entoure. Vessie, col de l'utérus et rectum. Tu vois ce que ça fait quand t'aplatis avec le poing un tube de dentifrice ? Voilà, t'as tout compris. Au moins avec la césa, ton caca, tu le gardes pour toi.
  6. Ton mari aura la chance de te connaitre vraiment de l'intérieur : et si votre couple résiste à cette vue, alors vous avez toutes les chances de résister aussi aux nuits blanches à se hurler dessus dans les couloirs en se refilant un bébé qui s'est encore laissé aller jusqu'aux épaules.
  7. Parce que sinon tu serais enceinte d'environs 16 mois, et ça commencerait un tantinet à faire long : ou un peu pachydermique. Ou les deux. Bref, ton projet de naissance tout rempli de papillons mignons qui s'envolent de ton vagin quand tu souffleras élégamment sur un petit lit d'hôpital assorti à ta robe de nuit Barbie, entre nous, césarienne ou pas, c'était pas possible.
  8. Dans quelques jours, dès que cette sensation très légèrement désagréable de viscères qui tentent de se barrer dès que tu bouges aura disparu, tu pourras te marrer comme une loutre sans jamais te pisser dessus : ce qui est drôlement utile pour lire ce site au boulot. Ouais, je sais tout. L'odeur de vieux pipi ne passera pas par toi, et les couches de vieux resteront chez ta mamie.
  9. T'évites au passage de te faire mettre un sex toy de sage-femme en forme de mini-fusée lunaire dans le vagin pendant 20 minutes et pour une dizaine de séances : le genre de tête-à-tête très confortable, autant physiquement que socialement.
  10. Tu participes généreusement, grâce à ton incapacité à pondre naturellement, à l'achat du nouveau Q7 de l'anesthésiste et au prochain voyage aux Maldives du chirurgien : donc à la préservation des emplois dans l'industrie automobile et le monde merveilleux du tourisme de luxe.

Et vous, vous en voyez d'autres ?

Top écrit par MaxiBestOfMcMaman, topiteuse récidiviste

Crédits photo (creative commons) : Hafdís H