Ce n’est pas parce qu’on ne s’appelle pas Stéphane Bern, qu’on n’a pas le droit de se faire une petite sélection des plus beaux villages qu’on connait. À commencer par ceux du département du Rhône. Parce qu’il parait que plus c’est petit, plus c’est mignon.

1. Oingt

Perché sur les hauteurs des vignes du Beaujolais, Oingt est un village médiéval classé parmi les plus beaux de France, le seul du département à avoir obtenu cette distinction. Pas de quoi fanfaronner, mais quand même un peu. Oingt n’est pas l’un des joyaux du Pays des Pierres Dorées pour rien et offre en plus d’une vue panoramique sur les monts lyonnais et du Beaujolais, une balade dans le temps au travers de ses ruelles médiévales aux noms rabelaisiens (petite préférence personnelle pour la rue Trayne-Cul) et animées par les échoppes des artisans d’art qui y perpétuent le charme des traditions.

A post shared by Anthony Henon (@henonanthony) on

2. Saint-Symphorien-sur-Croise

Situé au pied d’un éperon rocheux sur lequel trône une imposante église gothique, le village fortifié de Saint-Symphorien-sur-Croise a conservé tout son charme d’antan, au point d’être répertorié parmi les 100 Plus Beaux Détours de France de 2007 à 2012. On se dit qu’il doit forcément y avoir quelques bricoles à voir, entre son marché (un des plus importants du Lyonnais) qui se tient chaque mercredi (vérifiez quand même avant) depuis le XVème siècle, ses remparts qui encercl(ai)ent la ville et ses bâtisses privées à encorbellement typiques du moyen-âge.

Crédits photo : plusbeauxdetours.com

3. Beaujeu

Ce village a donné son nom au Beaujolais que l’on peut traduire comme «pays de Beaujeu». Beaujeu voulant dire lui-même «Belle montagne». La cité aurait été érigée sur un ancien étang où le fils du puissant Seigneur local se serait noyé en y conduisant ses chevaux. Son père fit alors vœu de bâtir une église à l’endroit où serait retrouvé le corps du jeune prince. Ce qu’il fit visiblement, puisque l’étang est aujourd’hui à sec, à la différence des fûts qui garnissent les caves des vignobles de la région. D’ailleurs, on vous conseille de faire une halte au Temple de Bacchus situé dans le village… et de repartir à pied.

4. Villefranche-sur-Saône

Villefranche-sur-Saône possède un petit côté Vieux-Lyon, les restaurants attrape-touristes en moins. Les ruelles du village révèlent de nombreuses demeures gothiques et Renaissance, qui révèlent parfois des cours intérieures dissimulées derrière des façades étroites. Les traboules lyonnaises ne sont pas loin. Et si vous passez dans la région en janvier, profitez-en pour assister à la Vague, qui depuis un siècle, déferle chaque année sur la ville le dernier dimanche du mois, avec dès 11h du matin, un défilé des habitants bras dessus, bras dessous, classés par tranches d’âge, le tout au rythme de la fanfare.

5. Riverie

Riverie est le plus petit village du département du Rhône avec une superficie de 42 hectares. Il se classe même 12ème plus petite commune sur le plan national. Située sur une arête rocheuse, Riverie fut jadis une place forte, fief d’une baronnie qui prit cher pendant les Guerre de religion (Catholiques versus Protestants au XVIè siècle), puis lors de la Révolution (la ville fut d’ailleurs renommée un temps Beaurepaire). Aujourd’hui, le village se visite en coup de vent, normal ça souffle là-haut (700m d’altitude), histoire de s’imprégner de l’ambiance légèrement surannée du lieu, et surtout admirer la vue dégagée sur la vallée du Rhône et le massif du Pilat. Riverie n’est pas surnommée «le balcon du Lyonnais» pour rien.

A post shared by Mattia Bardin (@rogermatau) on

6. Saint-Romain-au-Mont-d’Or

Ce village possède un double visage. Les amoureux des vieilles pierres le décrivent comme la perle des monts d’Or, grâce à ses vestiges datant de l’époque gallo-romaine, et à ses édifices religieux dont certains remontent au XIIè siècle. Mais Saint Romain au Mont d’Or est aussi connu pour la présence sur la commune de la très décriée Demeure du Chaos, temple de l’anarchie créative, qu’on vous conseille fortement de visiter (ouvert uniquement le we de 14h à 17h – entrée gratuite).

A post shared by Mick (@mickgdn) on

7. Montagny

A ne pas confondre avec le Montagny de la Loire réputé pour son vin blanc. Ici, c’est la patrimoine tout entier qui a de la bouteille. Montagny aurait abrité au XIIIè siècle, la première baronnie du Lyonnais. Un titre qu’une famille s’était auto attribué à l’époque. Si la légitimité de cette étiquette reste à prouver, on est au moins sûr d’une chose : les Seigneurs de Montagny devaient peser dans la région. Le bourg médiéval garde en effet les traces de sa puissance d’antan avec son château aux hautes murailles, bordé de profonds fossés. Quant à sa chapelle romane du XIIe siècle, elles conservent les armoiries des Seigneurs de Montagny présentes sur les vitraux et les fresques intérieures.

8. Longes

Niché au pied des premières rondeurs du Pilat, Longes offre une vue splendide sur la vallée du Rhône, jusqu’aux Alpes par temps clair. Son nom ferait référence au centurion romain Longinus qui aurait percé le flanc du Christ avec sa lance. A moins qu’il ne s’agisse d’une référence à Caius Cassius Longinus, chic type qui, avec le bien nommé Brutus, aurait fait assassiner Jules Cesar. Que des gens biens en somme.

9. Saint-Julien-sur-Bibost

Petit village au pied du mont Arjoux, St Julien sur Bibost offre quelques balades pittoresques autour de son église du XVIIè siècle, de son moulin à eau toujours en activité, et de son église dans laquelle 247 pièces d’or furent découvertes en 1891. Au moins, certains ne sont pas venus ici pour rien.

https://www.instagram.com/p/BWVV6FhAKN1/?hl=fr&taken-at=377926525

10. Montrottier

Rien qu’à la lecture du nom, tu sais à peu près à quoi t’attendre. Montrottier fait dans le typique, la vieille pierre qui dure, et le gothique avec notamment un portail qui domine le village. Et tout ça, pas très loin du parc national du Pilat.

Vous attendez quoi pour venir faire un saut ?

Source : Rhonetourisme.com