Heille bonhomme, T'aimes-tu ça, le hockey? Ah ouin? Pis qu'est-ce que tu serais prêt à faire par amour de la rondelle? Pour une rondelle, Coyote, tu serais-tu prêt à jeter les gants contre un fils de fermier du Dakota du Nord, massif comme un bœuf, avec un nom monosyllabique genre Steve, Brad ou To (n'importe quoi pourvu que ça puisse être prononcé par une bouche sans dents)? Ou contre un enfant de la Gaspésie, un p'tit Québécois pure laine qui a passé sa jeunesse à assommer des wapitis à poings nus, qui signe avec un "X" et que son père et sa mère sont cousins? Par amour pour une rondelle, Champion, tu serais-tu prêt à tirer la pipe à un adversaire dont le surnom est Battleship? Pour toé, mon torrieu, voici les dix meilleurs combats de l'histoire du hockey moderne. De beaux grands garçons en santé, jeunes, souvent moustachus, presque toujours analphabètes, la fine fleur de l'Amérique rurale, qui se vargent dessus sans bon sens. Ils ont payé de leur santé mentale et de leurs incisives les succès de leur équipe. Tie Domi, Battleship Kelly, Michel Goulet, le gros Probert, Wensink, Segher et Hamel... Ils sont tous là.

  1. Massacre du Vendredi Saint (20 avril 1984)
    Canadiens de Montréal contre Nordiques de Québec. Le Verdun de l'histoire du hockey moderne, bataille en deux temps: crêpage de chignons en fin de deuxième période, repos aux vestiaires, puis retour sur la glace pour la 3ème période et tout de suite reprise des taloches. À notre connaissance, la seule bagarre à avoir sa propre page Facebook et Wikipédia
    Partie I:

    Partie II:
  2. Le Massacre de la St Patrick" (17 mars 1991)
    Chicago - St Louis pour une bonne petite baston "complète". Le public a l'air content, le commentateur aussi. C'est beau un monde qui avance.

  3. P.J. Stock contre Stephen Peat (5 janvier 2002)
    P.J. Stock (en jaune), un p'tit gars de Montréal avec une droite redoutable.
  4. Un pauvre type… contre toute l'équipe des Sabres de Buffalo! (1992)
    Après un inspirant conclave, les Sabres décident qu'ils ne seront pas trop de 30 mastodontes de 110 kilos chacun, cuirassés comme des Marines en combat, pour maîtriser ce dangereux supporter à l'ossature de truite. Bravo les gars.

  5. John Wensink contre… toute l'équipe des North Stars du Minnesota!! (1er décembre 1977)
    Geste célébrissime: après avoir terrassé un joueur non-identifié des North Stars, Wensink (à 1:11) se dirige vers le banc des North Stars et invite toute l'équipe à venir se battre contre lui. Aucun des joueurs n'accepte. Les Stars ont dû vivre avec l'étiquette de "pleutres" jusqu'à la disparition de l'équipe, en 1993.
  6. Canadiens de Montréal contre Flyers de Philadelphie (14 mai 1987)
    L'échauffement au Hockey, ou plutôt la "période de réchauffement", c'est particulier...
  7. Bob Probert contre Craig Coxe (19 novembre 1987)
    Bob Probert n'était pas du bois dont on fait les tapettes (il est mort en 2010). C'était un gigantesque ailier gauche connu pour être un solide bagarreur.
  8. Bob Probert contre Tie Domi (9 février 1992)
    Le même Probert, cette fois contre Tie Domi, un boutefeu ontarien petit mais costaud. Dans cette vidéo, à 0:58, Domi fait un geste devenu célèbre: il mime une ceinture de champion de boxe. Geste ironique parce que Probert (considéré à l'époque comme le "champion" des bagarres) vient de lui foutre une raclée.
  9. Bruins de Boston contre Rangers de New York (23 décembre 1979)
    À partir de 2:19 (en haut de l'écran), Mike Milbury arrache la pompe d'un supporter des Rangers et cogne ledit supporter avec sa propre godasse. Moi, je dis bravo.
  10. John Wensink contre Battleship Kelly (20 novembre 1977)
    Dixième place seulement, parce que tirer les cheveux quand on se chicore au hockey, c'est pas bien.
  11. (bonus) Match de U10 au Kazakhstan
    A 10 ans au Kazakhstan, on aime bien faire comme les grands. Avec quoi ils les nourrissent ces gamins?

Et vous, vous connaissez d'autres moments où le hockey donne envie de voir Tyson sur des patins ?

Un top signé Fei Li Pu

Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :