A l’heure du tout industriel, on ne sait plus vraiment ce qu’on mange. Le poulet aux hormones ou bien élevé au grain, le miel industriel ou le miel naturel, on trouve même du plastique dans le riz. Sur l’autoroute de la mort à 40 ans, on peut quand même faire des pauses à la station service et prolonger le trajet, à condition de faire gaffe à deux trois indices qui permettent de s’épargner la consommation intensive de merde.

1. Regarder les nervures du poulet

Si un blanc de poulet présente des nervures blanches et des petites tranches de gras, cela signifie que l’éleveur lui a injecté des hormones de croissance et que le poulet a grossi trop vite, ce qui explique l’apparition de striures grasses. Le poulet, en plus de ne pas être très bon, ne le sera pas non plus pour votre santé.

Source photo : Giphy

2. La densité du miel

Pour savoir si un miel conditionné il y a quelques temps est de bonne qualité, il suffit d’en verser un peu dans une assiette. Si le miel est liquide et s’étale sur la surface de l’assiette, c’est qu’il y a un problème. S’il reste bien compact, c’est que c’est de la bonne. Si le miel peut être liquide juste récolté, il tend à se densifier rapidement. Par ailleurs, le mieux est de privilégier les miels produits en France, car les miels produits dans les pays anglo-saxons sont pasteurisés à plus de 60 degrés, ce qui leur fait perdre leurs qualités nutritives.

3. Les trucs surgelés couverts de glace n'ont pas été conditionnés correctement

En ouvrant un paquet surgelé, on a parfois l’étrange surprise de trouver des denrées couvertes de particules de glace. C’est probablement qu’elles ont été mal conditionnées. Il vaut mieux éviter de les manger, dans ce cas.

4. L'éclat du poisson

Le poisson frais a une belle couleur métallique, un oeil brillant et des ouïes éclatantes. Si la couleur du poisson est terne, que ses yeux ont l’air d’avoir vu trop de trucs horribles pour avoir pu rester vivant et que les ouïes tirent sur le orange pourri, c’est que le poisson n’est plus frais et que tu ne devrais en aucun cas le manger.

Source photo : Giphy

5. La couleur de la viande

Pour choisir sa viande, il y a plusieurs techniques. Quand on presse un doigt dessus, la viande fraîche n’imprime pas l’empreinte digitale, car elle est résiliente. Par ailleurs, si la viande est trop foncée, c’est qu’elle est déjà passée. Et si son contour est blanchâtre, cela signifie que des additifs y ont été injectés pour prolonger sa conservation.

6. La tenue du fromage

Si de la graisse végétale a été ajoutée au fromage, il ne tiendra pas bien au moment de la découpe ; on verra alors des petits morceaux se détacher de la tranche découpée. Dans le cas contraire, c’est que c’est tout bon.

7. La flottaison des oeufs

Pour savoir si un oeuf est frais, il suffit de le plonger dans un bol d’eau froide. Quand l’oeuf coule, c’est qu’il est frais et absolument propre à la consommation. S’il nage entre deux eaux, l’oeuf peut encore être consommé, mais il vaut mieux le cuire fortement. S’il flotte, il n’y a pas d’autre choix que de le balancer.

Source photo : Giphy

8. Quelle proportion d'oeufs dans les pâtes ?

Les pâtes aux oeufs, ce sont les meilleures. Mais la proportion d’oeufs dans les pâtes doit au minimum avoisiner les 20% pour que la qualité soit au rendez-vous. Pour le savoir, une manip que tout le monde aurait pu imaginer : regarder l’étiquette. Banane.

9. Vérifier la date de péremption sur l'emballage

Au cas où vous n’y auriez pas pensé, ça reste une assez bonne technique pour éviter d’être malade.

Ça ne coûte pas plus cher de bien manger.

Sources : Brightside, CNewsMatin, Leral