Le football, c'est une succession de petits gestes... Ceux qu'on apprend à l'école de foot, le plat du pied, l'amorti de la poitrine, le une-deux, l'applaudissement perpétuel de ses coéquipiers... Et puis tout ceux que l'on invente lorsqu'on laisse son corps parler. Certaines inspirations ont inscrit dans le marbre le nom de leur géniteur et valent tous les palmarès. Petit lexique des petits gestes qui sont devenus des grands noms. Et inversement. Du plus classique au plus original.

Découvrez de top en vidéo :

  1. La "Madjer": le geste absolu du buteur algérien qui marque d'une talonnade dos au but et offre par cette déviation instinctive la Coupe d'Europe à Porto en 1987. Depuis tout le monde s'y essaie, elle réconciliera Rai avec les supporters du Parc, qualifiera Monaco face au Real grâce à Giuly. Mais ça restera une Madjer pour l'éternité. Et pour l'histoire ca sonnera toujours mieux qu'une Giuly.
  2. La "Panenka": Le Tchèque Panenka tente et réussit cette pichenette en Finale de l'Euro 1976. Un geste un peu fou, un rien provocateur pour le gardien. Zidane customisera le geste en ajouter "le toucher la barre transversale", oui un peu comme le "Challenge Téléfoot", en finale de la coupe du monde. Attention, mal réalisée, la Panenka va fait surtout passer pour une quiche , tel Cantona tirant dans la boue et Landreau créant la "landrette" en finale de la Coupe de la Ligue
  3. L' "Arconada": ou comment accoler son nom pour l'éternité à une grosse daube. Prenez un gros évènement international, par exemple la Finale de l'Euro 1984, un coup franc d'une star, disons Platini, et laisser glisser le ballon bien lentement sous votre ventre. Les commentateurs vous citent à chaque foirage de gardien de but, les enfants vous jettent des pierres... Un homme, une carrière, une boulette.
  4. Le "Coup du Scorpion" : Difficile de trouver meilleur exemple d'un type qui a fait sa renommée sur un seul geste (et sur sa coupe de cheveux, soyons honnête). Ce dégagement des talons après un plongeon en avant devant sa ligne de but vaut a René Higita le respect, pour l'élégance, le catactère inédit et surtout l'inutilité absolue de ce geste. Higuita, le dernier véritable artiste du football ? Une vie plus classique ensuite avec malgré tout un passage remarqué dans le "Relooking Extrême" colombien pour se refaire la tronche. Un chic type au final.
  5. La "Cuauhtémoc" ou "le coup du crapaud" : Le Mexique devient en un seul geste l'équipe la plus sympa de la Coupe du Monde 1998, Cuauhtémoc Blanco passe son saut a pieds joints avec le ballon entre les chevilles, pour passer un ou deux défenseurs. On se croirait un peu dans une cour d'école, c'est moche, c'est pas super efficace, c'est Cuauhtémoc.
  6. L' "Elastico" ou "la virgule" : On en a vu d'autres réussir cette virgule, notamment la grande carcasse d'Ibrahimovic, mais quand Ronaldinho fait ce geste face aux défenseurs marseillais lors d'un Clasico, le double contact devient une caresse sous le cuir, un pas de tango, un moment de grâce presque divin qui rend futiles les rivalités les plus tenaces. Quand il ne sourit pas, il en devient presque beau le ronnie.
  7. La "Papinade" : Les historiens auront bien du mal a définir les critères de ce geste qui appartient pour l'éternité à notre JPP. Une "papinade", finalement, ce n'est finalement rien d'autre qu'un gros caramel du pied droit sans contrôle qui va se loger dans la lucarne adverse. Comme ça, ça peut sembler assez vague, mais en en mettant une vingtaine par saison, Jean-Pierre nous a bien expliqué ce que c'était....
  8. La "Foquinha" : On ne sait pas encore si le Brésilien Kerlon est le nouveau Ronaldinho ou le prochain Freddie Adu. Ce qu'on sait, c'est que c'est un petit con qui prend plaisir a traverser les défenses avec son dribble de l'otarie. Enervant pour les défenseurs, pas sûr que le choix de l'Inter de le prêter à l'Ajax, dans un championnat qui a enfanté de De Jong et Van Bommel, va rendre service au gamin. Kerlon sera peut être juste le prochain Ben Arfa.
  9. La ''Domenech" : Geste technique de haute volée car complètement inattendu : Face à un sélectionneur champion du Monde qui vient de vous mettre une peignée, FEINTE de serrage de main face à des dizaines de caméras. Attention, ce geste peut justifier un agument pour votre licenciement.
  10. La "De Jong" : En réalité un "Yoko Geri", mais effectué avec des crampons, idéalement en Finale de Coupe du Monde. Le Hollandais confirme son statut de boucher sur une prise de karaté complètement hors de propos. Si Hatem Ben Arfa était devant sa télé ce soir là, il ignorait certainement que son destin était écrit.
  11. La "Nakata" : Alors que Hidetoshi est la plus grande star du football nippon, Koji va se faire un prénom sur un geste. Une légende est née. Un geste qui résume le bilan de Christophe Bouchet sur la Cannebière.
  12. Bonus: La "Brandaette": terme devenue synonyme d'une excuse éhontée auprès de l'arbitre après avoir durement tamponné son adversaire avec n'importe quelle partie du corps.

Et pour vous? Quel geste vous semble indiscociable de son auteur?

Footeu-se dans l'âme ? On a déniché les gadgets les plus cool :