Tuer c’est mal, parce que ça enlève la vie et ça c’est quand même vachement méchant. Toutefois, si des gens très malintentionnés sont capables de tels actes, cela ne fait pas nécessairement d’eux des gens très intelligents. La preuve en dix exemples percutants qui montrent bien qu’on peut être tueur et débile (et que parfois, ça sauve même des vies d’être aussi con). Tour d’horizon des erreurs à ne pas faire pour tuer son prochain.

1. Ne pas envoyer une disquette utilisée sur son ordinateur

Dennis Rader, alias BTK (pour « Bind, torture and kill » ce qui signifie « ligoter, torturer et tuer » un truc choupi) a assassiné dix personnes. Comme il est joueur, il s’amuse à envoyer des lettres avec des effets personnels ayant appartenu à ses victimes. Mais à force de jouer au plus malin, il envoie un jour une disquette contenant des documents qu’il a utilisé sur son ordinateur, sans penser que l’objet permettrait de retracer son adresse à l’aide des méta-données. C’est un peu comme si tu envoyais une clé USB à la police, ça laisse des traces ces petits machins. Bon, de toute façon il est enfermé à perpétuité donc il aura le temps de repenser à ses erreurs (la disquette hein, pas les meurtres bien sûr).

Source photo : Giphy

2. Ne pas écrire de lettres à la mère de sa victime sur un papier avec l'en-tête de l'hôtel où on crèche

Albert Fish était un type assez sympa. Il aimait la couleur du ciel, le chant des oiseaux, mais aussi violer et manger des enfants, que voulez-vous, personne n’est parfait. Toujours est-il qu’après avoir fait rôtir une petite fille, il a eu le bon goût d’écrire à la maman de l’heureuse élue afin de lui narrer comment il l’a kidnappé et mangé. Un extrait de cette lettre est particulièrement glaçant « Je l’ai étranglée, puis découpée en petits morceaux (…). Je l’ai cuisinée et mangée. (…) Je ne l’ai pas baisée, même si je l’ai regretté. Elle est morte vierge. ». Seule erreur : Albert n’avait pas pensé à son support papier qui indiquait distinctement dans son en-tête l’hôtel dans lequel il résidait alors.

3. Ne pas rouler dans une voiture volée

Attention, ce n’est pas une question de morale hein ! Si on a déjà tué une trentaine de personnes, on se fiche pas mal de voler une bagnole. En l’occurrence Ted Bundy (gros tueurs en série qui a tué entre 30 et 100 personnes, franchement c’est con que ça n’ait pas été une activité rémunératrice parce qu’il aurait été plein aux as) a réussi à s’échapper deux fois de prison. Sauf que la deuxième, il s’est emparée d’une voiture volée, et c’est comme ça qu’il s’est fait prendre et a du rentrer au bercail pour jouer aux chaises musicales électriques.

4. Eviter de garder le visage en sang après avoir tué sa victime

Andrei Chikatilo est un des plus grands serial killer du XXème siècle. 52 victimes au compteur, ce tueur ukrainien avait pour habitude de choper ses victimes dans les gares. Du coup, les flics sous couverture ont commencé à roder dans ces gares de façon à le repérer. Ça a pas loupé, un des agents trouve un homme qui sortait du bois les chaussures pleines de boue et du sang sur le visage. Malheureusement ce n’était pas assez pour l’incarcérer mais quand on découvre peu de temps après une nouvelle victime dans le bois, on fait vite le rapprochement. Franchement, qu’est-ce que ça lui aurait coûté une petite lingette nettoyante ?

5. Quand ta victime est dans le coffre, pense à conduire dans un véhicule immatriculé

Encore une sombre histoire de mauvaise gestion de l’automobile. Pourtant Joel Rifkin était pas la moitié d’un con, jusque là il avait déjà tué 18 femmes sans problème (bon après c’est vrai qu’il tapait du côté des prostituées et des toxicos, le bon plan). Mais voilà, Joel s’est un peu emballé. C’était pas super malin de trimbaler sa dernière victime dans un camion sans plaque d’immatriculation, c’était à peu près sûr que ça allait attirer les regards sur lui. Puis après les flics ont reniflé le doux fumet de charogne qui s’échappait du coffre et c’était plié pour Joel.

6. Accrocher fièrement tous les coupons de presse mentionnant la disparition de tes victimes

Bon vous me direz, en même temps tant que la police débarque pas chez toi, tu peux faire ce que tu veux. Mais quand même, c’est mieux d’opter pour une autre décoration murale dans ta chambre. Parce que quand on est Luis Alfredo Garavito Cubillos et qu’on a violé et tué 147 petits garçons, il y a quelques personnes qui se mettent à notre recherche. Du coup, il a été arrêté et condamné à 1000 de prison. Franchement moi ça me dégoûte, j’aurais préféré la perpétuité.

7. Jeter des os humains aux chiottes

Dennis Nilsen était un tueur en série britannique. Sa petite folie ? La nécrophilie. Niquer des morts, c’était son kiff suprême. C’est ainsi que quinze SDF homosexuels ont fini dans ses filets. Il les étranglait puis se débarrassait des corps, soit en les enterrant dans son jardin, sous son plancher, soit en jetant les morceaux dans les toilettes. Sauf que les canalisations résistent pas trop aux morceaux de corps humains et ce con-là a fini par tout boucher. Les voisins se sont plaints et ont rapidement grillé que ce qui bouchait la tuyauterie, c’était pas des petits os de poulet.

Source photo : Giphy

8. Retourner pépouze sur les lieux du crime

Ça fait partie des erreurs classiques de tueurs. En l’occurrence, Arthur Shawcross excelle dans la connerie. Après 14 ans de taule pour deux meurtres, il est remis en liberté conditionnelle, youpi ! Il reprend le service illico et assassine douze autres personnes. Sa carrière de serial killer prend fin quand il se fait surprendre par surveillance aérienne en train de manger tranquillou sur sa victime. En même temps, s’il avait faim…

Sources :

Ranker

Psychology today