Qu’elle soit programmée à l’avance ou non, la césarienne concerne un accouchement sur cinq en France. Ce qui est relativement élevé, suffisamment pour qu’on en parle sans tabou. Après un accouchement par césarienne, il y a deux trois trucs qui diffèrent d’un accouchement par voie basse, et c’est bien de le savoir aussi, parce qu’on n’est jamais à l’abris de cette opération à la fin de sa grossesse.

1. Une césarienne n’empêche pas d’allaiter

C’est un peu la plus grande idée répandue autour de l’accouchement par césarienne, mais ce n’est pas forcément vrai. Bien évidemment, toutes les femmes sont différentes, mais une césarienne n’empêche pas la montée de lait, elle est juste plus longue à venir pour certaines, et la position à trouver pour allaiter peut-être un peu plus délicate, rapport au fait que tu viens de te faire ouvrir le bide.

2. La douleur est soulagée

On est en 2019 en France, et on a la chance immense d’avoir accès facilement aux traitements antalgiques qui préviennent la douleur avant même qu’elle ne soit là. On ne te laissera pas en chier toute seule dans ta chambre hein. Certains anesthésistes laissent même le cathéter de la péridurale quelques temps, pour maintenir une légère anesthésie. Donc pas d’angoisse, tu n’auras pas mal.

3. L’allaitement peut provoquer des douleurs appelées « tranchées »

Les « tranchées» n’ont pas de rapport avec la guerre 14-18 hein. Non, ce sont des douleurs qui ressemblent à des contractions pendant les premières tétées, qui permettent à l’utérus de retrouver sa taille « normale » après l’accouchement. Mais elles sont carrément plus tolérables que les contractions de l’accouchement, rassure-toi.

4. On peut avoir des injections pour éviter les phlébites

Ça dépend des maternités, parfois les femmes qui accouchent par césarienne reçoivent automatiquement des injections d’anticoagulants pour prévenir la formation d’un caillot dans une veine des jambes (charmant), et parfois ces injections ne sont faites que pour les mères qui ont des antécédents de thrombose ou qui ont des facteurs à risque.

5. Ton transit tourne un peu au ralenti

Déjà, après n’importe quel accouchement, envisager de poser une pèche peut être particulièrement angoissant, rapport au fait que tu n’as plus jamais envie d’expulser quoi que soit de ton corps. Mais en plus, avec une césarienne, les intestins deviennent un peu paresseux, accumulent des gaz, et paf, ça fait des Chocapic (constipés, les Chocapic).

6. Il faut éviter de se lever pendant les premières 24 heures

Contrairement pour certains accouchements par voie basse, après une césarienne on ne peut pas se lever tout de suite. Déjà, parce que selon la dose qu’ils te foutront pendant l’anesthésie, tu risques de ne plus pouvoir utiliser tes jambes quelques heures, mais aussi parce que c’est recommandé pour favoriser la circulation sanguine et la cicatrisation. Frustrant, mais c’est comme ça. Et une fois que se sent prête à se lever, on ne le fait pas seule, et en douceur.

7. Les lochies peuvent être plus importantes

Tu sais, les lochies, c’est ce joli petit nom qui veut dire que tu vas perdre des litres de sang pendant des semaines après avoir expulsé ton lardon. Déjà que c’est chiant, et bien avec une césarienne ces saignements peuvent être plus importants, et durer plus longtemps. Au moins, ça te fait un autre point commun avec ton bébé tout neuf: vous allez tous les deux porter des couches, youpi.

8. Il faut chouchouter sa cicatrice

Après l’opération, la cicatrice sera contrôlée avec attention par le personnel médical pour bien vérifier qu’elle ne s’infecte pas. C’est rare, mais ça peut arriver. Ensuite, les agrafes ou les fils (s’ils ne sont pas résorbables) seront enlevés, et il te sera surement conseillé de masser ta cicatrice pendant quelques mois, doucement, pour qu’elle ne tire pas trop. Mais pas de panique : si elle est bien faite, elle ne se verra presque pas, et de toute façon, elle fait partie de toi maintenant.

9. Le retour à la maison peut prendre plus de temps

Après un accouchement par voie basse, le temps passé à la maternité peut être court. Après une césarienne, ça peut être un peu plus long parce que tu viens de subir une intervention chirurgicale, et le nombre de jours passés à la maternité ensuite dépendra de ta récupération physique, et de l’avis du personnel hospitalier.

10. Un accouchement par césarienne ne dispense pas de rééducation du périnée

Même si tu n’as pas expulsé ton lardon par ton vagin, ce n’est pas pour ça que tu seras dispensée de ta petite gym du périnée après la naissance. Pendant 9 mois, tu as tout de même porté ton bébé, ton périnée en a chié aussi, tu auras sûrement besoin de quelques séances pour éviter de te pisser dessus quand tu éternueras dans le futur.

Comme d’habitude, chaque femme est différente, chaque grossesse et chaque accouchement également. Allez, bon courage hein !