Le corps humain est une machine drôlement sophistiquée. Si on compare son fonctionnement à un pot à crayons, par exemple, on se rend compte que c’est non seulement plus complexe, mais aussi beaucoup plus intéressant et surtout pratique quand on doit ramasser un truc par terre. A partir de ce constat, on s’est rendu compte qu’on avait encore beaucoup à apprendre sur nous-mêmes et que ça passait pas forcément par une participation à Rendez-vous en terre inconnue.

1. Le hoquet est un héritage de nos ancêtres

D’après certains chercheurs, il semblerait que le hoquet ait une origine très très ancienne. Il y a plus de 400 millions d’années, des trucs qui nous ressemblaient pas mal génétiquement mais pas tant que ça passaient leur temps à nager puis à sortir de l’eau : du coup, ils avaient à la fois des poumons, une glotte et des branchies et le hoquet leur permettait d’évacuer l’eau de leurs poumons. On retrouve ce type d’organismes chez certains amphibies actuels.

2. Il est possible de bouffer de l'ail par les pieds

Le dysulfure d’allyle est un composé organique qui se forme quand l’ail se désagrège. Dès lors, quand on écrase une gousse d’ail, cette texture s’insère sous la peau à travers les cellule et peut gagner la bouche en passant par les flux sanguins. On aura donc une sale haleine une demi-heure plus tard. Ce qui explique aussi pourquoi l’ail vous suit à ce point partout où vous allez quand vous en avez bouffé.

Source photo : Giphy

3. Le corps humain est capable de nourrir entre 1 et 2 millions de moustiques

C’est pour nous piquer à peine 0,003 mL de sang que les moustiques gâchent nos nuits. Dès lors, une petite règle de trois suffit à comprendre que, selon notre taille et notre poids, il faudrait qu’ils s’y mettent à plus d’un million pour avoir raison de nous. Ou alors à un seul, mais si c’est un gros, un très très gros moustique.

4. Les humains partagent 70% d'ADN commun avec les limaces

En fait, on a de l’ADN commun avec à peu près toutes les espèces sur terre, y compris les légumes. Alors forcément on a pas mal évolué différemment des limaces, m’enfin, l’essentiel est là. Demandez à un extraterrestre de faire la différence entre un humain et une limace, il aura beaucoup de mal.

5. Les ongles des mains poussent plus vite que ceux des pieds

Jusqu’à trois fois plus vite même. En réalité, c’est parce que davantage exposés au soleil, les ongles des doigts voient leur kératine plus stimulée que ceux des orteils. Ce qui explique pourquoi on n’a pas besoin de se couper les ongles des pieds h24. Sauf quand on vit en tongs.

Source photo : Giphy

6. Le foie peut repousser

Comme la queue des lézards, le foie est un organe qui s’autorégénère. C’est le seul organe du corps humain doté de cette faculté. Si on subit une petite ablation du foie, celui-ci se reformera tranquillou tout seul avec les bonnes vieilles cellules ouvrières qui travailleront à nous rendre comme neufs.

7. Nos deux poumons n'ont pas la même taille

Le poumons gauche ne contient que deux lobes, contre trois pour le droit. Par ailleurs, le poumon gauche étant collé au coeur, il se doit d’être plus petit que son pote pour laisser de la place à un organe dont l’efficacité dans le système de vie n’est plus à prouver. C’est vrai qu’il risque pas de se faire placardiser de la Life Inc., le coeur, contrairement, par exemple, à la vésicule biliaire.

8. Nos yeux ont une résolution d'environ 570 mégapixels

Sauf qu’en réalité, cette donnée, même vraie, induit en erreur. Notre système de vision n’a strictement rien à voir avec celui d’une caméra ou d’un appareil photo et du coup la comparaison s’arrête là. N’empêche qu’on peut encore progresser au-delà de la 4K avant d’avoir égalé la vie.

9. Il y a davantage de bactéries dans une bouche que de gens sur terre

Surtout si vous ne vous lavez jamais les dents, mais même si vous vous lavez les dents 6 fois par jour parce que vous avez un toc et que d’ailleurs ça commence à devenir pénible pour tout le monde cette manie de courir au lavabo toutes les 5 minutes en se trimbalant h24 avec une brosse à dents.

10. Chaque jour, on perd un centimètre entre son lever et son coucher

Pendant la journée, les vertèbres se tassent fatalement un petit peu et, bon an mal an, nous voilà bien plus petit au moment de se coucher qu’en se levant le matin. C’est peut-être d’ailleurs la seule chose cool à propos du concept de matin en tant que tel.

Source photo : Giphy

C’est l’histoiiiiiiiire de la viiiiiiiiie.

Sources : Brightside, Global Citizen