Pour Bernard Pivot, le mot « nanar » vient du mot « navet » désignant initialement un tableau sans valeur, une croûte quoi. Par extension, le mot « nanar » qualifiait les œuvres ennuyeuses et c’est dans les années 50 qu’il s’est répandu dans les cinémas du quartier latin. Bon certains disent aussi que le mot vient de « panard » qui qualifie en argot un vieil homme… Bref en gros un nanar, c’est difficile à définir tant que tu n’en as pas encore vu. C’est un film nul, mais genre tellement nul qu’il devient un chef d’oeuvre.

1. On voit l'équipe du tournage dans tous les reflets

Non seulement les mecs ne font aucun effort pour se cacher mais limite ils font coucou vers l’objectif de la caméra en tournant la scène.

Source photo : Giphy

2. Il n'y a pas Catherine Deneuve au générique

On dit que Catherine a tourné que des bons films mais on peut pas dire non plus qu’elle a tourné dans beaucoup de nanars a priori.

3. Dans une même scène on peut passer d'un plan en plein jour, puis un plan en pleine nuit puis à nouveau un plan en plein jour

On est sur une forme d’incompétence globalisée à tous les niveaux de métiers, le scripte n’est donc pas épargné.

4. L'image de fin se termine avec un arrêt sur image

Et le générique défile très très vite. Personne de l’équipe ne veut que qui que ce soit ait le temps de lire son nom. Tout le monde préfère encore sombrer dans l’oubli.

5. C'est un film d'horreur et pourtant tu t'es marré tout du long

Parce que les monstres sont en carton pâte, les victimes qui se sont assassiner font des gueules pas possibles, le sang est couleur rose, bref y’a rien qui va.

Source photo : Giphy

6. Faute de comprendre leurs scénarios, les auteurs ont décidé qu'ils demanderaient au méchant de résumer tout son plan pendant 10 minutes à la fin

Comme ça au moins on est sûr que quelqu’un a compris l’histoire. Ouf.

7. Le film est extrêmement inventif en effets spéciaux, simplement ils sont tous mauvais

On est sur du niveau CM2 en travaux manuels. Un immeuble qui prend feu est une maquette en carton mousse, un

Source photo : Giphy

8. Le réalisateur, le compositeur et l'acteur principal sont la même personne

Réduction de budget oblige, il faut avoir plusieurs casquettes pour réussir son coup. Quitte à ne rien savoir faire de bien, au moins tu sais faire plusieurs choses, pas bien certes mais tu les fais quand même.

9. Le titre comporte un chiffre au delà de 5

Quand tu as abusé un peu du concept de suite jusqu’à épuiser tous les chiffres que tu connais.

10. Le titre comporte la mention le "retour"

Alternative nauséabonde de la suite chiffrée précédemment susnommée.

11. Plusieurs femmes sont nues et qu'elles rient bêtement dès le générique

MAIS, ça n’a rien d’érotique. Vraiment. Je vous jure.

12. Il y a Chuck Norris au générique

Un nom qui augmente de 96 % le risque de se voir confronté à un nanar pur jus. Hulk s’est battu contre Chuck Norris une fois. Depuis, il fait de la pub pour du maïs

Source photo : Giphy

13. Dans un film de guerre sur le Vietnam, les Viêt sont joués par des Mexicains

On va quand même pas se faire chier à chercher des vrais Chinois bordel à cul.

14. Quand tu vois que ça a été réalisé par Alan Smithee

Nom de code du réalisateur honteux, c’est un pseudo qu’utilisent les réalisateurs déçus de leur boulot (c’est l’anagramme de The Alias Men) c’est un peu comme si tu signais « Anne Aunime ».

15. ... ou Yann Moix

POPOPOPOOOOOOOO ÇA BALANCE OU KWA ?

Source photo : Giphy

Et sinon pour vous faire plaisir, fadez-vous les émissions de Nanarland, expertise pro du nanar dont on ne saurait se lasser.