Un fond vert, un ordinateur suréquipé, des capteurs et c’est parti pour le show comme disent les ringards : voilà généralement comment se conçoit le cinéma de nos jours. Pas toujours, heureusement : soit que le film ne nécessite aucun effet spécial parce qu’il fait figurer Louis Garrel à son casting, soit que le réalisateur ne soit pas très porté sur la CGI, il existe encore des films dont les scènes spectaculaires sont tournées en images réelles.

1. La forêt qui brûle au début de Gladiator

Au début du film, il y a une baston entre des Romains qui parlent anglais et des Ostrogoths (?) qui ont l’air aussi de parler anglais. Tout ça se termine en gros incendie dans la forêt et cet incendie devait être de toute façon orchestré par l’institut américain des eaux et forêts. Ridley Scott leur a proposé de brûler la forêt pour eux.

2. Le camion qui se retourne dans The Dark Knight

Batman poursuit le Joker qui poursuit Batman qui poursuit le Joker qui poursuit Batman qui poursuit le Joker qui conduit un énorme camion. Et ce camion se retourne dans un immense accident lorsque Batman tend un fil en métal sur sa route. Et il se retourne pour de vrai : ce n’est ni une miniature, ni un effet spécial, mais un vrai 33 tonnes qui se retournent tout à coup. Nolan déteste les effets spéciaux et privilégie toujours les prises de vue réelles.

3. La scène de l'avion au début de The Dark Knight Rises

La preuve de cette aversion, d’ailleurs, est cette scène en ouverture du troisième volet de sa trilogie Batman : un avion en aborde un autre et les passagers sont évacués en parachute tandis que l’avion se brise en deux et s’abîme. Encore une fois, c’est une scène entièrement tournée en prises de vue réelles.

4. Toutes les scènes en apesanteur dans Apollo 13

Pour le tournage d’Apollo 13, Ron Howard, dont c’est le seul bon film, a tenu à placer ses acteurs dans des craies conditions d’apesanteur : les scènes étaient donc tournées dans un décor où la gravité était réduite pendant 24 secondes (avant qu’un effet centrifuge soit effectué pour reconduire ces 24 secondes d’apesanteur).

5. La scène de la baston sans gravité dans Inception

Quand on vous dit que Nolan déteste les effets spéciaux…

6. Le public de la course de pods dans La menace fantôme

Si le premier volet de la prélogie Star Wars a l’air moins en toc que les autres, c’est essentiellement parce que Lucas n’était pas encore à 100% convaincu par la CGI. Un certain nombre de scènes font donc appel à des prises de vue réelles avec maquettes, matte paintings, marionnettes ou animatronics. Et system D : ainsi, le public de la course de pods est en réalité constitué de cotons-tiges dont le bout a été peint.

7. Les interactions dans Roger Rabbit

Dans Roger Rabbit, les acteurs n’ont pas tourné avec des avatars de ceux qui seraient leurs personnages à l’écran. Ils ont tourné pour de vrai, avant que des artistes ne repassent sur toute la pellicule pour peindre les toons à la place des acteurs. Je sais pas si vous imaginez le taf que ça a dû être.

8. La poudre qui devient du pain dans Le réveil de la force

On se souvient de cette scène : Rey achète cher un genre de poudre pourrie et hop grâce à la magie de Star Wars et deux gouttes d’eau, ça devient du pain. Sauf que ce n’est pas un effet spécial mais un vrai truc qui peut vraiment se passer et qui a été mis au point par les accessoiristes de génie.

9. Le rattrapage du plateau qui tombe dans Spiderman

Il aura fallu 150 prises à Tobey Maguire pour y parvenir, mais il y est parvenu.

10. Quand Leonardo DiCaprio se coupe la main dans Django Unchained

Di Caprio s’est vraiment coupé la main et c’est son sang que l’on voit à l’écran, du moins au début. Parce qu’après, quand il recouvre son visage de sang, c’est bel et bien du faux sang, faut pas déconner non plus.

Les ordinateurs ont porté plainte contre eux.

Sources : Reddit, Wikipédia