Le cinéma, ce sont des photos animées. A partir de ce moment-là, on pourrait penser que tout le monde animerait ses photos de la même manière, mais que nenni madame Vicario, c’est pas comme ça que ça se passe, pas du tout même, chacun sa patte, chacun son chemin, chacun son rêve et chacun son destin.

1. Wes Anderson

Premier plan : tout est symétrique, vaguement belle époque, tout est rose bonbon, les enfants parlent comme des adultes, il y a une mélancolie générale non dénuée d’humour et HOP ! Voilà Jason Schwartzman.

A mon avis, c’est pas un Star Wars c’t’affaire.

2. Jean-Pierre Jeunet

Premier plan : tout est jaune et vert, l’ambiance est vaguement étrange et les personnages hors du temps, on voit des très gros plans de visages en plongée et, ah mais c’est pas Dominique Pinon, là ? Sisi, c’est bien Dominique Pinon.

Ouais, pas trop de doute, c’est pas un Spielberg.

3. Brian de Palma

Premier plan : tout est sombre et semble emprunté ailleurs, un peu à Coppola, un peu à Argento. Travelling et ambiance années 80 dans le grain de l’image, presque satiné, presque feux de l’amour ; ah, soixante-quinze références à d’autres films en deux minutes ? Ouais, à mon avis c’est pas un Dany Boon.

4. David Fincher

Tout est vert et gris. Un meurtre affreux a eu lieu, mais c’est un meurtre à tiroirs où les implications sont multiples et complexes. Les personnages ont un haut degré de technicité dans leur domaine de prédilection et ça permet de mettre en place des intrigues complexes. Il a y un vague ancrage mythologique. Bon, ça m’étonnerait que ce soit la suite de Jet Set.

5. Jim Jarmush

Rock planant, noir et blanc ou couleurs pales, et voilà l’acteur le plus cool du moment qui entre dans le champ, tandis que la caméra tourne autour de lui et que le décor arty pullule de références en tout genres. Là, une chose étrange se passe que le spectateur ne comprend pas. Je sais pas pour vous, mais pour ma part je doute qu’il s’agisse d’un film de Luc Jacquet.

6. Pedro Almodovar

Des couleurs saturées, un travesti, une ville espagnole filmée comme jamais, de la musique éclectique, un personnage mystérieux, des vannes de cul, Carmen Maura, Penelope Cruz.

Ce serait pas un film de Fabien Onteniente, ça ?

7. Paolo Sorrentino

Plans séquences magiques, digressions métaphysiques, réflexion sur l’être et l’ennui, background politique, fête, fête, fête, animaux qui dérivent, des citations claires de Fellini et Toni Servillo. En tout état de cause, je doute que ce soit du Michael Bay.

8. Woody Allen

Du jazz, New York ou une capitale européenne à la limite, un personnage masculin perdu entre son désir, ses réflexions ironiques, sa phobie sociale, son envie de bien faire et ses origines juives, du jazz à nouveau, un meurtre qui ne se passe pas comme prévu, quelques références à Bogart et Hitchcock et hop emballé c’est pesé. Vous ne me ferez pas croire que c’est un film d’Ed Wood.

9. Dario Argento

Une bonne grosse musique 70ies, des ambiances à la Hopper, une caméra très bleue, du sang tellement rouge qu’on dirait du ketchup, des hurlements, des coiffures trop longues et des meurtres en huis-clos. Entre nous, c’est pas tout à fait du Inarritu.

10. Tim Burton

On joue vraiment à ce jeu avec Tim Burton, vraiment ? Non.

Ils se cassent pas les mecs.