Adam_West_Batman_1965
Crédits photo (creative commons) : wikipedia

De tous les super-héros en activité, Batman a sans doute le traitement le plus changeant. Parfois maltraité (les films de Joel Schumacher, Robin, les mauvais doublages de Superfriends), souvent chouchouté (la série animée de 1995, les jeux Arkham Asylum/City, les films de Nolan, les comics à foison...), le Caped Crusader, à trop fédérer autour de lui, attire le bon comme le moins bon. Mais pourquoi autant d'engouement autour de Bruce Wayne ? C'est ce que nous allons tenter d'expliquer en dix points.

  1. Il n'a pas de superpouvoir...
    Et ça nous rapproche de lui. On ne pourra jamais être Spiderman, et même si on se fait mordre par une araignée, on risque plutôt de perdre un bras. Superman ? On oublie. Hulk ? Pareil. En revanche on peut toujours rêver d'être Batman, avec un peu (beaucoup) d'entraînement et un costume à oreilles pointues. Batman est humain, et c'est ça qu'on aime chez lui.
  2. ...mais des gadgets
    Grappin, Batarang ou encore la légendaire Batmobile : qui n'a jamais rêvé de manipuler ne serait-ce qu'un de ces fabuleux joujous ? N'oublions pas non plus notre chauve-souris préférée est un artiste de la lutte contre le crime : Planer avec sa cape et dessiner des phallus avec du gel explosif (à vérifier cela dit) font partie de son train-train quotidien.
  3. La Batcave
    Si les gadgets sont des jouets, alors la Batcave est un Toys'R'Us où votre maman vous achète tout ce que vous voulez. Concentré de technologie troglodyte, qu'importe la représentation de la Batcave, c'est le genre de pièce comme une salle au trésor qui vous donne envie de sauver la ville (et le monde).
  4. Il est riche
    Ceci expliquant les deux points précédents et en rajoutant aussi un troisième : Le milliardaire Bruce Wayne ne fait pas que dépenser sa fortune à des œuvres de charité. Il fait justice avec luxe en n'hésitant pas au passage à mettre son entreprise en déficit. Une grosse fortune qui met les mains dans le cambouis pour tout citoyen, on en rêve.
  5. Il en impose
    Un petit "I'm The Batman" fera toujours son petit effet sur la gent féminine, et ne laissera pas indifférente la gent masculine. N'en faisant jamais trop et ayant la nuit et l'obscurité comme amies, il en jette, tout simplement. La grande cape noire c'est quand même plus impressionnant que le collant bleu et le slip rouge. Au fond, pas besoin d'argumenter : même le Batsignal utilisé par Gordon est extrêmement classe.
  6. Ses ennemis sont les meilleurs
    Dans l'univers Batman, même les supervillains sont charismatiques : le Joker bien sur, mais aussi l’Épouvantail, L'Homme-Mystère, ou Mister Freeze, Bane ou le Pingouin, ils ont tous une histoire, une motivation et un look exceptionnels. Sans oublier les filles, Poison Ivy, Harley Quinn (et dans une moindre mesure Catwoman) qui ne sont pas en reste.
  7. La Batman Inc
    Parce qu'un seul Batman ne suffit pas, Bruce Wayne a décidé de faire de la lutte contre le crime une affaire internationale : chaque pays a donc son "représentant de Batman", eh oui, même en France. Chez nous, il s'appelle Nightrunner, est d'origine algérienne et habite à Clichy-sous-Bois. Et il fait du parkour.
  8. Même vieux, il reste Batman
    Dans "Batman la relève", une histoire alternative où Batounet a 70 ans, Wayne développe un costume anti-âge pour retrouver son agilité d’antan. Il n'y a guère qu'une crise cardiaque pour stopper sa carrière. On s'incline.
  9. Il en a dans le ciboulot
    Avant tout, Batman est un détective doté d'une mémoire et d'une capacité d'observation hors du commun, ce qui rend la police de Gotham quasiment inutile. Ce n'est pas juste un gros tas de muscles avec plein de thunes et des gadgets. Une sorte de Sherlock Holmes testostéroné donc. (Il a déjà la cape.)
  10. L'univers Batman est profond
    Batman est un héros torturé, jouant souvent avec les limites de la légalité et n'hésitant pas à cogner un peu plus que les autres. Ses ennemis ne sont pas tous des gros méchants voulant détruire la Terre, et la complexité de la ville de Gotham se reflète sur son héros. Bref, si vous ne devez en lire qu'un, que ce soit lui.