C’est avec émotion que tu découvres le deuxième trait sur ton test de grossesse. Tu l’as même pris en photo pour être sûre que tu ne rêvais pas. Ton mec passe par toutes les couleurs, mais il n’y a plus trop de doutes : tu es enceinte ! Passée l’annonce, reste à savoir où tu vas pouvoir accoucher avec tout un tas de questions qui vont avec. On va t’aider à y voir plus clair, pas de panique. Il te restera plus qu’à quémander des cadeaux de naissance pour le reste de ta famille et de tes amis.

1. Est-elle loin ?

Tout dépend d’où tu habites, en fait. Si tu vis dans une grande ville, il y a de fortes chances que tu trouves une maternité pas loin de chez toi. Au contraire, si tu vis au grand air au milieu des moutons, il y a des chances que tu doives te taper au moins 45 minutes de bagnole avec ronds-points inclus (c’est pénible, les ronds-points quand t’es enceinte). Si ta grossesse doit être surveillée de près, ça peut vite devenir compliqué.

2. Maternité de niveau 1, 2 ou3, qu’est-ce que ça veut dire ?

C’est un classement de prise en charge (et non le nombre d’étoiles d’un hôtel). Les maternités de niveau 1 prennent en charge les grossesses sans complications et les accouchements à terme. Celles de niveau 2 assurent la prise en charge de la prématurité moyenne ainsi que les grossesses à risque et multiples. Enfin, celles de niveau 3 prennent en charge les prématurités importantes et permettent l’hospitalisation en réanimation néonatale. Tout en permettant à la mère de rester avec son bébé.

3. Mon/ma partenaire pourra-t-il·elle rester avec moi pendant l’accouchement ?

Si tout se passe normalement, oui. Par contre, il faut se renseigner auprès de la maternité en cas de césarienne. Toutes n’autorisent pas le père à être présent dans le bloc opératoire.

4. Qui va m’accoucher ?

Tout dépend si tu choisis une maternité publique ou privée. En clinique privée, ce sera un gynécologue-obstétricien tandis que dans une maternité publique, tu seras prise en charge par une sage-femme. Pas forcé que ce soit celle qui t’aura accompagnée pendant ta grossesse (elle a droit à des vacances, comme tout le monde). Un gynéco-obstétricien est systématiquement de garde dans le public en cas de complications (césarienne d’urgence, par exemple), et si tu te poses des questions, trouve nos trucs à savoir sur les gynéco.

5. Alors, public, privé, CHU ?

Comme dit plus haut, à toi de voir. Si tu as prévu d’accoucher dans un CHU, attends-toi à voir défiler tout un tas d’internes qui se feront les dents sur ton cas. Le plus simple est de se renseigner. Tu as plusieurs mois pour ça.

6. Que penser du bouche-à-oreille ?

Ta voisine te vante les mérites de telle maternité avec un service au top ? Elle vient d’accoucher de son petit dernier (le quatrième) ? Sonde les femmes autour de toi. Un nom revient souvent ? Fais confiance, renseigne-toi.

7. Que penser du taux de césarienne ?

Les maternités sont tenues de communiquer leur taux de césarienne et d’épisiotomie si on leur demande. Important à savoir si on est de nature assez flippée. Il faut se dire pourtant que ce sont des actes ce qu’il y a de plus commun et penser avant tout à la sécurité et à la santé de ton futur bébé.

8. Quels sont les tarifs ?

L’Assurance maladie prend en charge la totalité des soins dans le public. Si tu préfères accoucher dans une clinique privée, renseigne-toi pour savoir si elle est conventionnée ou pas. Les tarifs peuvent grimper très vite.

9. Et si je choisis d’accoucher dans l’eau, par exemple ?

Pue importe l’accouchement chelou que tu envisages, il te suffit de te renseigner auprès de la maternité de ton choix. Et n’oublie pas que le personnel est rompu à l’exercice des questions qui peuvent paraître idiotes. Tu auras le temps de suivre des cours de préparation à l’accouchement, de te renseigner sur l’accompagnement à l’allaitement par exemple. Tu peux aussi demander à visiter les locaux pour te faire une idée sur ton projet de naissance.

10. Qu’en est-il de la prise en charge du/de la partenaire ?

Ce n’est pas une prise en charge à proprement parler. Priorité à la mère et au bébé, hein. Certaines maternités proposent néanmoins au/à la partenaire de faire du « peau à peau » dès la naissance, le temps à la maman de terminer le travail. Un lit d’appoint peut être également fourni pour y passer la nuit.

11. Est-ce que la nourriture est bonne ?

Parce que tu t’es goinfrée de tartines de Roquefort trempées dans du chocolat chaud pendant toute ta grossesse, tu n’as pas envie d’être démoralisée par un menu d’hosto bien dégueu. Normalement, une maman venant tout juste d’accoucher doit reprendre des forces mais bon, ça restera sûrement de la bouffe d’hôpital. L’avantage, c’est que tu peux aussi te commander des sushis si tu préfères.

Maintenant c’est le moment de te parler des vérités sur l’accouchement.