Si là tout de suite tu as entre 23 et 37 ans, on peut dire que tu as vécu une partie de ta vie dans les années 90. Et pas n’importe quelle partie, celle de ton enfance/adolescence. Or si on jette un coup d’œil derrière nous, il y a de quoi flipper. Parce c’était il y a peu de temps et pourtant les choses ont pas mal changé depuis en ce qui concerne l’écologie, la sécurité routière et l’interdiction de la cigarette dans les lieux publics etc.

1. Les aires de jeux étaient pas sécu sécu

Une étude a montré récemment que les jeux gonflables peuvent représenter un danger pour les enfants à cause de la température ambiante trop élevée. Or faire des activités physiques dans un endroit trop chaud, bah c’est pas bon pour le petit cœur. Sauf pour nous. Toujours survivants. Toujours debouts.

Source photo : Giphy

2. Ils ont bien reniflé de la peinture au plomb

Passion saturnisme. Vous vous rappelez, c’est le joli mot qu’on a trouvé pour désigné les enfants qui avaient imprégné trop de plomb. Or on en foutait partout jusque dans les années 90 où on a commencé à se dire que c’était peut être pas ce qu’il y avait de plus safe pour nos jeunes têtes. Surtout quand, en 95 on a découvert qu’un quart des enfants de moins de 6 ans avaient une plombémie critique.

3. Ils se sont quand même pris le nuage de Tchernobyl en pleine poire

On a beau avoir dit qu’il passerait pas la frontière, bah comment dire… Techniquement… Bah, en fait si. En 1986, le nuage est bien passé au dessus de nos têtes. S’il n’est pas évident de montrer quelles conséquences cela a eu sur notre santé, on peut être tenté d’établir un lien entre cet événement et les cancers de la thyroïde. Ouch. Mais pas prouvé scientifiquement. Mais ouch quand même.

4. Leurs parents clopaient tout le long du trajet Fécamp / Narbonne

Ah ça on en a bouffé de la cigarette passive. A la maison comme dans la voiture ça clopait à tout va. Boah ça nous a pas tué hein, on va juste mourir plus jeunes mais vu les perspectives de réchauffement climatique c’est plutôt une bonne nouvelle.

5. Ils avaient des bons biberons au bisphénol

Miam miam la bonne tétée.

Source photo : Giphy

6. Ils faisaient du patin à roulettes SANS GENOUILLÈRES

Non mais attendez, c’était juste des fous de la vitesse, des déglingos, DES GRANDS MALADES !!!

7. Ils connaissaient les paroles de Doc Gynéco par cœur à 7 ans

« Viens réviser tes mathématiques en mesurant ma trique ». Trop chou.

Source photo : Giphy

8. Ils apprenaient la vie en matant les programmes du Club Dorothée

De toute façon, nos parents nous laissaient voir tout et n’importe quoi à la téloche. « Oh un enfant qui fait du tricycle dans un couloir, ça doit pas être bien méchant, bien sûr que tu peux regarder ». Ouais bah merci ouais ! 25 ans de psychanalyse pour régler ce trauma.

9. Ils ont tous eu un youpala

Or c’est désormais prouvé que ces trotteurs à la con flinguent l’intégralité du corps en passant par les jambes sans oublier les pieds.

10. Ils sautaient sur les lacs gelés couverts de neige en hiver

Haha les cons. Fort heureusement, ce ne sera plus possible désormais grâce au réchauffement climatique. On pourra prendre des bains en hiver dans la joie et la bonne humeur de la fin du monde à la place de faire du patin dangereusement.

11. Ils traversaient la forêt à n'importe quelle heure

OUF ! Il n’y aura plus d’arbres d’ici 8 jours donc c’est aujourd’hui impossible. Yay.

12. Ils ont eu la coupe au bol

Un mal dont on n’est pas tous sortis indemnes.

Source photo : Giphy

13. Ils étaient tous fans de Michael Jackson

Et il nous l’a bien rendu. Trop bien rendu ?

14. Ils avaient pas de portable donc pas moyen de prévenir les parents s'il y avait un le moindre problème

Je suis pas si c’est mieux aujourd’hui d’avoir les portables hyper élaborés et les réseaux sociaux, mais une chose est sûre, on DOIT POUVOIR communiquer en cas de problème.

15. Ils ont survécu au "bug de l'an 2000"

Si ça ne vous suffit pas comme preuve je sais pas ce qu’il vous faut.

Source photo : Giphy

Mais ouais mais jetez-moi sur du verre pilé, ça me fait plus rien moi. J’ai fait les années 90. Plus rien ne peut m’atteindre.