On pourrait ici citer Donald Trump pour l’ensemble de son oeuvre, mais nous avons préféré nous concentrer sur des non-professionnels de la Fake News parce qu’en France on ne joue pas dans la même catégorie qu’aux Etats-Unis, on le sait bien. Néanmoins il faut bien reconnaître qu’il y a un certain niveau.

1. Marine Le Pen

Et Gilbert Collard et Jean-Marie Le Pen et… Tous ont, ce matin, abondamment commenté cette scandaleuse vandalisation de la statue de Jeanne d’Arc sous laquelle les militants FN se réunissent tous les 1er mai : l’étendard cassé, la république bafouée… Même Valeurs Actuelles s’est engouffré dans la brèche. Sauf que la DRAC a expliqué qu’elle était tout simplement en réfection depuis mi juin.

2. Christine Boutin

En 2014, Christine Boutin s’était moquée sur BFM TV d’une déclaration du gouvernement concernant la loi famille, dans laquelle le porte-parole aurait soi-disant évoqué une « stratégie provisoire d’avancement à potentialité différée » plutôt que de « recul ». Sauf que la déclaration en question venait du Gorafi. Sans compter la fois où notre Christine nationale a annoncé la mort de Chirac.

3. Nadine Morano

En pleine affaire Benalla, Nadine Morano relaie un faux article du Monde issu du site parodique Nordpresse et intitulé « Manu et moi, on est plus que des amis… », une déclaration parodiquement attribuée à Alexandre Benalla. Autant dire que ça la fout mal, l’info étant essentiellement reprise sur la fachosphère.

4. Marion Maréchal Le Pen

En mars 2017, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, Marion Maréchal Le Pen relaie une fausse information concernant le principal opposant à sa tante, Emmanuel Macron. Le futur président de la République y est accusé de faire financer sa campagne par l’Arabie Saoudite. Une fausse information tirée d’une fausse capture d’écran du journal belge Le Soir.

5. Nicolas Dupont Aignan

Habitué des fake news, Nicolas Dupont Aignan a par exemple affirmé de but en blanc sur Radio Classique que la CEDH avait interdit à la France de pratiquer des fouilles de prisonniers. On n’aurait donc plus le droit de fouiller les prisonniers : sortez les drapeaux, la France va sombrer ! Evidemment, c’est faux : le CEDH a condamné la France pour des fouilles humiliantes et dégradantes, mais la pratique de la fouille n’a pas été remise en question.

6. Laurent Wauquiez

En septembre 2017, alors qu’il est en lice pour la présidence des Républicains, Laurent Wauquiez veut frapper un gros coup et se moquer de Macron : son discours pro-européen aurait été immédiatement moqué par la chancelière allemande Angela Merkel qui lui aurait opposé une fin de non-recevoir sous la forme d’une déclaration choc : « Merci mon jeune ami, mais avant de faire un discours, on commence par travailler. »

Le problème, c’est que Merkel n’a jamais dit ça. Jamais. Et que l’article du Figaro cité par Wauquiez pour étayer ses propos n’a jamais existé.

7. Jean-Luc Mélenchon

En septembre 2018, Mélenchon a déclaré à l’Assemblée nationale que les Cubains avaient réussi à inventer un vaccin contre le cancer du poumon. Mais c’était à tout le moins une approximation et plus justement une fake news : le vaccin en question est un protocole à l’état de test basé sur un principe d’immunothérapie et ne concernant que 15% des cancers du poumons – par ailleurs, il est développé aux Etats-Unis et non pas à Cuba.

8. Christophe Castaner

Le 1er mai, le ministre de l’Intérieur a déclaré solennellement que des manifestants avaient lancé un assaut contre l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Un vrai scandale qui a aussitôt déclenché l’ire de la classe politique unie et la mécanique bien rodée au sensationnalisme façon BFM TV. Mais l’attaque n’avait jamais eu lieu ; les manifestants s’étaient simplement réfugiés dans l’hôpital pour éviter une charge policière.

9. Florian Philippot

En mai 2017, le compte Twitter du numéro 2 du FN d’alors relaie un faux échange de SMS entre des militants pro-Macron qui auraient organisé une bousculade volontairement contre les troupes de Marine Le Pen à Reims. Dommage pour lui, mais c’est un faux.

10. Le florilège du traité d'Aix-la-Chapelle

Qui, soi-disant, rendrait l’Alsace et la Lorraine aux Allemands, malgré les deux guerres qu’on a fait à cause d’elles. Mais cela n’a pas empêché Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan de relayer l’info – avant de supprimer leur réaction.

On n’est pas sorti d’affaire.