Alors oui, la télévision, c’est fait pour vendre du rêve et pour bercer le téléspectateur d’illusions quant à ses prétentions locatives. Mais franchement, on ne nous prendrait pas pour d’énormes teubés de temps en temps ? Non parce qu’on le sait tous qu’on est destiné à une vieille mansarde de 20 mètres carrés hors de prix si l’on choisit de vivre dans une métropole hein.

1. L'appartement de Monica dans FRIENDS

Certes, Monica est cheffe cuisinière. Mais elle galère bien avant d’avoir un bon poste et elle n’est certainement pas aidée par ses colocs. Donc nous faire croire qu’elle parvient à vivre dans un énorme appartement en plein centre-ville new-yorkais, c’est un peu du gros foutage de gueule. Enfin, de toute évidence, FRIENDS nous a bien fait croire à moult illusions

2. L'appartement de Carrie dans Sex & the City

Alors là aussi, du grand n’importe quoi. La meuf vit dans un appartement dont le loyer devrait atteindre près de 3 000 dollars par mois sauf qu’elle est journaliste et que selon The Columnist Star, son salaire devrait correspondre à 38 000 dollars à l’année. Du coup, elle aurait 166 dollars par mois pour vivre… Pfff. Bon, il est précisé dans la série qu’elle paye un loyer particulièrement peu élevé (700 dollars), un peu facile tout ça…

3. L'appartement de Max Black et Caroline dans 2 broke girls

Et quand même, on a quelques indices dans le titre de la série sur la situation financière des deux personnages principaux… Mais bref, même si l’on note quelques efforts légers pour nous faire croire que l’appartement est un peu pété, il est évident qu’en terme de superficie, il est bien trop grand pour ne pas coûter une blinde (compte tenu de sa localisation : New York). Aucun réalisme.

4. La colocation dans New Girls

Alors certes, Schmidt est blindé. Et a priori il subvient pas mal aux besoins de ses petits camarades. Mais entre Nick l’avocat déchu-barman et Jess qui est maîtresse d’école, nous faire croire que les quatre vivent décemment dans cette immense baraque dotée d’une salle à manger (que l’on aurait très largement pu remplacer par une chambre), c’est un MENSONGE.

5. Le hangar dans la Casa de Papel

Euh ça va tranquille les mecs ? On se met bien dans son petit château à préparer son cambriolage tout pété là ? Les gars ne s’embarrassent pas à payer un loyer, ça on en est bien sûr.

6. L'appartement de Dana Barretts dans Ghostbuster

À l’Ouest de Central Park, la petite Lana est très très bien lotie. Elle vit seule dans un superbe appartement avec une vue panoramique sur New-York pépouze. Sa chambre est immense et sa cuisine inutilement grande. Elle qui est supposée être musicienne ne pourrait certainement pas s’acheter en un claquement de doigt cet appartement vendu dans la vraie vie pour la modique somme de 1.3 millions de dollars. À moins qu’elle fasse un prêt quoi. Mais bon, relou de s’endetter…

7. L'appartement de Ted Mosby dans How I Met Your Mother

Non mais le mec est un jeune architecte… Une galère sans nom quand même (gros soutien et respect à vous)… Et pourtant, il vit dans un immense deux pièces dans lequel il s’est aménagé un petit coin pour travailler. On vous rappelle qu’il vit dans l’Upper East Side. On suppose que pour payer son loyer, il est allé chercher son vieux canapé rouge dans une décharge.

8. La fête à la maison

La petite famille vit dans une grande baraque de 222 m² (c’est précis) d’un loyer de 10 600 dollars alors que le père, présentateur, touche un salaire de 8 000 dollars. On imagine que pour pouvoir payer ce dernier, il a du faire quelques placements de produits sur Insta’.

9. L'appartement d'Hannah dans "Girls"

Non mais la meuf est écrivain free-lance et professeur des écoles ainsi que barman et elle vit tranquillou dans un appartement plutôt cossu : un salon, des chambres de taille plutôt correcte et une cuisine bien équipée (vraiment c’est très important). Bon d’accord, elle a des colocs. Mais ça doit tout de même rester bien galère de joindre les deux bouts de temps en temps.

Et vous ? Vous payez un loyer de combien ? Comment ça c’est « personnel » ? Pfff.

Source : Rankers, L’Internaute