Topiteurs, topiteuses, on vous a entendu. Après un déferlement de commentaires suite au top sur les auxiliaires de puériculture les plus reloues, nous avons décidé de parler également des parents chiants en crèche, parce que y’a pas de raison qu’on tape que d’un seul côté. Maintenant on est bien, 1 partout, balle au centre. Il faut dire que cet ancien top vous a bien inspiré, on va pouvoir rétablir un peu la vérité comme ça.

1. Celui qui pense que son enfant est le seul de la crèche

Il ne comprend pas que toute l’attention ne soit pas uniquement portée sur son héritier. Il a pourtant bien vu qu’il y avait d’autres bébés, mais il s’en fout, il n’y a que le sien qui compte. Il a du mal à comprendre le sens du mot « collectivité », et voudrait que son grumeau soit la priorité de tous.

2. Celui qui oublie tout

Il zappe le doudou, la tétine, le sérum physiologique et le Doliprane. Il a même oublié de mettre une tenue de rechange, et gueule parce que le body de son môme est taché après la 3ème selle liquide de la journée (merci l’épidémie de gastro). Il promet toujours de tout ramener le lendemain, sauf qu’il oublie, comme d’habitude.

3. Celui qui a des ordonnances pour tout

Il a une ordonnance pour avoir un lait bio, des couches bio, refuse que son môme porte les couches fournies par la crèche, et ramène tout son matos perso. Le fait d’exiger une ordonnance pour chaque demande spéciale ne le freine pas, au contraire.

4. Celui qui doute de toi

Il te demande tes qualifications, l’année d’obtention de ton diplôme, si tu as toi-même des enfants, et si tu as bien mangé ce matin. Il veut tout savoir, pour être certain que tu n’es pas une psychopathe échappée d’asile. Il doit bien se douter qu’on ne bosse pas dans une crèche comme ça, mais il s’en fout, il te refait passer un entretien d’embauche, au cas où.

5. Celui qui arrive toujours en retard

Il sait que la crèche ferme à 18h30 grand maximum, mais il arrive toujours à 18h40, pas même essoufflé, sans même s’excuser. Il se dit que t’es pas à 10min près, et que c’est pas ce petit retard qui va changer quelque chose. Il s’en fout que tu aies toi-même des gamins à la maison ou une vie sociale, il va pas non plus modifier son emploi du temps pour ta pomme, et puis quoi encore.

6. Celui qui a peur des maladies

Il demande chaque jour quelles sont les épidémies de la semaine, pour se préparer psychologiquement à vomir ses tripes pendant deux jours en cas de gastro chez son gamin. Il redoute la bronchiolite comme la peste, et regarde de travers le pauvre gosse qui a une conjonctivite.

7. Celui qui gueule quand c’est la grève

Il sait depuis une semaine qu’il y aura une journée de grève, mais gueule quand même parce qu’il n’a pas eu le temps de s’organiser. Il déteste le service public, et pense que tous ceux qui font grève ne sont que des fainéants gauchistes. Il ne cherche même pas à s’intéresser aux revendications des grévistes, de toute façon ils ne valent pas mieux que les chômeurs.

8. Celui qui n’est au courant de rien

Il ne prend jamais la peine de lire l’immense panneau d’information qui se trouve à l’entrée de la crèche, et où sont marquées toutes les informations importantes. Du coup, il n’est pas au courant de la prochaine grève, ni de la fermeture de la crèche pour la journée pédagogique, ni du jour de la venue du photographe, des élections parentales, ou de la date du goûter de Noel.

9. Celui qui pense qu’il est le seul à bosser

Il ose te dire « amusez-vous bien » en te déposant son gamin, et te dit qu’il est épuisé en venant le chercher en glissant « j’ai bossé toute la journée, moi ». Bah oui, c’est vrai que garder les gosses des autres c’est hyper reposant, en plus on ne fait que de la peinture avec les doigts toute la journée, youpi.

10. Celui qui ramène tout le temps son gosse malade

« Il a 39 de fièvre, mais il ne se sent pas mal », « il a vomi toute la nuit, mais je ne pense pas que ce soit une gastro, parce que je ne ressens aucun symptôme », « il tousse et siffle un peu des bronches, mais c’est pas encore l’épidémie de bronchiolite », sont ses phrases préférées. Le parent n’a pas du tout envie de se coltiner son gosse malade à la maison, et il préfère le déposer en toute circonstance.

Et vous, quels sont les parents les plus relous que vous ayez rencontré ? Est-ce que vous faites parties des auxiliaires de puériculture les plus soûlantes ? Allez, bisous.