Crédits photo (creative commons) : http://www.flickr.com/photos/47823583@N03/4522126718/

C'est samedi, c'est l'instant sesque. Oui on peut dire que notre belle société est inutile, futile, trop "vieux jeu", "trop ceci" ou "pas assez cela", mais une chose est sûre, elle est toujours en mouvement, et surtout quand il s’agit de sexe. Là, l'imagination va bon train, et les tendances autrefois cachées, voire honteuses, sont aujourd’hui sur le devant de la scène et méga hype. "L'échangisme" par exemple, c'est donc devenu top tendance. Et on peut tout à fait imaginer/inventer d'autres tendances comme celle-là: ajoutez un "isme" à la fin et ça devient conceptuel, fun, presque normal, et plus seulement un peu crado. Certaines sont "vraies" et d'autres devraient être inventées. La preuve...

  1. Le "mélangisme"
    Une petite déviante soft de l’échangisme qui consisterait, selon des experts, à se rendre dans des boîtes adaptées, à y rencontrer des couples (donc plutôt à 4 ou plus), et faire une espèce de mêlée/sandwich sans complètement passer à l’acte. Je te caresse la fesse en "lousdé" mais attention à la réprimande si tu me mets un doigt dans le cul. Oui, c'est ça, un peu comme quand vous aviez 14 ans avec votre premièr(e) copain/copine, mais à plusieurs.
  2. Le "frottisme"
    Très similaire du mélangisme, mais inventer un nouveau mot pour faire croire que c'est vachement différent, c'est mieux. La différence c'est que là, ça se fait en musique, plutôt du zouk ou tout type de déhanché que le métropolitain des villes danse mal et se ridiculise assez vite. On se frotte et discrètement, on susurre à l’oreille de son ou sa partenaire d’aller dans une pièce adaptée au dansisme ou autre gallipetisme.
  3. Le "touchisme"
    Ce qui arrive régulièrement dans le métro ou autre transport en commun sans avoir désiré recevoir une main aux fesses ou autres gestes déplacés. Alors que là, en milieu non hostile, c’est plutôt bienvenu, voire obligatoire ! Tu rentres en boîte, il y a une vieille connaissance, la tradition pour les hommes est non pas de se serrer la main, mais plutôt une couille (la gauche de préférence). Avec les femmes, on arrive directement en lui roulant une pelle ou en lui collant une main bien trop baladeuse. L'avantage du touchisme selon les toucheurs, c'est le gain de temps.
  4. Le "sensisme"
    Uniquement réservé aux experts. Quand il entre dans un lieu quelconque, pour lui un espace de chasse gardée, le spécialiste n’a pas besoin de voir ni de toucher, il se dirige naturellement vers sa ou ses proies sans se poser de question, son odorat et sa connaissance du milieu lui ayant facilité l’approche. Le "sensisme", c'est croire naturellement en son sex appeal sans se soucier des conséquences. Le sensiste est donc un "dragiste" sans égo. Un peu comme un machiste déjà en caleçon.
  5. Le "matisme" (ou le yeutisme)
    Le/la matiste est un esthète un brin pervers, un zappeur mais qui ne touche qu'avec les yeux. En boite "spécialisée" (parce que dire "partouze", ça fait sale), c'est celui qu'on reconnaît quand il dit "vous pouvez enlever votre main de là svp. De là aussi, oui !". Lui il veut voir, et rien d'autre. Et comme il aime particulièrement ça, il ne s’embête pas de la bienséance, prend des photos à gogo, et filme tout ce qui filmer. Pour "rematismer", chez lui tranquille, avec du sopalin.
  6. Le "drôlisme"
    Une manière comme une autre de ne pas tout miser sur son physique. On dit que "femme qui rit est à moitié dans son lit", alors le ou la drôliste cherche à faire rire à tout de bras pour niquer. Et se croit du coup super drôle, parce que dans des lieux libertins, il/elle couche 100% du temps. Oubliant du coup que les gens étaient de toute façon venus se faire sauter, même sur une blague de Popeck s’il faut.
  7. "La boucherisme" ou "le dégueulisme"
    Ca se passe d’explication détaillée. Une simple partouze, c'est pour les débutants, les petits joueurs. Nan ici on y va franco de port, en se chauffant sur le parking au besoin sur le capot de la 405 et en se finissant dans une backroom sombre et humide. Chiens, chats et autres petits animaux sont les bienvenus, mais pas obligatoires, ça dépend du thème.
  8. L'"excrémisme"
    Il est au dégueulisme, ce que le mélangisme est à l'échangisme: une version un peu plus extrême. Une pratique un peu singulière qui consiste à agrémenter ses rapports avec un (ou plusieurs) autrui consentant d'excréments en tout genre. Une branche à part qui comprend les vomistes, les cacistes, les croutistes... On peut assister parfois à de délicieux mélanges entre toutes ces petites niches. Le vrai excrémiste, le puriste, ne donne libre court à ses envies qu'en public, parce qu'au fond c'est quelqu'un de super classe.
  9. Le "tentisme"
    C’est un peu la loose de la liste. Il/elle reste à l’extérieur des lieux de débauche, mais meurt d'envie d'y rentrer. Il/elle déambule devant, faisant les 100 pas en plein dilemme intérieur «j’y vais bordel. Non j’y vais pas. Et si j'y vais, que va penser machin quand je vais lui raconter ». Et puis non "ouais c’est quand même 100€...". Mais "à ce tarif-là, je vais pouvoir m’en donner à cœur joie !". Bref, le tentiste est un peu normand, aimerait bien, mais ne sait pas et finit sur Youporn.
  10. Le "rangisme"
    Il va dans les boites pour adultes, une fois, paie son droit d’entrer, mate, ne se sent pas bien, boit, pense à madame qui le croie à l’hôtel en Creuse pour la visite d’un client chiant le lendemain matin à 7h30 en pleine cambrousse. Puis il part, car il n’est pas fait pour ce monde là, quoique le fantasme ait pu lui faire croire. Il rentre voir sa femme à la maison, prend son courage à deux mains, et la réveille en lui proposant de changer de vie, pour pimenter le quotidien, tu verras on va être bien et tout et tout. Elle lui répond : «dis donc Michel, tu sais là à 4h du mat j’aime personne, je dors». Alors il coupe la lumière, pleure intérieurement et pense à son rendez-vous de demain. Le rangiste a une vie de merde, au fond.

Et vous, vous en connaissez d'autres ?