Du mélange entre bières fortes, murs et bombes de peinture devait naître le graffitivre, à la fois dissidence de l’art urbain et sécession du tag. Ésotérisme dans les toilettes publiques, échec grammatical ou humour de façade, les graffitivres représentent l’expression de rue spontanée, un lien entre une personne avinée et un passant avisé. Du street-art ? Pas vraiment. Du vandalisme ? Ça se discute. Mais en tout cas on aime.

1.

View this post on Instagram

#graffitivre

A post shared by #EMA.XP (@ema.xpe) on

8.

View this post on Instagram

espèce de sale : #graffitivre

A post shared by capéné (@_capene_) on

Maintenant il s’agirait de conclure.