Le porno c’est cool mais parfois il manque un peu d’histoire, les comédiens sont pas ouf, l’éclairage manque un peu d’esthétisme et la prise de son laisse carrément à désirer. Heureusement, pour ceux qui ont deux passions : le sexe sale et le cinéma, il existe un ensemble de films de grande qualité qui ont le bon goût de nous offrir de belles scènes de cul. Préparez-vous à vous rincer l’œil cinématographiquement.

1. "Dernier tango à Paris" de Bettolucci

Bon après, Bettolucci n’est pas le dernier pour intégrer de la baise dans tous ses films (on pense naturellement à 1900, Innocents ou encore La Luna). Mais celui-là est le plus culte. Maria Schneider aura d’ailleurs été pas mal traumatisée par ce film dans la mesure où elle ne consentait pas vraiment à tourner ces scènes de cul qui lui ont été imposées par surprise (même si elles étaient bel et bien simulées). Sa cousine Vanessa Schneider raconte dans un livre l’enfer qu’a subi la comédienne après cette scène, qui l’a définitivement grillée dans le milieu du cinéma. Et pour cause, la scène du beurre (beurre doux, ils ont été sympa) restera marquée dans les anales.

Source photo : Giphy

2. "La Pianiste" de Michael Haneke

Dans ce film assez troublant, Isabelle Huppert interprète une prof de piano totalement perverse qui se taillade la teuch pour simuler ses règles, qui renifle des mouchoirs de spermes glanés dans les sex-shop, qui prend son pied en matant des couples faire l’amour tout en urinant. Sa relation avec sa mère est à la limite de l’inceste et son kiff c’est de se faire prendre violemment par son élève (Benoît Magimel quand il était encore acteur). Alors forcément du sexe, il y en a à foison.

Source photo : Giphy

3. "Ma mère" de Christophe Honoré

On retrouve à nouveau Isabelle Huppert cette fois-ci dans le rôle d’une mère dont le fils voue une adoration proche de l’inceste. Pour calmer un peu ses ardeurs, elle lui révèle sa vraie nature immorale et l’initie à la débauche. Et ça part en orgie de muqueuses.

4. "37°2 le matin" de Jean-Jacques Beineix

Dans ce film génial qui a révélé Béatrice Dalle, la scène d’ouverture nous montre un coït charnel et amoureux en plan large de Zorg et Betty (Jean-Hugues Anglade et Béatrice Dalle). Bien que la scène soit bien sûr simulée elle montre quand même un acte sexuel « entier ». Une belle entrée en matière pour l’histoire.

5. "L'inconnu du lac" de Alain Guiraudie

En plein été, des homosexuels se retrouvent dans un lieu caché au bord d’un lac pour s’offrir des petites parties de jambes en l’air alors qu’un meurtrier sévit dans la région. Peut-être serait-ce cet homme mystérieux dont Franck tombe amoureux. Un polar gay dont les scènes de cul (nombreuses) ne manquent pas d’exciter le chaland, qu’il soit homosexuel ou pas.

6. "La vie d'Adèle - chapitre 1&2" d'Abdellatif Kechiche

Forcément quand on parle de scène de cul, c’est difficile de ne pas mentionner ce film dont les scènes de sexe lesbien n’ont pas manqué de cliver les spectateurs et spectatrices. D’un côté, les réactionnaires homophobes ont trouvé ces scènes porno et choquantes, d’un autre côté les lesbiennes ont accusé le réal d’avoir une vision très hétéro du sexe lesbien, et puis il y a les autres qui étaient juste contents de voir les seins de Léa Seydoux.

Source photo : Giphy

7. "Lady Chatterley" de Pascale Ferran

Cette adaptation du roman de D. H. Lawrence raconte l’histoire de Constance, jeune bourgeoise qui s’ennuie dans son grand château et commence à avoir des vues sur le garde-chasse du domaine, Parkin, qu’elle aura vite fait de mettre dans sa culotte. C’est le récit de sa découverte de la sensualité et donc aussi de sa sexualité.

8. "Love" de Gaspard Noé

Mention spéciale à la scène d’éjaculation en 3D avec le sperme qui nous arrive tout droit dans la tronche. Si ça c’est pas se rincer l’œil je ne sais pas ce qu’il vous faut.

9. Mention spéciale à toute la filmographie de Lars Von Trier

On pense en premier lieu à Nymphomaniac évidement dont l’histoire retrace le parcours sexuel d’une femme qui s’est auto-diagnostiquée comme nymphomane mais on ne peut pas passer à côté de Antichrist (magistrale scène d’ouverture), Les idiots (un groupe d’individus qui se font passer pour des idiots et se laissent aller à leurs inhibitions), Dogville, Breaking the waves… le gars aime filmer les muqueuses.

Source photo : Giphy

10. "Salo ou les 120 journées de Sodome" de Paolo Pasolini

Beaucoup, beaucoup, beaucoup de sexe. Mais beaucoup, beaucoup, beaucoup de malaise. Si vous vous paluchez devant ce film, je vous invite à ne jamais m’adresser la parole. En revanche, n’hésitez pas à le montrer à vos enfants c’est très éducatif comme en témoigne cet extrait. « Un instant messieurs, juste de temps de lui faire goûter le bâton de ma vieillesse ».

Oui, j’aurais pu faire un top 1000 mais on a privilégié les films qu’on préférait. Vos contributions humides sont toutefois les bienvenues.