Crédits photo (creative commons) : hans.gerwitz

Pas de surprise, ton dernier examen s'est soldé par un échec cuisant. En même temps, jouer à la console/vivre la nuit n'a jamais aidé à réussir des épreuves. Bref, tu le prends plutôt bien, mais la réaction de tes parents risque d'être un peu différente. Ta mère arrange le gibet tandis que ton père est prêt à sabrer le champagne. Et puis c'est le gibet, sauf si tu as un plan de carrière bien ficelé. En voici quelques exemples :

  1. Tu sais au pire je deviens un people : c'est pas compliqué, même si t'a pas de talent et le Q.I d'une moule iodée, il suffit de mettre un maillot de bain et de rouler des mécaniques ou du cul à Saint Tropez.
  2. Au pire je deviens star du X : quel parent n'a pas rêvé de voir son fils ou sa fille, en pleine partie de cul sur un site moldave ?
  3. Au pire je vais vivre en Lituanie : avoir une alimentation essentiellement constituée de patates et une brindille dans la bouche pour mieux contempler la nature, ça fait rêver.
  4. Au pire je deviens rappeur : le milieu ne demande pas plus que de faire rimer couille avec nouille alors pourquoi pas ? Des rimes de merde sur Bourre-La-Gueuse pour être le nouveau Kamini c'est tentant quand même.
  5. Au pire je deviens marabout : le "métier" pas l'animal (on ne devient pas un oiseau comme ça, surtout si on a raté ses exams). Le moral de la population en berne, et sa crédulité en hausse promet à cette profession un bel avenir.
  6. Au pire je travaille chez Franprix ou Lidl : c'est pas un déshonneur, surtout depuis que l'on parle d'agent ou d'hôtesse de caisse plutôt que du vulgaire caissier/caissière. Ca en deviendrait presque classe.
  7. Au pire je fais une plantation de cannabis sur le balcon : comment refuser à un gamin en échec scolaire de réaliser son rêve ?
  8. Au pire je deviens mouton : l'animal cette fois-ci. Brouter toute la journée et s’abreuver d'eau fraîche, contre une ou deux tontes dans l'année c'est plutôt rentable.
  9. Au pire je deviens taulard : nourri, logé, et blanchi en prison, y'a pire.
  10. Au pire je vis chez Ikéa : attendre la fermeture, se cacher dans une armoire et profiter d'un matelas avec un nom étrange style Snurfalrurf, ça ne fera pas du tout peur à vos parents (meuh non).

Et vous, vous diriez quoi à vos parents en cas d'échec ?