On pense souvent les institutions infaillibles, les choses gravées dans le marbre et les savoir-faire sûrs d’eux. On oublie que, derrière chaque chose terrestre, il y a des humains qui, parfois, sont crevés, ou malades, ou n’ont pas envie. Et que dans ces cas-là, ils sont tout à fait aptes à commettre des erreurs énormes qui ne seront jamais remarquées parce que personne n’aura l’idée de vérifier ce qu’ils font. Et ça peut durer des années et des années.

1. Quand une banque met six ans à se rendre compte qu'on lui a piqué 2 milliards de dollards

En Inde, un dénommé Shetty, Gokulnath de son prénom, a mis au point un truc assez malin. Il s’est mis à la colle avec un joaillier réputé pour arnaque la banque nationale. Oui, la banque nationale. Et leur petite combine a duré 6 ans, sans que la banque ne s’en rende compte. Ils ont ainsi réussi à récupérer 2 milliards de dollars, ce qui correspond à un paquet de butter chicken à l’Indien où j’ai l’habitude d’aller. Shetty était chargé pendant tout ce temps d’approuver et de définir les codes SWIFT utilisés pour réaliser des virements internationaux. Il s’occupait donc d’autoriser les banques étrangères à effectuer des prêts à son malfaiteur de complice avant d’effacer toute trace des transactions.

2. L'Espagnol payé à rien faire pendant des années

6 ans : c’est aussi ce qu’aura duré la belle vie d’un fonctionnaire espagnol qui continuait à percevoir son traitement alors même qu’il n’avait plus foutu un pied au bureau depuis tout ce temps. En réalité, il n’avait tout simplement jamais rien à foutre : il a donc déserté son poste en 2004 sans que PERSONNE ne s’en rende compte. Il aura fallu attendre que l’administration de la région de Cadix cherche à le distinguer pour ses 20 ans de carrière dans la fonction publique pour que le truc soit découvert et qu’il soit condamné à 27.000 euros d’amende.

Source photo : Giphy

3. L'Anglais qui fabriquait ses propres timbres

Il faut bien reconnaître qu’aller à la poste pour acheter des timbres, ça peut être un peu pénible. Du coup, McDonagh, un Anglais bon teint, a eu l’idée que, désormais, il se servirait de ses propres timbres. Mais McDonagh n’était même pas un faussaire de génie : ou plutôt, si, il l’était, puisqu’il poussait le vice jusqu’à imprimer sa gueule sur les timbres qu’il utilisait. Et pendant ce temps-là, la poste britannique distribuait son courrier comme celui de n’importe quel citoyen, pardon de n’importe quel sujet, de l’Empire britannique. Autodéclaré anar, McDonagh avait l’air assez marrant : pour Noël, il réalisait des timbres le faisant apparaître déguisé en Père Noël et ainsi de suite.

Et comme personne ne s’en est jamais rendu compte, au bout de quelques années, il a dû lui-même raconter l’histoire sans quoi il aurait fait tout ça pour rien.

4. Pendant plusieurs années, la prostitution était légale à Rhode Island suite à une erreur du législateur

Dans la plupart des Etats américains, la prostitution est non seulement interdite, mais assez sévèrement réprimée. Sauf que dans les années 70, l’Etat de Rhode Island a dépénalisé la prostitution sans faire gaffe : un amendement gravé dans le marbre suite à une jurisprudence avait en effet oublié de se référer à la prostitution comme un crime. Seul le racolage était désormais considéré comme un petit délit. En 1998, des avocats s’en rendirent compte et décidèrent d’utiliser ce vide juridique pour obtenir l’acquittement de leurs clients. La loi ne fut rétablie finalement qu’en 2009.

5. Quand les employés d'une piscine municipale mettent deux jours à trouver un cadavre qui flotte dans la pistoche

Un beau dimanche de 2011, une nounou emmène un gosse de 9 ans à la piscine. Elle plonge dans l’eau. Et ne ressort jamais. Le gosse prévient les maîtres-nageurs qui l’ignorent totalement.

Finalement, le mardi suivant, des ados qui font les fous tombent sur le corps de la morte. Oupsie. Entre temps, la piscine avait été ouverte au public pendant deux jours et inspectée par des employés municipaux pour en vérifier les conditions d’hygiène.

6. Il est techniquement légal de tuer des gens dans un petit coin de Yellowstone

Une faille juridique vieille de plusieurs décennies fait qu’il est légal, sur une portion de 130 km² au sein du parc national de Yellowstone, de tuer des gens. En réalité, le parc est à cheval sur plusieurs juridictions diverses, et cette petite partie située dans l’Idaho ne tombe pas sous le coup de la loi appliquée dans le parc, dépendante du Wyoming. En ce sens, cette partie du parc située dans l’Idaho est une zone de non droit. Flippant.

Source photo : Giphy

7. L'affaire Steven Avery

A la fin des années 80, Steven Avery est condamné pour viol. Sauf qu’il n’est pas coupable et ne cesse de le répéter. Un autre personnage qui, par ailleurs, lui ressemble, et a déjà été condamné pour des agressions sexuelles, rôde dans les parages. De nombreux témoignages concordent pour dire qu’il est tout à fait vraisemblable que cet autre violeur soit l’auteur du crime, mais le shérif et le procureur, guidés par une vendetta personnelle contre Avery, s’entêtent. Avery est condamné à 30 ans de prison.

En 1995, l’autre personnage est arrêté dans un comté proche et IL AVOUE LE VIOL dont Avery a été injustement accusé. Mais l’information, transmise à la police de Manitowok, est enterrée.

Avery a passé 18 ans en prison avant d’être innocenté par son ADN.

8. L'erreur énorme de Newton

300 ans après la parution de Principia, l’oeuvre fondamentale de Newton, un étudiant de Chicago a mis à jour une erreur énorme dans les calculs réalisés par notre bon Isaac afin de déterminer la masse de la terre. L’équation posée par Newton était erronée sans qu’aucun scientifique, nulle part dans le monde, ne s’en soit jamais rendu compte avant 1987.

9. Quand on pensait que la Californie était une île

Lors de la découverte de la Californie, les explorateurs ont estimé que l’Etat était en réalité une île. Ils ne se sont pas emmerdés à faire le tour du propriétaire, ils ont fait une carte vite fait et puis voilà. Et cette carte était donc celle d’une île. Deux cent ans plus tard, en 1776, un explorateur espagnol, Juan de Anza, prendra le temps de faire, lui, le tour de l’île supposée pour se rendre compte que c’était n’importe quoi et qu’il fallait revoir toute la cartographie américaine.

10. Un ado corrige une erreur dans un musée scientifique 30 ans après

Au Musée de la Science de Boston, une exposition consacrée aux Mathématiques faisait apparaître depuis 1981 une erreur monumentale sur l’un de ses cartels : l’équation destinée à déterminer le nombre d’or, qui faisait l’objet d’une grande explication, était tout simplement fausse, les signes + ayant fait place à des signes -. Bref. De quoi dérouter les aspirants scientifiques.

On n’est pas au bourde de nos surprises.

Via : Cracked