une_ecrivain-mort
Source photo : babelio

Il y a des écrivains qui ont la chance de connaître la gloire de leur vivant, qui récoltent prix littéraire sur prix littéraire, qui se font un max de pognon et qui passent leurs vacances dans leur grande maison du Cap Ferret. Et puis il y a les autres : ceux qui en chient toute leur vie, finissent par se foutre en l'air et là un éditeur se décide enfin à les publier, mais ils ne sont plus là pour le voir ni pour récolter les kilos de pognon. Attention, top triste.

  1. Franz Kafka
    Si aujourd'hui Kafka est un passage obligé pour tout programme de littérature qui se respecte, l'écrivain tchèque était relativement méconnu de son vivant. C'est en effet après sa mort que son copain Max Brod fera publier tous les romains et nouvelles que Franz lui avait demandé de détruire une fois qu'il ne serait plus de ce monde et qui le rendront célèbre. Une bonne action pour la littérature mondiale, mais un choix relativement discutable dans la mesure où il n'aura absolument pas respecté les dernières volontés de son pote.

    whaat
    Source photo : Gremlins
  2. Stieg Larsson
    Quelques mois après avoir envoyé les trois premiers tomes de la trilogie Millénium à son éditeur, ce pauvre Stieg succombait à une crise cardiaque foudroyante le 9 novembre 2004. Publiés entre 2005 et 2008, ses trois romans se vendront comme des petits pains non seulement en Suède (plus de 2 millions d'exemplaires vendus), mais dans le monde entier. On peut en effet considérer que quand ton bouquin est adapté au cinéma par David Fincher avec Daniel Craig dans le rôle principal et une bande son signée Trent Reznor c'est que c'est un succès relatif. C'est un peu con qu'il n'ai pas pu voir ça le bougre.

    taylor
    Source photo : giphy
  3. John Kennedy Toole
    Prof dans plusieurs facs, à New York et en Louisiane, puis au Porto Rico durant son service militaire, John Kennedy Toole était convaincu d'avoir écrit avec La Conjuration des Imbéciles l'un des plus grands chefs d’œuvres de la littérature américaine (et il a sûrement raison). Désespérant de voir un jour son ouvrage publié, il finit par se suicider en 1969 à l'âge de 31 ans. C'est sa mère qui poursuivra, après sa mort, cette folle bataille pour éditer La Conjuration des imbéciles. Le livre sortira finalement en 1980, se vendra à plus de 1,5 millions d'exemplaires et recevra l'année suivante le Prix Pulitzer de la Fiction.

    suicide
    Source photo : Family guy
  4. Herman Melville
    Si aujourd'hui Moby Dick est un chef d'oeuvre assez indiscutable, à sa sortie en 1851, le roman avait été un sacré beau bide. Un bide tel que Melville, qui avait quand même un peu tout donné, s'enferma dans la solitude et la dépression faisant une croix quasi définitive sur sa carrière. Il s'éteindra dans l'indifférence générale le 28 septembre 1891, sans savoir que nous, pauvres petits Français du XXIe siècle, étudierions son pavé - chouette mais parfois un poil indigeste - plus de cent ans plus tard.

    brit
    Source photo : Britbrit
  5. Jane Austen
    Si Jane Austen était déjà connue de son vivant, ça n'a quand même rien de comparable avec le phénomène auquel on assiste depuis une petite quinzaine d'années où on a le droit à une nouvelle adaptation tous les deux ans (toujours avec Keira Knightley évidemment). Pour le reste, il y a aussi eu des parodies assez sympathiques de ses classiques comme le très réussi Orgueil et Préjugés et Zombies.

    keira
    Source photo : Pride and prejudice
  6. Edgar Allan Poe
    Considéré comme le poète maudit par excellence, Edgar Allan Poe a galéré toute sa vie pour faire connaître son oeuvre littéraire. Un temps vaguement réputé dans le petit milieu littéraire de Baltimore, il continuera toute sa vie durant d'être fauché comme les blés. Reconnaissons tout de même que la mort précoce de sa femme de la tuberculose et son alcoolisme notoire ne l'aideront pas à remonter le pente. Il mourra pauvre, fou, sans savoir que des rues porteront son nom partout dans le monde et qu'on se le collera tous au programme de 4e.

    alcool
    Source photo : giphy
  7. Sylvia Plath
    Souffrant de troubles bipolaires, Sylvia se foutra en l'air à seulement 30 ans, se laissant assez peu de chance de devenir une méga star de son vivant. Elle deviendra, après sa mort en 1963, le symbole de toute une génération de femmes écrasées par les hommes. En effet, Sylvia aura largement mis de côté sa carrière d'écrivain pour se consacrer à celle de son mari, lui aussi poète, et à la gestion de son foyer. Apparemment ça ne l'a pas beaucoup épanouie.

    sad
    Source photo : giphy
  8. H.P. Lovecraft
    Très largement influencé par Edgar Allan Poe, Lovecraft a un peu suivi le parcours de son héros. Il a donc passé toute sa vie à publier des trucs dans des petits magazines, eu un petit public, mais n'a jamais franchement percé. Par contre, il est devenu après sa mort l'un des auteurs de science-fiction les plus mythiques du XXe siècle. Pour Stephen King c'est même "le plus grand artisan du récit classique d'horreur du vingtième siècle". Si c'est pas la classe.

    nerd
    Source photo : Big bang theory
  9. Irène Némirovsky
    Morte à Auschwitz le 17 août 1942, Irène Némirovsky ne mérite qu'à moitié de faire partie de ce top puisqu'elle était quand même assez célèbre dans le milieu littéraire du 6e arrondissement de son vivant. En revanche, elle a été très rapidement oubliée après sa mort et ne reviendra sur le devant de la scène que dans les années 2000 quand les éditions Denoël publieront Suite française et qu'elle décrochera le prix Renaudot à titre posthume.

    girls
    Source photo : Girls
  10. Emily Dickinson
    Dans la catégorie vie de merde, Emily en tient une bonne. D'abord parce que les trois quart de ses potes sont morts à 25 ans de maladies rares, ensuite parce qu'elle a passé toute sa vie en tête à tête avec son chien (qui lui aussi a fini par crever) et enfin parce que du coup, comme elle vivait recluse, jamais personne ne s'est rendu compte que quand même elle avait une bonne plume la petite. Toute son oeuvre fut publiée après sa mort, quand sa sœur Lavinia découvrit sa cachette à poèmes et se dit que tout ça méritait peut-être d'être partagé.

    solitude
    Source photo : giphy

Écrivain, c'est quand même assez ingrat comme taff.

Source : Arts.mic, Litreactor