A ce qu’on m’a dit, faire l’amour c’est sympa, ça procure du plaisir et en plus ça permet de brûler des calories. On dirait que c’est l’activité parfaite. Sauf qu’il y a un risque : faire un gosse alors qu’on l’avait pas du tout prévu (ok, là les couples hétérosexuels sont a priori un peu plus concernés.) Une situation qui peut vite devenir très gênante. Heureusement, on n’est pas obligé d’en passer par là, parce qu’il y a plein de moyens de contraception pour éviter ce petit désagrément. Il y en a même tellement que tu peux choisir celui qui te correspond le mieux.

1. Le préservatif

Le plus connu, et le seul aujourd’hui qui évite aussi de se refiler des infections sexuellement transmissibles, genre chlamydia, hépatite ou SIDA. Alors oui, c’est pas toujours marrant à enfiler, ça peut altérer les sensations pour les deux partenaires, mais tant qu’aucun dépistage n’a été fait, c’est capote et rien d’autre. L’idéal est d’en avoir toujours à portée de main au cas où, y compris pour les mecs.

On fait aussi un petit coucou au préservatif féminin qui remplit le même rôle mais qui est un peu casse-couille à utiliser.

Crédits photo (creative commons) : Corode

2. La pilule

C’est un petit comprimé à prendre chaque jour à la même heure, pendant 21 ou 28 jours selon le produit. Et c’est destiné aux femmes uniquement. Les pilules contiennent œstrogène et progestérone (ou juste progestérone dans certaines), des hormones qui permettent de stopper la production d’ovules en simulant le premier stade de la grossesse dans le corps. L’organisme est trompé, il croit qu’un bébé est peut-être en route donc il garde ses ovules en lieu sûr. On estime l’efficacité de la pilule à 99.7%. Attention toutefois : elle peut t’être contre-indiquée si tu as certaines maladies, mais c’est pas grave, il y a plein d’autres moyens de contraception.

Crédits photo (creative commons) : CC BY-SA 2.0 fr

3. Le stérilet (Dispositif Intra Utérin)

Il en existe deux sortes, un avec une partie en cuivre et un hormonal. Le stérilet est placé dans l’utérus par un médecin ou une sage-femme qui pourra le retirer quand tu lui demanderas. Pour ça il faut bien sûr que tu disposes d’un utérus. La mise en place est un peu douloureuse (ou beaucoup selon certaines personnes) mais ça ne dure que très peu de temps. Le modèle en cuivre élimine les spermatozoïdes. Il est efficace à 99.2% et coûte environ 30 euros (remboursé à 65%). L’autre modèle diffuse une hormone progestative qui épaissit les sécrétions à l’entrée de l’utérus, comme ça les spermatozoïdes ne peuvent plus avancer. Il est efficace à 99.8% et coûte un peu plus de 100 euros, remboursé lui aussi. Les deux se changent tous les 5 à 10 ans selon le modèle si tu veux continuer à être bien protégée. Bye bye les petits gamètes mâles qui essayent d’envahir ton ovule.

Crédits photo (creative commons) : CC BY-SA 2.0 fr

4. L'implant

C’est un petit bâton tout fin placé sous la peau (par un professionnel et sous anesthésie locale, donc pas de panique) et qui libère des hormones. Il faut le changer tous les 3 ans et tu peux le faire retirer quand tu veux. On est là aussi sur un prix autour de 100 euros remboursé à 65%. D’après un bref calcul, ça te fait payer 35 euros pour un truc qui va t’empêcher pendant 3 ans d’accoucher d’un petit bébé qui va bouffer toutes tes économies. C’est honnête.

Crédits photo (creative commons) : Vera de Kok

5. Le patch

Un moyen de contraception hormonal très simple à utiliser puisqu’il suffit de se le coller soi-même sur la peau pour être tranquille. Chaque boîte contient trois patchs, un par semaine, et tu es protégée aussi la quatrième semaine (celles des règles, qui démarrent quand tu enlèves le troisième patch.) Il est délivré uniquement sur ordonnance et une boîte coûte environ 13 euros, non remboursés pour le coup. Mais c’est toujours moins cher qu’un gosse, et ça t’évite d’avoir à trouver un prénom moche.

Crédits photo (creative commons) : James Heilman, MD

6. L'anneau vaginal

C’est un peu comme l’implant, sauf que là tu te le places dans le vagin. Mais c’est pareil pour l’alternance de trois semaines avec et une sans. Ça coûte simplement 3 euros de plus par mois, soit 16 euros si tu calcules bien. C’EST TOUJOURS MOINS CHER QUE LE BAMBIN TKT.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

7. Le diaphragme

C’est une sorte de petite coupelle en latex ou en silicone que tu places toi-même avant le rapport dans le vagin à l’entrée du col de l’utérus. Tu peux le mettre jusqu’à deux heures avant et tu dois le garder 8 heures après. Mais il doit toujours être utilisé avec des spermicides qui sont des gels ou des petits ovules à placer dans le vagin qui rendent inactifs les spermatozoïdes. Le diaphragme qui coûte environ 60 euros est prescrit par un professionnel qui t’apprend à le poser, et le spermicide coûte entre 5 et 20 euros en pharmacie. Mais c’est pas forcément la méthode la plus efficace, alors comme pour tous les autres moyens il vaut mieux en discuter avec un médecin.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

8. La cape cervicale

C’est un petit dôme en silicone qui vient boucher l’entrée de l’utérus. Pour le reste, c’est exactement pareil que le diaphragme. Comme ça t’as le choix, tu es maîtresse de ton destin, tu as le pouvoir sur ta contraception. C’est beau putain.

Crédits photo (creative commons) : Ceridwen

9. Le progestatif injectable

C’est une piqûre hormonale réalisée par un médecin, une sage-femme ou une infirmière. Son efficacité est prévue pour 12 semaines, ce qui te laisse le temps de copuler environ 258 fois si tu as une vie sexuelle active. L’injection coûte 3,40 euros, remboursés à 65%, donc c’est pas grand chose. Avec tous ces euros économisés tu pourras partir 5 jours à Noirmoutier.

Crédits photo (creative commons) : Grook Da Oger

10. La stérilisation

Procédé qui existe pour les hommes et les femmes. C’est un peu extrême, mais ça marche bien.

 

En cas de raté il reste toujours la pilule du lendemain, mais évidemment ça doit être EXCEPTIONNEL donc il vaut mieux avoir un moyen de contraception fiable. Et les mecs qui lisent, vous êtes aussi concernés par tout ça.

 

Sources : choisirsacontraception