braveheart

Le moyen-âge a duré mille ans et n’est donc pas une unité temporelle cohérente. Pourtant, on n’hésite pas à en faire un tout et à en parler comme d’une époque uniforme, sombre, caractérisée par un peuple d’arriérés incultes et cruels. Et si notre époque contemporaine avait l’humilité de regarder mieux en arrière, pour, qui sait, trouver chez nos ancêtres quelques bonnes idées ? Voici une liste de réussites du moyen âge, qui pourraient bien nous inspirer !

  1. La gestion décentralisée du pouvoir
    A l'époque, l’autorité parisienne n’a que peu de pouvoirs, en particulier jusqu’à la période féodale. Les grands seigneurs concentrent le pouvoir dans chacune de leurs régions. Mais contrairement à celle de 2014, les réformes territoriales se faisaient le plus souvent à la hache ou au fléau d’armes. Ca allait plus vite.
  2. Les femmes à la tête de l'état
    Berthe au grand pied, Aliénor d'Aquitaine, Isabeau de Bavière... sont des exemples de femmes à la tête de la France. La loi salique, qui empêche les femmes d’hériter du trône, n’est revenue en usage qu’au XIVe siècle, pour éviter à Edouard II, roi d’Angleterre, d’hériter de la France via sa femme Isabelle, fille de Philippe le bel (vous suivez ?).
  3. L’unité de l'Europe
    L’Empire de Charlemagne s’étendait jusqu’à l’Oder, donc approximativement sur les actuels France, Benelux, Suisse, Allemagne, Autriche, Slovénie, Croatie, et en partie l’Italie, la Pologne, et la République Tchèque. De quoi faire pâlir les eurosceptiques !
  4. Les terroirs et coutumes
    La coutume était un système juridique basé sur les traditions (orales puis progressivement écrites), reposant toujours sur l’acceptation et le témoignage de la population. Une forme de démocratie locale avant l’heure ? D’autre part, les langues régionales étaient plus vivantes que jamais, et les paysans mangeaient 100% bio et 0% OGM. Prends ça Mosanto.
  5. L‘activité en milieu rural
    Au moyen-âge, les paysans représentent près de 95% de la population. La vie dans les campagnes est très animée, avec des foires, des fêtes religieuses régulières, et aussi par une activité culturelle par l'intermédiaire des châteaux et des monastères. Trop hipster la Haute-Marne !
  6. Les jours fériés
    En plus des dimanches qui étaient tous obligatoirement chômés, les travailleurs disposaient d’une trentaine de jours fériés par an, dont 27 fêtes religieuses. Les samedi et les veilles de fêtes, on bénéficiait d’un temps de travail réduit. Il semble qu’aucune manifestation pour le travail du dimanche n’ait été organisée.
  7. Le droit d'asile
    Les églises constituaient des espaces de protection où aucun homme, quelque soit son crime, ne pouvait être arrêté. Même si les modalités de ce droit ont bien sûr varié au cours des 1000 ans qui constituent le moyen âge, le côté sacré du droit d’asile a toujours existé. Et aujourd’hui ?
  8. La médecine gratuite
    L’hospitalité était obligatoire. Les hotels-Dieu, maison-Dieu, léproserie, maladrerie, et autres hospices, étaient gratuits et permettaient de secourir les pauvres, les pélerins et les malades. Il existait aussi des impôts à cette fin. Mais pas de trou de la sécu.
  9. La construction des cathédrales
    Des édifices gigantesques (plus de 100m de côté, jusqu’à 50m de haut) qui sont des chefs d’oeuvres d’architecture, d’art (sculptures, peintures, bas-reliefs, vitraux), tenant encore debout après presque un millénaire … “tu peux juste pas test”, comme disait Louis VI le gros.
  10. Des prénoms qui pètent
    Brunehaut, Gènevote, Adelphe, Foulques... c’est quand même plus la classe que Benjamin ou Nicolas ! Et on ne parle pas de Kevin.

source : Sur ce sujet, lire : Pour en finir avec le moyen âge, de Régine Pernoud.