Aux States, posséder un Kinder Surprise peut vous déposséder de vos droits les plus fondamentaux et vous envoyer pourrir à l’ombre. Pareil pour le saucisson, le fromage de lait cru et le haggis. Mais ce n’est pas tout car les interdictions se multiplient. Et si parfois, comme pour le Kinder, cela peut paraître un poil exagéré, la majorité des aliments de ce top sont bannis pour des raisons légitimes…

1. Le caviar Béluga

C’est le plus cher des caviars, provenant du plus gros des esturgeons. Et il paraît que c’est le meilleur. Il est tellement bon que les USA en consommaient jadis une quantité astronomique (60% de la production mondiale). Mais en 2005, ils se sont aperçus que des bélugas, et bien la surpêche en avait zigouillé quand même beaucoup trop et qu’il était temps de se calmer. Son importation est interdite mais le caviar Béluga se vend très bien sous le manteau.

2. Le lait non pasteurisé

C’est un peu compliqué. Officiellement la Food and Drug Administration a interdit la vente et la distribution de lait cru aux États-Unis mais dans les faits, cela dépend des états. Si on peut en consommer partout, 20 états en interdisent la vente, tandis que 13 autres l’autorisent dans des boutiques particulières. 17 autres états autorisent sa vente directement à la ferme où il a été produit. Quoi qu’il en soit, si on vend du lait non pasteurisé, il faut avertir les consommateurs qu’il pourrait contenir des agents pathogènes responsables de maladies.

Source photo : Giphy

3. L'aki

Un cousin éloigné du litchi plutôt compliqué à consommer. Déjà, il faut bien faire gaffe à ce qu’il soit bien mûr, sinon il est toxique. Quand il est donc bien arrivé à maturité, seule la chair qui entoure les petites graines noires que l’espèce de gousse contient est consommable. Plutôt périlleux donc. En Jamaïque et en Haïti, où il est très populaire, l’aki (ou l’akée) provoque régulièrement des intoxications, qui peuvent se limiter à de « simples » vomissements mais aussi s’avérer bien plus graves. Les USA ont préféré bannir l’aki purement et simplement et on les comprend.

4. L'ortolan

Ce petit oiseau chanteur sympa comme tout fait depuis très longtemps l’objet d’une traque impitoyable et barbare. En France tout particulièrement, où il est très apprécié pour la délicatesse de sa chair. On le capture, on le gave pendant plusieurs jours et on le tue en le noyant dans de l’Armagnac. Voilà. Grand amateur d’ortolan, Mitterrand en a fait son dernier repas, avant que l’espèce ne soit enfin protégée en 1999. Toujours en forte diminution, la population de cet oiseau est victime du braconnage. Aux USA, tuer un ortolan, le manger ou le vendre est considéré comme un crime.

5. Les ailerons de requins

On peut trouver des ailerons de requins dans de nombreuses échoppes en Asie, où ils sont appréciés en soupe notamment. Pas aux États-Unis, qui ont très judicieusement interdit la vente des ailerons de requins de même que la pratique barbare qui consiste à pêcher un requin, à lui arracher son aileron et à la remettre à l’eau pour qu’il meure lentement en souffrant bien comme il faut (le shark finning).

6. Le gâteau au sang de porc

Du sang de porc, du riz et du bouillon de soja et le tour est joué ! Un snack très apprécié que l’on peut trouver sur les marchés taïwanais, mais pas vraiment ailleurs et encore moins aux États-Unis.

7. L'huile essentielle de sassafras

Très populaire en Asie notamment où il est utilisé pour combattre divers maux, le sassafras était autrefois largement consommé en Amérique. On en trouvait dans certaines bières et thés notamment. Depuis 1979 cependant, son huile a été classée comme matière dangereuse par la FDA qui en a interdit l’utilisation.

8. L'absinthe

Aux States, on ne badine pas avec les substances hallucinogènes. Normal que l’absinthe y soit interdite. Enfin presque parce que depuis 2007, on peut en importer mais seulement si l’absinthe ne contient pas de la thuyone (qui est responsable des hallucinations notamment), si le mot « absinthe » ne figure pas seul sur l’étiquette de la bouteille et si cette même étiquette ne représente pas un motif qui peut encourager à penser que l’absinthe va filer des hallucinations. Au final, c’est tellement compliqué qu’à la place on boit du scotch.

9. Le lobatus gigas

Un mollusque menacé qui peut atteindre la taille tout à fait respectable de 30 cm. Très apprécié dans les Antilles françaises, il est interdit aux USA compte tenu de l’inquiétante diminution de sa population.

10. Le fugu

Le fugu, qui s’appelle en fait le tétraodon, est très mignon avec ses gros yeux et sa petite bouche. En plus, parfois, il gonfle et ça aussi c’est plutôt atypique. Le truc, c’est que le fugu est aussi très toxique. Seuls les cuisiniers qui ont suivi une intense formation et obtenu une licence spéciale sont autorisés à le cuisiner (au Japon, c’est le seul aliment interdit à l’Empereur). Et même si il a correctement été préparé et que la poche qui contient la tétrodotoxisme n’a pas été percée, sa consommation provoque un léger engourdissement des lèvres. Quand le cuisinier se foire par contre, c’est la mort assurée. On dénombre d’ailleurs plusieurs victimes tous les ans au Japon et aux USA, seuls quelques restaurants sont habilités à servir du fugu. Sinon, partout ailleurs, c’est interdit.

Si il ne sont pas interdits partout il est tout même hyper mal vu de manger du foie gras et de la viande de cheval aux États-Unis…