Avoir ses règles est un phénomène physique naturel pour les femmes qui ne devrait engendrer aucun comportement déplacé ou aucune mesure humiliante et contraignante. Oui mais voilà dans certaines régions du monde on n’est pas encore vraiment au fait de ces petites règles de bienveillance. Beaucoup de femmes sont encore rejetées de l’espace public, brimées voire agressées pendant et à cause de leur règles.

1. Au Kenya une adolescente humiliée à cause de ses règles s'est suicidée

C’est une actualité récente dont on se serait bien passé. Le 6 septembre l’adolescente Jackline a eu ses règles pour la première fois à l’école. Alors qu’elle découvre son uniforme tâché de sang en classe, son professeur, une femme, la remarque et l’humilie publiquement devant ses camarades avant de la chasser du cours. À son retour chez elle la jeune fille en parle à sa mère et part ensuite chercher de l’eau à la rivière pour nettoyer son uniforme. Sa mère la retrouvera pendue à un arbre quelques heures plus tard.

2. En Inde seulement 12% des femmes ont accès à des protections hygiéniques

Comme elles n’ont pas accès à ces protections par manque de moyens ou à cause de leur éloignement des points de vente quand elles habitent en campagne, elles utilisent du sable, des feuilles séchées, des vieux torchons, de l’herbe ou de la cendre qui favorisent les infections et le développement des maladies. Un super documentaire sur Netflix, Les règles de notre liberté, retrace bien les difficultés rencontrées en Inde par les femmes et met en avant une initiative locale pour créer des serviettes hygiéniques.

3. Au Malawi dans certaines ethnies des hommes sont chargés "d'initier sexuellement" les jeunes filles au moment de leurs règles

Dans ce pays les règles sont un sujet tabou entre filles et parents. Ce sont les tantes qui sont chargées d’éduquer les jeunes filles au moment de leur règles. On les tient à l’écart des jeunes filles non réglées et des garçons.

4. En Bolivie on interdit aux femmes de se laver pendant leurs règles

De même qu’elles n’ont pas le droit de jeter leurs protections hygiéniques à la poubelle car on estime qu’elles pourraient transmettre des maladies comme le cancer. Certains aliments leur sont également interdits à cette période comme le lait ou le miel ou même certaines activités à l’instar de la marche et des jeux.

5. Dans certaines régions du Japon les femmes n'ont pas le droit d'être "chef sushi" pendant leurs règles

C’est un métier traditionnellement masculin, il y a donc très peu de femmes chef sushi car on estime que le cycle menstruel viendrait entraîner un « dérèglement » gustatif chez les femmes. Mais bon à part le taux de gras sur la peau ça dérègle pas grand chose. On remercie un homme d’affaires japonais qui pour prouver l’absurdité de ces croyances a tenu à ouvrir un restaurant japonais avec exclusivement des femmes.

6. Près de la moitié des écolières iraniennes pensent que les règles sont une maladie

Encore une fois c’est dû au manque d’informations sur le sujet. Du coup comme en Bolivie elles ne se lavent pas pendant leurs règles. Selon une étude de l’Unicef et grâce à certains cours sur les règles dans les écoles, 61,6% des jeunes filles commencent malgré tout à se laver pendant cette période. Comme quoi apprendre à connaitre son corps et son fonctionnement bah c’est pas une mauvaise chose.

7. En Afghanistan beaucoup de femmes pensent qu'elles deviendront stériles si elles se douchent pendant leurs règles

Le fait de se laver pendant les règles apparaît comme un problème dans bon nombre de pays et ce pour des raisons différentes. Ici c’est le fait de laver ses parties génitales qui serait perçu comme favorisant la stérilité. Ainsi les femmes renoncent à se laver pendant cette période et leur estime de soi en pâtit.

8. Pour les SDF les règles sont une épreuve terrible car, n'ayant pas accès aux protections hygiéniques, elles sont menacées par des infections

Les serviettes hygiéniques et les tampons sont difficilement accessibles dans les centres d’accueil pour SDF parce que ce sont des produits chers et que les donateurs pensent rarement à les donner, privilégiant la nourriture ou d’autres produits d’hygiène. Comme les femmes ne peuvent pas prendre de douche régulièrement pendant cette période cela favorise aussi les risques d’infection. Ainsi les règles sont une source d’angoisse pour les femmes vivant dans la rue.

9. Au Népal la tradition chaupadi veut que les femmes restent cloîtrées pendant une semaine durant leurs règles

Cette pratique est répandue dans les villages ruraux à l’ouest du pays. Les femmes sont isolées dans des cabanes et n’ont presque pas de contact avec l’extérieur. Elles ne sont pas à l’abri des éléments et demeurent exposées aux risques d’infection et maladies mortelles.

10. En Allemagne le caviar est moins taxé que les tampons

Et oui c’est dingue mais pourtant vrai. Les protections périodiques sont taxées au taux plein de 19 %, alors que des produits moins essentiels comme le café ou le caviar de saumon bénéficient de la TVA réduite à 7 %. C’est assez étonnant dans un pays développé comme l’Allemagne. Il n y a certes pas de croyances sur les maladies potentiellement transmissibles pendant les règles (il n’y en pas) mais comment expliquer que l’on taxe autant un produit essentiel aux femmes ? Même en Europe, il y en a encore du chemin à faire.

Sinon tu peux décider de mourir moins bête en apprenant plein de choses sur les règles parce que les règles c’est pas que du sang.

Sources : RTL, RFI Afrique, Le Huff Post, Le Monde, Konbini