Nous naissons peut-être tous égaux (même si en pratique ça se discute), par contre niveau qualité de l’air que l’on respire tous les jours, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne. Par exemple, mieux vaut éviter de passer trop de temps le nez et les bronches à l’air à Marseille, Paris ou Aix-en-Provence. Préférez plutôt une de ces 10 villes (de plus de 100 000 habitants) réputées les moins polluées de France.

1. Vannes, ville la moins polluée de France

Un classement à prendre avec des gants, on ne sait jamais où se planque vraiment la pollution. Et qui dit, la moins polluée, ne dit pas pas polluée du tout. Si Vannes fait office de bon élève de la classe, c’est peut-être aussi que ses petits camarades sont des cancres en puissance. Dans le détail, sachez juste que la ville enregistre surtout moins de pics de pollution que la moyenne, avec notamment des taux peu élevés en dioxyde d’azote (industrie, automobile, agriculture), de soufre (raffinage pétrolier, transport maritime) et de particules en suspension (chauffage, agriculture). Par contre Vannes explose les scores en matière de concentration d’ozone (pas le groupe roumain hein).

On se retrouve aujourd'hui à La Trinité-sur-Mer avec au loin, la plage de Kervillen et la maison des douaniers ??

A post shared by Gautier Normand (@gautierbzh) on

2. Limoges

88 % du temps, la qualité de l’air à Limoges est jugée bonne, voire très bonne. Ça veut dire qu’à moins de passer votre vie dans les embouteillages en pleine ville, ou de bosser sur un des 10 sites industriels classés comme source de pollution de l’air, vous devriez pouvoir respirer à pleins poumons sans trop avoir de raison d’angoisser.

"Entre ciel et terre" #urbex #city #rooftops #toits #ville #limoges #urban

A post shared by Nicolas (@lemovolk) on

3. Brest

Pas de bol pour Brest, ses habitants utilisent moins leur voiture pour aller bosser que ceux de Limoges (69 % contre 72 %), préférant les transports en commun (14 contre 11%) et malgré tout, la ville est davantage polluée. Ce qui les met dedans, c’est le chauffage et le trafic routier avec son lot de particules fines et de dioxyde d’azote. Résultat, il y a 26 jours chaque année où il vaut mieux rester chez soi. Ça tombe bien, c’est généralement en hiver.

Dans le #téléphérique #Brest

A post shared by Elise (@petite_elize) on

4. Pau

À Pau tout roule niveau pollution, sauf pendant l’été où là c’est la dégringolade. L’air devient irrespirable avec des pics de pollution à répétition. C’est ça aussi d’être au pied des Pyrénées, la pollution a la flemme de franchir les cols et préfère squatter dans la ville. Et tant pis pour vos bronches. Heureusement, vous avez le reste de l’année pour faire le plein d’air frais. Quoique selon les derniers relevés, la qualité de l’air dans le coin ne serait pas franchement folichonne ces dernières années.

Crédits photo (creative commons) : Flo641

5. Perpignan

Les habitants de Perpignan vont sans doute s’étouffer en découvrant que leur ville est classée au cinquième rang des moins polluées en France. C’est vrai que la circulation y est infernale aux heures de pointe notamment en centre-ville, mais visiblement c’est pire ailleurs et en plus, vous n’avez pas à vous plaindre de la pollution industrielle… y a pas vraiment d’industries dans le coin. Donc c’est bon, vous arrêtez de chouiner maintenant, au moins par solidarité avec vos compatriotes des grandes villes.

6. Lorient

Située à environ 40 km à l’ouest de Vannes, Lorient profite également de sa situation géographique pour se classer parmi les 10 villes les moins polluées de France. Pourquoi ? Tout simplement grâce aux vents qui chassent la pollution jusque chez les voisins plus à l’ouest. Et comme le zef à Lorient on connaît bien, on en profite pour mieux respirer qu’ailleurs. Enfin, pas toujours, la ville est aussi réputée pour sa pollution à l’ozone supérieure à la moyenne nationale.

Crédits photo (creative commons) : Jackmame

7. Rennes

7e ville la moins polluée de France, Rennes n’en a pas moins élaboré un plan de protection de l’atmosphère dès 2005, révisé en 2015. Car la pollution ici est surtout d’origine routière, accompagnée d’un pic lié au chauffage en période hivernale et notamment de froid sec. Résultat : le taux de particules fines dans l’air a explosé depuis 2012 au point de dépasser la moyenne des autres grandes villes françaises.

Crédits photo (creative commons) : TouN

8. Toulouse

C’est sûr qu’on ne peut pas trop prétendre aux premières places quand on concentre dans ses environs une quarantaine de grosses industries bien polluantes. Malgré ce handicap de départ, la ville rose s’en sort finalement pas trop mal avec assez peu de pics de pollution enregistrés chaque année.

Crédits photo (creative commons) : M.berkouk

9. Poitiers

Et vas-y que je vais bosser en bagnole, que je me chauffe au fioul et que je fume des clopes toute la journée (comment ça, ça n’a rien à voir?). Malgré ce laisser aller, Poitiers ne s’est pas encore fait rattraper par la patrouille anti-pollution et réussit à finir 8e de ce classement. Faudrait quand même pas chercher à nous enfumer…

#poitiers #avouspoitiers #igerpoitiers #igerspoitiers #hypogeedesdunes #hotelpinet #journeedupatrimoine

A post shared by Emmanuel Bobot (@tonycorso86) on

10. Bayonne

Globalement épargné par les pics de pollution à répétition, Bayonne souffre malgré tout des rejets de sa zone industrielle portuaire de Boucau Tarnos qui recrache en permanence poussières et odeurs intoxicantes responsables notamment de problèmes respiratoires. Comparé à ce que se foutent dans le pif bien malgré eux les Parisiens, Marseillais, et autres Lyonnais, il n’y a vraiment aucune inquiétude à avoir.

Ce top ne vous a pas été offert par Donald Trump.

Source : 20 minutes

Source photo : Giphy