Longs, frisés, hirsutes, courts, discrets, blonds… des poils, on en a partout, mais genre vraiment partout. Du coup, si on s’embêtait à vraiment tous les retirer, ça nous prendrait bien plusieurs semaines. Plutôt que de nous infliger une telle perte de temps, autant apprendre à les aimer en découvrant les innombrables caractéristiques de ces derniers.

1. Si on a la chair de poule, c'est à cause du muscle horripilateur à la base du poil

Et bah oui, le poil est un organe, le plus petit de notre corps. Il est relié au système nerveux autonome (cela signifie qu’il contrôle les mouvements inconscients de notre corps). À chaque fois que les centres nerveux envoient des messages à travers notre petit body suite à une émotion telle que la peur, le stress, le froid ou même la jouissance, les muscles à l’extrémité de nos poils reçoivent l’information et se mettent en action, le mécanisme de l’horripilation se met en route.

2. La durée de vie d'un poil varie selon sa place sur notre corps

Les cheveux vivent de 2 à 6 ans sur notre petit crâne alors que les poils les plus détestés par l’être humain -le maillot et les aisselles- ont une duré de vie de 18 mois. Nos poils de gambettes sont là pour 16 mois. Notre moustache se régénère tous les 6 à 7 mois. Et les poils dont tout le monde se contrefout (sauf les gamins de CM2 qui créent des complexes éternels à leurs camarades de classe), ceux des avant-bras, ont une espérance de vie de 9 mois.

3. Les poils ont une fonction de thermorégulation, mais pas seulement

Le poil aurait un rôle thermorégulateur (conservation de la température constante de l’organisme) uniquement sur certaines zones de notre corps où il est abondant (le crâne par exemple). Il a un peu perdu de son intérêt quand on a commencé à faire autre chose que manger les poux de nos congénères (c’était il y a quelques temps maintenant). Sous les bras et sur les parties génitales, sa fonction pourrait être de réduire les frottements, l’échauffement et de permettre une meilleure évaporation de la transpiration (miam). Cils et sourcils protègent nos yeux des impuretés (si, si c’est relou quand quand on se prend une poussière dans l’œil et qu’on devient presque borgne). Et puis pour la moustache chez les femmes, elle est juste là pour faire chier. Clairement.

4. Le fait de s'arracher les poils/cheveux est un trouble appelé trichotillomanie

Et ce peut être très très handicapant. Les crises surviennent lorsque la personne est stressée ou bien qu’elle s’ennuie. Elle va tripoter cheveux ou poils de manière frénétique sans parvenir à s’arrêter et ce jusqu’à les arracher. Ces comportements compulsifs qui peuvent n’être qu’épisodiques sont en général traités en même temps que des problèmes de peau ou des problèmes psychologiques. On a encore du mal à déterminer les causes même si les troubles anxieux et traumatismes semblent souvent en être à l’origine.

5. Plumes, poils et écailles ont une origine commune, attention révélatioooon

Non parce qu’esthétiquement, les trois n’ont aucun rapport les uns avec les autres et si on m’avait laissé le choix, j’aurais clairement décidé d’avoir des plumes. Par ailleurs, cette étude risque de mettre à mal bien des théories reptiliennes puisqu’elle met en lumière le récent rapprochement entre écailles et poils qui auraient une origine génétique commune. On savait (enfin pas moi) que poil et plume était à l’origine d’un épaississement de l’épiderme embryonnaire mais on considérait jusqu’à maintenant que les écailles dépendaient d’un mécanisme tout autre, sauf qu’il y a peu, des scientifiques (toujours pas moi) sont parvenus à établir un rapprochement entre les différentes « appendices cutanées » qui recouvrent les êtres vivants que nous sommes.

6. L'hirsutisme est le fait d'avoir une une pilosité très abondante voire trop abondante

Lorsque l’on est atteint d’hirsutisme, le poil se répartit selon une distribution masculine : le cou, thorax, visage, les fesses et autres. C’est pourquoi les femmes le vivent particulièrement difficilement: ce symptôme peut être dû, entre autre, à un dérèglement hormonal (caractérisé par la chute de production des œstrogènes), mais pas que. Sauf que les autres causes me dépassent un peu puisque j’ai arrêté les sciences en première. Voilà, voilà.

7. La trichoptilose est le terme scientifique pour dire que l'on a des fourches

Donc la prochaine fois qu’on vous embête parce que vos cheveux ressemblent à du foin mais que vous n’avez plus un rond pour aller chez le coiffeur, inspirez la pitié à vos proches et dites-leur que vous êtes atteint de trichoptilose. Si vous pouvez boiter en plus pour ajouter du pathétisme à votre situation, n’hésitez pas.

8. Les prêtres et les pharaons s'épilaient intégralement le corps

Les poils renvoyaient à la bestialité et à l’impureté. On a commencé très tôt à les éradiquer. Il faut savoir que ces hauts fonctionnaires égyptiens (si on peut les appeler comme ça) étaient obligés de s’épiler tous les jours car, selon certains, ils risquaient même de se prendre une petit prune. Pas très cool.

9. C'est le nom d'une commune dans le département de la Nièvre

Commune qui se trouve à quelques kilomètres de Saint-Didier-sur-Arroux (histoire que vous situiez un petit peu plus). Et non. De toute évidence, cette information n’est pas essentielle. Mais vous allez quand même vous en souvenir par respect pour mon travail d’instigation approfondi et minutieux. En vous remerciant par avance.

Et voilà, les poils n’ont plus de secret pour vous ! Merveilleux !

Source : Wikipédia, Sciences et Avenir, Cosmopolian

Source Image : Maark/Pixabay