Notre leçon annuelle d’Espagnol a repris. Dans la partie 3, les braqueurs aux noms de villes du monde nous ont quittés en plein braquage de la Banque Nationale d’Espagne. Plus rien n’allait. La maison de papier commençait à s’écrouler. La partie 4 s’annonçait pleine de réponses et on imaginait… une fin de braquage.

[ATTENTION CA SPOILE]

1. Moins de sexualisation, plus de violence

Un point positif ! On se souvient de cette partie 3 où on avait droit à des gros plans sur le corps de Tokyo (que elle bizarrement). Le réalisateur a dû entendre les commentaires virulents de l’époque et aucune scène de nu n’apparaît dans cette partie. En revanche, le curseur de la violence, lui, a été poussé. Ils ont littéralement repeint la banque de Madrid avec du sang partout accompagné de grenade, de feu, de chirurgie et de tirs en pleine tête… On peut également souligner l’ajout (certes très superficiel) de sujets sociétaux comme MeToo, la transidentité et la PMA.(qui n’apportent rien au scenario)

2. Le danger vient aussi de l'intérieur

C’était la nouveauté annoncée de cette saison, un agent de sécurité qui arrive à se libérer pour détruire le gang de l’intérieur : Gandia. Sauf que malheureusement, le mec qui était censé être un génie tactique est en fait complètement con. Il a accès à tous les recoins de la Banque par les aérations. Il pourrait tuer chaque brauqueur les uns après les autres en toute discrétion… mais non, il préfère attendre que tout le monde soit en face de lui pour finalement ne tuer… QU’UN SEUL BRAQUEUR. (et en plus de manière complément idiote)

3. Beaucoup trop de psychologie

On a eu l’impression de revivre 3 saisons de psychanalyse dans cette 4eme partie avec cette fois-ci des tensions qui semblaient sortir d’un chapeau. La trop longue jalousie Denver-Stockholm-Rio, Tokyo qui remet encore une fois en place le professeur, Rio qui tremble…

4. Nairobi, un petit tour et puis s'en va

Tout ça pour ça ? On la quittait mourante à la fin de la partie 3. On croit à sa survie après l’opération réussie. On l’a cru mourante étouffée par Gandia. On a cru à sa survie après ce sauvetage et finalement elle meurt au bout de 6 épisodes. Six épisodes où elle n’a servi… à rien. Triste fin pour un personnage si important.

5. Manille, la braqueuse qui ne servait à rien

Nouvelle super idée de cette saison : mettre un braqueur dans les otages au cas où ils déconnent. Résultat : c’était Disneyland tout le long de la saison. Arturo drogue et viole quelqu’un. Les autres otages volent un téléphone et l’utilisent. Palerme arrive à motiver Gandia de s’enfuir. A la partie 3 on avait Marseille inutile.. là on a trouvé sa remplaçante : Manille.

6. Berlin nous manque

Il nous manque ce personnage tortionnaire, sans coeur qui pouvait tuer tout le monde sans sourciller. Heureusement que les flashbacks nous le ramènent de temps à autres. RIP gros monsieur à la chemise.

7. Gros problème pour viser avec des armes.

Je pense qu’il y a eu une grosse promo sur les munitions dans cette nouvelle saison. Entre les policiers qui tirent au hasard dans les arbres pour chasser le professeur et les braqueurs qui vident dix chargeurs chacun (sans toucher personne), on a quand même eu l’impression d’assister à un déluge d’effets spéciaux plutôt que de la cohérence.

8. De moins en moins de crédibilité

Alors oui, c’est le charme de cette série : tout peut se passer. Mais là on commence à se croire dans Avengers : Gandia qui ne meurt jamais, l’opération de Nairobi, les paellas livrées, l’enterrement de Nairobi, la foule qui se jette sur Lisbonne pour l’embrasser, les écrans dans la ville pour dire que ouuuh l’Etat ils sont méchants, l’hélicoptère modifié, Marseille qui va dans un trou perdu en Algérie en 4 heures, le tunnel pour récupérer Lisbonne… on n’y croit plus.

9. Mettre Lisbonne dans la banque... c'est vraiment une bonne idée ?

Loin de moi l’idée de mettre en doute le plan du professeur. Entre libérer Lisbonne et la planquer très loin de tout et l’amener dans la banque où tout le monde s’engueule et s’entre-tue… j’ai comme l’impression que le professeur en avait un peu marre de sa meuf.

10. 8 épisodes... pour rien

C’est là la grosse déception de cette partie 4. On arrive à la fin et on retourne au point de départ (sans Nairobi). On ajoute à cela un énorme cliffhanger avec Alicia déguisée qui débarque dans le dos du professeur. On prend les paris : elle rejoint les braqueurs à la saison prochaine ?

Oui, vous l’avez compris, c’est une totale déception.

Merci à la video de CaptainPopcorn.