L’adolescence est un âge de merde. C’est un âge de merde pour les filles et c’est aussi un âge de merde pour les garçons. En plus, comme tu as des boutons partout et que tu as l’impression que tes parents comprennent rien et puis qu’à l’école c’est pas facile facile, tu as le sentiment d’être tout seul pour affronter ton âge de merde. Tu ne connais rien, tu ne sais rien, tu t’interroges sur plein de trucs et tu as peur. OH OUI TU AS PEUR. Viens là mon gros lapin qu’on fasse un câlin.

1. Tu te fais maltraiter par tes camarades ? Tu riras bien plus tard

Non en vrai. Tu vas probablement en chier, mais c’est la logique de groupe qui est excluante. Tu n’es pas une merde, et tu n’as pas à te remettre en cause. Tu te trouveras bien des potes et, même si tu ne fais pas partie des cool, ne t’inquiète pas que ça changera rapidement quand tu deviendras adulte. T’as peut-être pas encore embrassé de fille, pas encore couché, t’as peut-être jamais fumé de joint et t’aimes peut-être pas la console, mais en réalité ça n’a aucune importance. La vie, plus tard, ne ressemble absolument pas à l’adolescence pour ce qui est des choses importantes et des réussites.

2. Le mec qui dit qu'il a déjà couché à 13 ans ment, très probablement

L’adolescence, c’est la compétition permanente à qui sera le plus adulte. D’où cette tendance à choisir des victimes et des modèles pour essayer de briller davantage. Le mec qui répète à tout le monde qu’il couche avec une nana de 25 ans régulièrement est probablement un menteur. C’est d’autant plus sûr qu’aucune nana de 25 ans ne voudrait coucher avec un mec de 13 ans. Inutile de jouer les comparaisons en te mortifiant, le mec essaie juste d’exister comme il le peut.

Source photo : Giphy

3. C'est pas la honte de vouloir sortir avec une fille

Alors tu dirais que tu dirais à ton pote de dire à son pote qui est pote avec une fille qui est pote avec une fille que t’aimes bien mais à qui tu n’oses pas parler que tu l’aimes bien mais que tu n’oses pas lui parler de façon à ce que ton pote le dise à son pote qui est pote à la fille pote avec la fille que tu aimes bien mais à qui tu n’oses pas parler.

C’est ce qu’on appelle avoir le te-hon et surtout super peur de se prendre une bâche. Tu vas te prendre des bâches, c’est sûr, mais en réalité tout ça n’est pas grave. Toi, tu as le sentiment que tout urge, que tu as besoin qu’on t’aime, que tu veux devenir adulte, mais ça n’urge pas spécialement : la vie est longue. Et puis c’est pas la honte d’avoir envie de sortir avec quelqu’un, c’est même globalement le truc qui guide la vie humaine.

4. C'est en se rasant qu'on devient barbu

Tu as un vilain duvet et tu voudrais avoir une jolie barbe. Bah en se rasant, le poil repousse plus dru. Moi j’ai commencé à me raser à 13 ans et à 16 j’avais une barbe d’adulte. C’est comme ça. Bien sûr, tout le monde n’est pas égal sur le plan du poil, mais ça ne change pas grand chose à ta virilité. Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’il faut s’occuper de ce vilain duvet.

5. Evite les photos sur Facebook ; vraiment

Parce que dans 10 ans tu en auras honte. Et dans 15 ça pourrait te porter préjudice pour des projets que tu voudras mener. Il ne s’agit pas d’éviter à tout prix de documenter l’époque, parce qu’une époque, ça se documente et que, plus tard, quand t’auras dépassé le stade de la honte, tout cela t’amusera. Il s’agit simplement de ne pas tout rendre public.

6. Oui, c'est normal d'avoir envie de se masturber h24

Ouais, vraiment, c’est normal. Normal normal normal. Tu vas peut-être te branler 7 fois par jour et ressentir comme une sorte de honte, mais en fait il n’y a pas à avoir honte. C’est un passage hormonal obligé. Même Chirac s’est branlé 10 fois par jour quand il avait 15 ans. Même Obama. Même Victor Hugo si tu veux mon avis. Ça ne les a pas empêché de faire des trucs après.

Source photo : Giphy

7. Oui, c'est normal que t'aies envie de regarder du porno

Et oui c’est interdit, et non c’est pas très grave. Mater du porno est un truc assez normal qui concerne aussi bien les hommes que les femmes, à la seule exception près que le porno est plutôt pensé pour les hommes et qu’on ne cesse d’expliquer aux femmes (à tort évidemment) que c’est pas bien d’en regarder. Après, évite de t’exposer à des images de trucs violents ou stupides et ne commence pas non plus à envisager le porno comme une simulation du sexe auquel tu n’as pas accès. La frustration sexuelle, c’est un état normal à l’adolescence, mais le porno est au sexe ce qu’un film d’action est à la réalité : une fiction.

8. Les filles ne sont pas des êtres méchants et ingrats qu'il faut protéger à tout prix

On est élevé plus ou moins dans l’idée suivante : les garçons sont des êtres gentils qui ont à la fois envie de donner de l’amour, d’en recevoir, et surtout de mettre leur zizi dans une foufoune le plus vite possible. Problème : les filles sont des êtres méchants et ingrats qui détestent donner de l’amour mais ont besoin d’en recevoir beaucoup pour consentir enfin à ce qu’on mette un zizi dans leur foufoune, chose que, naturellement, elles détestent.

Ca n’a strictement aucun sens. Les filles et les garçons sont à peu près pareils : ils sont curieux de la sexualité, ont envie de recevoir et de donner de l’amour et ont peur chacun l’un de l’autre. Il faut se comporter normalement avec les filles et ne pas avoir peur d’elles.

9. Les profs ne sont pas des ennemis ; ce sont des gens normaux

Le prof ne te déteste pas. Le prof a 4 classes à gérer, des centaines de copies à corriger, un proviseur ou un principal qui lui casse les couilles h24, des engagements associatifs à côté qu’il a de plus en plus de mal à honorer depuis qu’on lui a foutu un emploi du temps de merde, des gosses dont il doit s’occuper aussi, un crédit, une bagnole qui tombe en panne, des copains avec qui il se prend des cuites et un appartement à nettoyer parce que là ça fait deux semaines qu’il a pas fait le ménage et c’est plus possible. En fait, le prof a des problèmes de personne normale et il est censé en faire abstraction au quotidien, mais il ne peut pas toujours parce que la vie c’est comme ça. Le prof n’est pas ton ennemi.

10. Non, tu n'as probablement pas une toute petite bite

En réalité, il y a fort à parier que ta bite mesurera plus tard entre 13 et 16 cm, comme à peu près tout le monde. Et que tu n’auras plus jamais à te soucier de sa taille une fois que tu auras entamé ta vie sexuelle. Plus jamais jamais jamais. Alors tu peux d’ores-et-déjà arrêter de t’intéresser à cette question, dans la mesure où elle est inopérante et qu’en plus tu ne pourras rien faire pour l’agrandir si tu n’es pas satisfait.

Source photo : Giphy

Ah et sinon au début, le sperme t’as qu’une goutte et là t’es trop content.