Musique forte, odeurs de parfum, trucs qui clignotent, fringues partout. C’est l’enfer du magasin de fringues et c’est parti pour la dépense. Parce qu’on ne va pas se le cacher, le but du magasin, c’est de prendre votre fric – en échange, il est vrai, d’un ravissant petit chemisier sans doute. Mais il ne s’agit pas simplement de mettre en valeur des marchandises pour convaincre le client de s’en emparer : il faut aussi le mettre en condition d’acheter compulsivement en affaiblissant sa capacité de jugement critique.

1. Les fringues ne sont pas rangées au hasard

Dans la plupart des enseignes de prêt-à-porter, ce sont les vêtements les plus chers qui sont présentés à l’entrée. Il y a deux raisons à cela : d’une part, ce sont souvent les plus belles et leur vue augmentera vos chances de rentrer dans le magasin ; de l’autre, les marques comptent sur l’impulsion à l’achat du consommateur qui le poussera à voir/désirer/acheter. En mettant en avant leurs produits les plus chers, elles augmentent par la même occasion leurs chances de vous les vendre. Le chemin vers les fringues les moins chers sera parsemé de fringues plus chères qui vous feront de l’oeil tout du long.

2. La plupart du temps, les fringues sont rangées par affiliation de mode et non par type

Vous savez pourquoi les chaussures ne sont pas avec les chaussures, les jupes pas avec les jupes et les chemises pas avec les chemises ? Et bah parce qu’en vous présentant des fringues qui vont bien ensemble, les marques espèrent augmenter votre panier moyen. Votre tenue a déjà été décidée pour vous – vous émanciper de cette décision demandera une énergie que vous aurez le plus grand mal à déployer.

3. Les marques sortent des collections en permanence

Certaines marques de moyenne gamme passent leur vie à sortir des collections : tous les deux mois, il y en a une nouvelle. Ce qui fait que les modes suivent de très près les tendances des people et de la télé et que vous avez en permanence l’impression d’être totalement démodé. Donc vous consommez plus et vous jetez vos fringues au fur et à mesure. Pas très écolo, mais très lucratif.

Source photo : Giphy

4. Les marques s'arrangent pour créer une illusion de rareté

Fausses démarques et impression qu’il n’y aura plus votre taille dans 10 jours. D’où la nécessité impérieuse d’acheter tout de suite. Pourquoi acheter un manteau en plein été ? Bah parce qu’en hiver, y’en aura plus. Cette nécessité à générer chez vous l’impulsion est une des clés des modèles de prêt-à-porter.

5. Les marques cherchent à dégager leur stock

Deux fois par an, il y a les soldes. Et il faut tout dégager, sinon on jette ; juste avant les soldes, les marques feront donc tout pour vous refiler leurs produits à prix coûtant : les nouveaux modèles sont planqués et l’ancienne collection occupe toutes les étagères, tous les présentoirs. Tout ça pour vous prendre votre thune.

6. Le vendeur est très important dans l'idée de rareté

Le vendeur est formé pour s’adapter à son public, mais il y a une chose qu’il fera toujours – c’est faire croire que la chemise en M qu’il s’apprête à vous vendre est la dernière chemise en M du modèle de tout l’univers. Il ira donc visiter son stock l’air embêté et reviendra comme un héros avec la pièce demandée, l’air de dire « c’est un petit miracle ce qu’il vient de se passer. » Vous remarquerez que les pièces sont toujours « parties très vite » ou qu’elles sont « très demandées ». Bref, achète ou crève.

7. Le vendeur est là pour vous engager

Et si vous ne voulez pas acheter mais réfléchir, que va faire le vendeur ? Vous proposer de vous mettre la pièce de côté. Ca n’a l’air de rien, mais si vous acceptez, vous vous sentirez redevable. Le seul fait d’avoir poussé un vendeur à sortir une pièce de ses stocks pour vous la garder est déjà un acte d’achat. Vous voilà en compromission avec la marque et il y a tout à parier que vous finirez par revenir pour acheter votre truc, plus pour éviter la culpabilité que par véritable plaisir.

Source photo : Giphy

8. Parfois, les vendeurs vous méprisent à dessein

En fait, toutes les marques ont leur public. Une étude a prouvé que dans les magasins de grand luxe, les clients avaient davantage tendance à dépenser des fortunes quand les vendeurs les méprisaient. Vous savez pourquoi ? Parce que les gens riches ont besoin de prouver qu’ils sont riches. S’ils se font mépriser par le vendeur, ils auront le sentiment que celui-ci met en cause leur richesse et s’attacheront donc à prouver par a+b à ce petit employé au SMIC qu’ils sont bien plus riches que lui et qu’ils font partie du club. La technique ne marche pas dans la grande distribution, cela va de soi.

9. Les emballages sont de plus en plus petits pour vous obliger à acheter davantage

On vous donne des sacs de plus en plus petits aux caisses des magasins. Et c’est à dessein : quoique vous achetiez, vous aurez l’impression d’avoir acheté un truc qui vous fait moins plaisir s’il paraît tout petit. Et vous serez donc enclin à acheter plusieurs trucs pour avoir une impression d’abondance. Le but final, c’est la consommation pour la consommation.

10. Les magasins sont faits pour vous faire perdre le nord

Les grandes surfaces sont rarement intuitives d’accès et il y a deux raisons à cela. La première, c’est qu’en vous perdant dans le magasin, vous avez toutes les chances de tomber sur des fringues que vous trouvez belles et que vous n’aviez pas idée d’acheter au départ. Par ailleurs, la désorientation induite par les errances longues tend à affaiblir votre capacité de décision et donc à vous rendre plus impulsif. Des études le prouvent.

Kikoo la dépense.

Sources : Brightside, Bonnegueule.fr, Money.com