Inutilisées et bien souvent ignorées par le public, elles demeurent une curiosité tout autant qu'une inconnue pour les autochtones parisiens. Bien souvent fermées durant la Seconde Guerre Mondiale et l'occupation des hommes en vert kaki à l'accent germanique, ces stations de métro fantômes n'ont pour la plupart pas rouvert depuis, demeurant ainsi en état de décès clinique. Et pourtant, elles sont toujours là, sous vos pieds, prêtes à se réveiller à tout moment.

  1. Champ de Mars (Ligne 8 - Paris VII)
    La station est ouverte en 1913 et est définitivement fermée en 1939. Elle avait à l'origine deux accès, l'un a été condamné et l'autre a été transformé en ventilateur. Triste destinée.

    Crédits photo (creative commons) : Sprag75
  2. Porte des Lilas - Cinéma (Lignes 3bis et 7bis - Paris XIXe)
    Désaffectée depuis la fermeture aux usagers de la voie navette, une partie de la station sert désormais de décor de tournage de films ("Amélie Poulain", "les Femmes de l'ombre", "Paris, je t'aime",...), de publicités, ou de clips vidéo ("Elle a fait un bébé toute seule", "Le Lion est mort ce soir", "That's My People"). Coût de la location : 15 000€.

    Crédits photo (creative commons) : Gonioul
  3. Porte Molitor (Lignes 9 et 10 - Paris XVI)
    Initialement destinée à permettre aux gentils supporters du PSG d'accéder au Parc des Princes les soirs de match, les accès à la station ne furent finalement jamais élaborés. Les supporters peuvent de fait uniquement calmer leurs nerfs sur les stations Porte de Saint-Cloud et Michel-Ange. La Porte de Molitor, elle, sert de garage pour trains.

    Crédits photo (creative commons) : Gonioul
  4. Haxo (Lignes 3bis et 7bis - Paris XIX)
    Aucun accès extérieur de construit : pas très pratique pour accueillir les résidents du Nord-Est de Paris... La station n'a d'ailleurs jamais accueilli aucun visiteur, mais le fera peut-être un jour, puisqu'il existe un projet de fusion entre les lignes 7 bis et 3 bis. Hallelujah.

    Crédits photo (creative commons) : Gonioul
  5. Martin Nadaud (Ligne 3 - Paris XX)
    À la fin des sixties, les femmes ont des poils sous les bras, Brian Jones vient d'abandonner les Rolling Stones, et la ligne 3 est prolongée jusqu'à Bagnolet. Du coup, la station Gambetta est agrandie, et est fusionnée avec Martin Nadaud. À la fin des années 2000, les femmes s'épilent les aisselles, Justin Bieber règne sur la planète teen-pop, et le quai de Martin Nadaud est toujours visible (au fond sur la photo), mais n'est plus du tout utilisé.

    Crédits photo (creative commons) : Clicsouris
  6. Arsenal (Ligne 5 - Paris IV)
    Vous vous êtes toujours demandé pourquoi il fallait marcher une plombe pour se rendre de Bastille au Quai de la Rapée ? Ben voilà, à la base il y avait une station "Arsenal" sur le boulevard Bourdon, que l'on a fermé en 40 lorsque les nazis ont débarqué, parce que l'on devait faire des économies et donc fermer les stations les moins utiles. Ok. Mais ça y'est les gars, ils sont partis hein les Allemands, ça vous casserait le cul de la rouvrir la station ? Parce que quand même, c'est vachement loin Quai de la Rapée !

    Crédits photo (creative commons) : ZeMeilleur
  7. Saint-Martin (Lignes 8 et 9 - Paris X)
    Après une fermeture temporaire pendant la guéguerre avec les Allemands, la station Saint-Martin, sur les Grands Boulevards, est définitivement fermée après la Libération, à cause de sa proximité trop importante (100 mètres) avec le métro Strasbourg-Saint-Denis. On a gagné l'Alsace et la Lorraine, on a perdu une station.

    Crédits photo (creative commons) : jd
  8. Croix-Rouge (Ligne 10 - Paris VI)
    Ancien terminus de la ligne 10, la station est fermée durant la Guerre Mondiale et non rouverte par la suite parce qu'elle était trop près de Sèvre-Babylone. Jusqu'en 2005, un arrêt de bus portait encore ce nom. Mais depuis, l'emplacement est devenu la "Place Michel Debré", premier ministre sous De Gaulle. Michel Debré plutôt qu'une ancienne section révolutionnaire. Y'en a qu'ont peur de rien.

    Crédits photo (creative commons) : Gonioul
  9. Victor Hugo (Ligne 2 - Paris XVI)
    Ok, la station existe toujours, mais ce n'est pas celle d'origine. Si vous voulez apercevoir la station abandonnée, il faut se poster à l'extrémité du quai, direction Porte Dauphine.

    Crédits photo (creative commons) : Clicsouris
  10. Gare du Nord USFRT (Ligne 5 - Paris X)
    USFRT comme Unité Spécialisée en Formation et Réglementation du Transport. Ca calme hein ? Bon en fait, c'est juste l'ancienne station de Gare du Nord, qui est aujourd'hui utilisée pour l'entraînement des conducteurs de métro.

    Crédits photo (creative commons) : Thomas Claveirole
  11. La Défense - Élysée (Ligne 1 - Nanterre)
    Elle devait être le prolongement vers Neuilly et les Hauts-de-Seine. C'est finalement vers La Défense - Grande Arche que la ligne 1 se prolonge. Il y a un moment où certaines choses doivent être dites.
  12. Orly-Sud (Ligne 7 - Orly)
    Prévue à la base afin de desservir l'aéroport d'Orly (jusqu'ici, tout va bien), la station n'a finalement jamais été utilisée et sert d'entrepôt à l'aéroport. Pour l'instant, il se dit que le réseau de chauffage passerait par là. Si le grand Paris se fait un jour, peut-être la station servira t-elle à accueillir des métros. Pas con.

Et vous, vous êtes nostalgiques de laquelle de ces stations ?

Source et liste complète : Wikipédia

Pour bien te marrer, même en voyage, c'est Topito Voyage qu'il te faut.