T’as eu la folle idée de ne pas faire un, mais plusieurs enfants. Tu dois être un peu maso au fond, non ? Tu imaginais sûrement ta future vie avec des mômes qui s’aiment mutuellement, qui sont complices, qui veillent l’un sur l’autre, bla-bla-bla, mais la vérité c’est qu’ils ne peuvent pas s’encadrer et qu’ils se tapent constamment sur la gueule. Heureusement, y’a quelques techniques pour qu’ils arrêtent de se disputer, ne me remercie pas, ça me fait plaisir.

SPOILER : Le second degré n’est pas qu’une température.

1. Leur dire que s’ils ne se calment pas, tu les ramènes à la maternité

Parce que bon, ça va bien deux minutes hein, mais toi t’as pas signé pour avoir des gamins qui ne peuvent pas se saquer. Donc si ça ne se calme pas, tu les ramènes au service après vente de la maternité fissa, et tu fais un échange, point barre.

2. Créer un ring de boxe dans ton appart'

Un vrai, avec des cordes, une estrade, des gradins, tout le bordel quoi. Quitte à se taper sur la gueule, autant le faire avec professionnalisme. Tu peux aussi inviter des gens à voir le match, faire des paris et gagner du pognon, t’auras pas fait tout ça pour rien tiens.

Source photo : Giphy

3. Menacer de faire un troisième enfant

Un nouveau petit frère ou petite sœur qui sera le centre du monde et qui viendra les réveiller toutes les nuits parce qu’elle/il aura faim. Ils réaliseront bien vite que la vie était quand même vachement plus simple avant, ça leur apprendra à ces petit plaignards, non mais.

4. En prendre un pour taper sur l’autre

Littéralement, pour leur montrer que ce n’est pas qu’une expression qu’on balance quand on en peut plus. Bon physiquement, faut être un peu costaud, rapport au fait qu’il faut en porter un pour effectuer un plongé/piqué sur l’autre, mais y’a moyen que ça les calme. Bon en vrai, finalement se contenter de le dire c’est peut-être plus simple.

5. Mettre des boules quiès

C’est la méthode du déni, et ça marche clairement, puisque tu n’entends plus rien. Ils gueulent ? Ah bon ? Bah pourtant c’est le silence dans ta tête, c’est que ça ne doit pas être vrai.

Source photo : Giphy

6. Menacer d’appeler la police

Ou le grand méchant loup, ou tonton-qui-pue, ou tata-qui-pique, bref tout ce qui peut les faire un peu flipper. Faites-leur croire que vous avez le numéro personnel du commissaire de la police d’à côté et que vous n’hésiterez pas à passer un coup de fil pour qu’on vienne les embarquer.

7. Les fatiguer le plus possible

En les inscrivant à tous les cours de sports possibles et inimaginables, en les emmenant à la piscine, en les faisant courir au parc comme des Labradors, bref le but est qu’ils soient suffisamment crevés en rentrant à la maison et qu’ils n’aient pas la force de se disputer.

8. Ne pas faire d’enfants

Alors ça, c’est un peu LA solution à tous tes problèmes de parentalité: ne pas te reproduire dès le départ. Déjà, tu pollueras pas la planète, ensuite tu feras des économies, puis enfin tu seras PEPOUZE pour le restant de tes jours, à pouvoir siroter ton verre de vin en terrasse sans avoir tes gamins qui se roulent par terre toutes les 6 minutes.

Source photo : Giphy

Et vous, vous utilisez quelle menace pour calmer vos mômes ?