On pense que les dessins animés destinés aux enfants sont hyper contrôlés, mais on avait déjà commencé à déchanter quand on a compris qu’il y avait du sexe dans les Disney. Et le sexe n’est pas le seul domaine qui est passé à travers le filtre de la bienséance : la drogue est aussi de la partie. Des références à elles sont souvent cachées dans les œuvres que matent les enfants. Qu’on appelle immédiatement la police. Les stups, de préférence.

1. Bud des Zinzins de l'espace est une référence à de la weed

C’est vrai qu’il a toujours eu l’air un peu défoncé, Bud, le personnage orange de la bande. Mais, ce qui nous a confirmé qu’il était bien drogué, c’est que la Orange Bud est une variété de weed californienne. Et nos parents nous laissaient regarder les Zinzins de l’espace sans se poser de question…

2. Les personnages de Winnie l'Ourson représenteraient tous des drogues différentes

Attention, il s’agit ici d’une théorie qui tourne pas mal sur l’interweb, mais rien ne l’atteste formellement. Elle voudrait que chaque personnage principal de ce dessin animé soit associé à une drogue en particulier. Winnie, qui est toujours ailleurs et a toujours envie de manger du sucre serait sous LSD. Coco le lapin est toujours en train de bosser et est hyper impatient, il serait sous coke, comme son nom l’indique. Tigrou, qui sautille tout le temps partout sans jamais se fatiguer consommerait de l’ecstasy. Bourriquet, qui est tout mou et ne s’intéresse à rien est un gros fumeur de beuh. Et Porcinet, qui flippe pour tout et rien se tape une parano à cause des champignons hallucinogènes. Une bien belle équipe de gros camés. On ne sait pas si tout ça a été voulu par les créateurs de cet univers, mais on aimerait bien le croire.

3. Dumbo se tape un méga trip

A part en phase de sevrage plus que difficile, l’alcool ne donnera jamais d’hallucinations, et encore moins aussi barrées que celles que voit Dumbo dans son film, avec des éléphants roses dans tous les sens. Ce passage, qui est vraiment très très stylé, représente forcément un trip sous LSD ou autre drogue fortement hallucinogène, et pas un trip sous alcool comme on essaie de nous le faire croire.

4. Alice au Pays des Merveilles est rempli de drogues

Dès qu’on grandit un peu, on comprend facilement le caractère stupéfiant de ce dessin animé, où tout est succession de trips psychédéliques à partir du moment où Alice tombe dans le trou du lapin. Ce n’est pas pour rien que l’expression « fall down the rabbit hole » est devenue une manière de désigner le fait de prendre des drogues hallucinogènes. Pas de surprise quand on sait que Lewis Caroll était un grand consommateur de drogue.

5. Pinocchio se prend une énorme taffe de cannabis

Dans la scène de la vidéo ci-dessous, on voit Pinocchio tirer très fort sur un cigare avant de se retrouver hyper stone et d’avoir la vision qui se déforme légèrement. On ne nous la fait pas à nous : ce cigare n’est autre qu’un joint déguisé pour le politiquement correct.

6. Fantasia de Walt Disney est clairement un autre trip hallucinogène

Il n’y a qu’à mater des scènes de ce long-métrage musical pour faire le rapprochement entre les images colorées, psychédéliques et un trip sous LSD. Thèse renforcée par le fait que la « fantasia » soit le nom d’une phase de la prise de drogues ; la phase dans laquelle on a des hallucinations. « Coïncidence ? Je ne pense pas » comme on disait tous sur Facebook en 2009.

7. Fillmore le van hippie de Cars est stone

C’est pas bien compliqué de faire le rapprochement entre un hippie et les drogues, et c’est bien ce que les studios Pixar ont fait dans Cars. Ici, le fameux van hippie Volkswagen a les paupières lourdes et fait quelques références aux drogues, qui doivent osciller entre le cannabis et le LSD. C’est pas très subtil, mais les enfants ne s’en rendent même pas compte.

8. Bob l'Eponge a probablement pris de l'ecsta

Energie h24, pupilles qui se dilatent régulièrement, amour pour tout le monde, on dirait bien que Bob a consommé la drogue du bonheur. Rien ne peut nous l’attester à 100%, mais on serait quand même étonné du contraire. Ca ne nous empêchera clairement pas de continuer à espérer des cadeaux Bob l’Eponge à chaque Noël.

Balancez vos trouvailles si vous en avez d’autres qui illustrent bien les différentes drogues.

Sources : Wikipedia, Neonmag, 20minutes, Bustle,