Pas évident d’être réalisateur. On est le chef sur le plateau, et il faut gérer tout le monde : les techniciens comme les acteurs, les problèmes techniques comme les egos, le repas du midi comme les appels des producteurs. Et, parfois, ces derniers ne se passent pas très bien, il y a comme un climat de tension : on appelle ça la merde. Et, quand c’est la merde, la porte n’est jamais loin. En voilà une flopée qui l’a prise, la porte.

1. Phil Lord et Christopher Miller virés du spin-off de Star Wars sur Han Solo

Les deux réalisateurs de Lego : The movie et 21 Jump Street avaient été choisis par Lucasfilm pour réaliser le spin-off de Star Wars consacré à la jeunesse de Han Solo et à sa rencontre avec Chewbacca. Ils ont finalement été viré par la productrice, Kathleen Kennedy, alors que le tournage était terminé à 75%, pour « divergences créatives ». Apparemment, Kennedy et Kasdan, l’auteur du scénario, n’appréciaient pas le peu de respect que les deux réalisateurs avaient pour le personnage de Solo. C’est Ron Howard qui va se coltiner la fin du tournage.

2. Richard Donner viré de Superman II

Au départ, les deux films Superman I et II devaient être tournés en même temps, en 1977. C’était Richard Donner qui devait se charger de ce double tournage. Le I était bouclé et le II avancé aux 3/4 quand Donner s’est penché sur la post-production du premier volet. Mais les dépassements budgétaires et la volonté de la Warner de faire un deuxième film plus léger ont conduit à l’éviction de Donner, remplacé par Richard Lester pour terminer le film. Pour avoir son nom au générique, celui-ci devait avoir tourné au moins 51% des scènes du film et il recommença donc le tournage presque de zéro. On imagine que les questions budgétaires étaient secondaires, du coup.

3. George Cukor dégagé du tournage d'Autant en emporte le vent

Pour l’adaptation du roman de Margaret Mitchell, les producteurs avaient choisi George Cukor, connu pour son savoir-faire en matière de mélo. Mais malgré deux ans de travail sur a préproduction, Cukor est débarqué au bout de trois semaines de tournage suite à une mésentente avec le producteur David O’Selznick et à des accroches permanentes avec Clark Gable. Selznick embaucha alors Victor Fleming pour tourner le film, qui avait déjà servi de soupape sur le tournage du Magicien d’Oz.

4. Anthony Mann, viré du tournage de Spartacus

Réalisateur aguerri à qui l’on devait notamment Quo Vadis, Anthony Mann saute au bout d’une semaine de tournage de l’énorme production Spartacus, viré par Kirk Douglas qui produit le film et en assure le rôle principal. Douglas justifiera sa décision en expliquant qu’Anthony Mann ne prenait pas la mesure de l’ampleur du film. Pour le remplacer, on fait appel à un jeune, Stanley Kubrick (il y a pire comme choix). Le film sera un immense succès.

5. Richard Thorpe dégagé du tournage du Magicien d'Oz

Victor Fleming est comme les scouts : toujours prêts. Comme pour Autant en emporte le vent, c’est lui qui a remplacé au pied levé Richard Thorpe sur le tournage du Magicien d’Oz, une autre production de la MGM. Ce qui est d’autant plus drôle dans ce chassé croisé, c’est qu’une fois Thorpe renvoyé après quelques semaines de tournage faute d’avoir satisfait les producteurs, on fit d’abord venir George Cukor qui dut abandonner son poste pour partir faire Autant en emporte le vent. Il fut donc remplacé par Fleming, avant d’être à son tour viré d’Autant en emporte le vent pour être à nouveau remplacé par Fleming.

6. Richard Stanley viré de L'Île du docteur Moreau

Richard Stanley, malgré toutes ses qualités, s’est avéré incapable de gérer Val Kilmer sous coke et Marlon Brando ivre mort h24. Il a donc sauté du tournage au bout de quelques semaines, remplacé par John Frankenheimer à qui l’on devait notamment la suite de French Connection et l’adaptation des Cavaliers, le roman de Kessel.

7. John Avildsen foutu dehors du plateau de La fièvre du samedi soir

Tout juste sorti du succès critique et public de Sauvez le tigre, en 1973, John Avildsen avait été choisi pour réaliser La fièvre du Samedi soir, le film disco où John Travolta danse sur les Bee Gees. Mais Avildsen avait envie de faire un film profond, ce qui n’était pas tout à fait du goût du producteur Robert Stigwood qui voulait un bon gros divertissement. Du coup, Stigwood débarque Avildsen trois semaines avant la fin du tournage pour faire venir John Badham. Avildsen s’en fout : il accepte de faire Rocky à la place. Coucou l’Oscar.

8. Dick Richards dégagé du tournage des Dents de la mer

Inconnu au bataillon, Dick Richards devait pourtant réaliser Les dents de la mer. Sauf que, sur le tournage, il passait son temps à parler du requin en disant « la baleine ». « Quand la baleine apparaîtra… » « Fais-voir la maquette de baleine… » Ce lapsus permanent poussa les producteurs à bout : ils décidèrent de virer Richards au profit d’un autre petit jeune, Steven Spielberg.

9. Rouben Mamoulian saute de Cléopâtre

Le tournage de Cléopâtre était un naufrage. Enormément de retards et énormément de merde. Le pic de malchance intervient à l’automne 1961, quand Elizabeth Taylor, peu habituée au climat anglais, se prend une méningite dans la gueule, retardant encore le tournage. Mamoulian, en attendant son rétablissement, essaie de rebosser le scénario qui ne le satisfait pas. Mais Mamoulian n’est jamais satisfait et le tournage tarde à reprendre. Mamoulian saute alors que seules 10 minutes de film ont été tournées en 8 mois. Il est remplacé par Mankiewicz qui reprend le scénario pendant le tournage.

10. Steven Soderbergh dégagé du Stratège

Pour le tournage du Stratège, Soderbergh, fidèle à lui-même, avait des intentions de réalisation fortes : un style documentaire et une narration ponctuée d’interviews de joueurs. Résultat : il s’est fait expulser du projet trois jours avant le tournage pour être remplacé par Bennett Miller. Bye-bye Steven.

Dur dur d’être un artiste.

Sources : Wikipédia, IndieWire, Premiere, DVD Classik